Meagan Good & DeVon Franklin Divorcent : Pourquoi Il Faut Arrêter de Juger Les Séparations des Couples « Parfaits »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
@devonfranklin

Après 9 années de mariage, Meagan Good et Devon Franklin ont annoncé leur intention de divorcer. Au-delà de la surprise que nous avons toutes ressentie devant cette nouvelle inattendue, nous pouvons être tentées d’émettre des jugements ou de faire des remarques acerbes sur la séparation de ce couple qui avait l’air si parfait. Il suffit de lire les commentaires sous les publications liées à cette actualité : l’opinion publique semble déçue de voir s’effondrer une histoire qui la faisait rêver, et même amère devant l’échec d’un couple qui ne montrait aucune faille et qui dispensait des conseils amoureux.

Ces commentaires ne sont d’ailleurs pas spécifiques au divorce Good-Franklin, mais systématiques dès qu’un couple « parfait » se sépare. Si nous pouvons toutes avoir ce genre de réactions, nous devrions pourtant réfléchir aux raisons de celles-ci.

Les échecs des gens « parfaits » ne nous élèvent pas

Trouver une satisfaction à voir les échecs des gens « parfaits » ne nous élève pas.

Entre nous, on peut être franches : qui n’a jamais ressenti une sorte de joie mauvaise à découvrir une faille dans une histoire montrée comme idéale, ou un gros défaut dans une personnalité qu’on jugeait parfaite ? Je plaide coupable, et je n’en suis pas fière. Ça m’est arrivé comme une sorte de réflexe, avant que j’aie le temps de déconstruire ce sentiment et d’en changer.

D’où vient ce réflexe si répandu ? De nos complexes. En effet, si on analyse cette satisfaction étrange, on se rend compte qu’on aime voir que les personnes parfaites ne le sont pas. Pourquoi ? Parce qu’on se sent ainsi moins seules dans notre imperfection.

Mais il y a 2 manières de vivre cette découverte :

  • se sentir plus sûre de soi au détriment de l’image qu’on a d’autrui, car les défauts et échecs de la personne parfaite excusent nos défauts et valorisent qu’on pense avoir de mieux
  • se sentir plus proche d’une personne qui n’est finalement qu’humaine, et dont les défauts et échecs pourraient aussi être les nôtres.

Plus nous nous aimons nous-mêmes, et moins nous sommes capables de nous juger ou de juger autrui. Si les échecs des personnes qu’on pensait infaillibles et parfaites ne nous rendent pas meilleures, l’attitude mentale que nous choisissons de cultiver face à eux nous élèvera ou nous rabaissera selon que nous choisissons la compassion ou le jugement.

@meagangood

Les Couples parfaits ne sont pas responsables de ce qu’on projette sur eux

Pour certaines d’entre nous, notre tendance à juger le divorce de Meagan Good et Devon Franklin vient de notre déception : en effet, ce couple incarnait une image de l’amour qui nous donnait de l’espoir et une vision. Les voir se séparer nous déçoit, car nous nous disons que si même eux divorcent, alors… comment croire en l’amour ?

C’est ce qui arrive avec tous les couples qui incarnent des « relationship goals » à nos yeux : ils sont une source d’espérance qui nous fait continuer de croire en des notions aussi malmenées que l’amour durable ou le mariage. Quand ils se séparent, on leur en veut !

Mais posons-nous la question : ces personnes se sont-elles engagées à être responsables de nos rêves ? Non. Les couples que nous considérons comme parfaits sont juste des humains traversant les mêmes difficultés que les autres, et ils ne sont pas responsables des fantasmes que nous projetons sur eux.

@meagangood

Un divorce n’est pas forcément un échec, et un couple séparé peut rester un modèle

Dans le cas du divorce de Meagan Good et Devon Franklin, ce qui stimule notre envie de les juger est aussi la façon dont ils ont donné leur couple en exemple, notamment sur la question de l’abstinence avant le mariage. Dans leur livre The Wait, ainsi que dans de nombreuses interventions dans les médias, le couple donnait des conseils pour approfondir sa relation et gérer sa vie intime afin d’optimiser ses chances de trouver la bonne personne et de construire un engagement.

Les voir se séparer peut nous donner l’impression que leurs conseils n’ont finalement pas fonctionné pour eux. Le public a manifesté une certaine amertume: certains parce qu’ils suivaient les enseignements du couple et qui n’ont plus de raison d’y être motivés, d’autres parce qu’ils se sentaient dévalorisés dans leurs propres choix, notamment à propos de sujets aussi intimes que la sexualité, et qui ont peut-être éprouvé une certaine satisfaction à constater qu’il n’y finalement pas de recette miracle pour trouver l’amour.

Mais cette façon de penser part d’un présupposé : le divorce serait un échec. Il est largement temps de penser les séparations avec plus de nuances ! Evidemment, aucun couple ne s’unit dans le but de se séparer, mais parfois, c’est de rester ensemble qui est un échec. De plus, quand le couple Good-Franklin s’exprime sur sa séparation, nous découvrons une vision très positive de ce qui est présenté comme une nouvelle étape de leur histoire :

« Après beaucoup de prières et de réflexion, nous avons décidé de continuer nos chemins séparément, mais nous sommes connectés à jamais. »

« Nous célébrons un mariage qui a duré presque 10 ans, et un amour éternel. Ce n’est la faute de personne, nous croyons que c’est le prochain meilleur chapitre de l’évolution de notre amour. Nous sommes incroyablement reconnaissants pour les années que nous avons passées en tant que mari et femme, et à quel point elles nous ont changés. Nous sommes aussi reconnaissants à Dieu pour le témoignage qu’il a crée à travers nous et pour nous avoir bénis à travers notre histoire. »

Finalement, qui peut juger un couple qui a eu un engagement aussi fort et intentionnel pendant presque 10 ans ? Leur histoire reste belle et leur séparation n’invalide pas les conseils relationnels qu’ils ont pu donner. Au contraire, leur manière de se séparer montre l’authenticité de ce qu’ils ont réussi à créer entre eux.

Reçois nos mails !

Rejoins notre Newsletter de + de 70 000 femmes pour recevoir en exclu nos articles, nos évènements, nos promotions et nos cadeaux !