S’il Était Vraiment le Bon — Il Ne Serait Pas Parti

Il est parti. Il t’a quittée. Tu es effondrée.

Ce n’est pas seulement le manque et tout le vide qu’il a laissé autour de toi qui te torture : c’est le sentiment qu’il était l’homme de ta vie, qu’il ne le sait pas, et qu’il est en train de ruiner votre destin. Tu ne te vois pas avec quelqu’un d’autre, c’est lui que tu voulais et avec qui tu te projetais. Je te comprends, on est toutes passées par là. Et tu as envie de me dire « Mais non, moi je ne vis pas un simple chagrin d’amour, c’est bel et bien l’homme de ma vie qui m’a quittée ! ».

J’ai une bonne nouvelle pour toi : s’il t’a quittée, c’est qu’il n’était pas l’homme de ta vie.

 « Je ne comprends pas, tout allait pourtant si bien ! »

Une rupture ne survient pas sans prévenir, sans raison, comme un éclair dans un ciel parfaitement bleu. Même quand tu es prise au dépourvu par la décision rapide et impulsive de ton partenaire, tu as vu des petits nuages s’amonceler avant que l’orage n’éclate. En fait, ces nuages étaient là dès le début. Si tu ne les as pas vus, c’est que tu ne regardais simplement qu’un coin dégagé de l’horizon.

Je ne veux pas critiquer gratuitement la relation que tu as vécue, mais si tu veux moins souffrir et pouvoir, en temps voulus, avancer, tu dois essayer de te souvenir de ces petits nuages noirs et les identifier.

Quand on est quittée, le plus douloureux est le manque, mais ce qui nous obsède et nous empêche de commencer un travail de deuil, c’est de ne pas comprendre ce qui s’est passé. Le cerveau humain a besoin de sens, il en cherche partout. Quand on est frappé par une tragédie, on cherche un coupable. Quand on le trouve, on lui demande des explications. Quand il n’y a pas de coupable, quand on est par exemple victime d’une catastrophe naturelle, on s’explique les choses en parlant du destin. En somme, il est naturel et sain de suivre cette pente et de chercher le sens de ce qui t’a fait mal. Mais parfois, celui qui t’a quittée fuit cette discussion dont tu aurais tant besoin, ou te donne une fausse raison :

  • Il prend tout sur lui de manière vague, en mode « grand prince » : « Tout est de ma faute, tu mérites mieux que moi, c’est moi le problème, je ne suis pas fait pour être en couple, etc. ». C’est la technique utilisée par les hommes qui veulent rompre sans endosser le mauvais rôle, et qui veulent surtout éviter de rentrer dans une discussion de fond.
  • Ou bien en mode « lâche », il te met tout sur le dos, en s’abritant derrière un défaut que tu as reconnu précédemment, mais qui est une futilité, et non la véritable cause de la rupture. Le but est là encore d’éviter d’entrer dans une discussion de fond. En effet, les hommes ont généralement tendance à fuir le conflit et les controverses profondes qui suivent une rupture.

Tu vas alors devoir trouver toute seule les vraies raisons de son départ, si tu veux espérer aller mieux, et aller de l’avant.

Si c’est fini, c’est que quelque chose n’allait pas dès le départ

On ne présente plus Iyanla Vanzant, cette femme éclairée qui répare la vie de millions de personnes, en partageant la sagesse qu’elle a acquise dans ses propres souffrances.

Un de ses préceptes est « Chéri t’as quitté, car chéri n’était pas le bon pour toi dès le départ ».

« Dès le départ », tu as bien lu. La cause de la rupture était présente dès le début de votre relation, elle n’est pas apparue par surprise dans une relation idyllique.

Dès le début, vous n’aviez pas le même rythme de vie, les mêmes ambitions, les mêmes rêves, le même rapport à la sexualité, la même notion du couple, le même niveau d’instruction… je pourrais te faire une longue liste dans laquelle tu trouveras ce qui a causé ta rupture. Tu n’y trouveras rien de rédhibitoire a priori (sinon il n’y aurait pas eu d’histoire), seulement des points de discorde qui, sur le moment, t’ont semblé surmontables parce que :

  • Tu t’es dit que votre amour serait plus fort sur vos différences ou vos divergences.
  • Tu as cru que tu pourrais changer ton homme, ou que tu parviendrais à changer pour lui.

Au fil du temps, ton ex s’est rendu compte que ces points de discorde seraient insurmontables.

Es-tu sûre que ça aurait pu durer ? À quel prix ?

Ton partenaire t’a quittée parce qu’il était lucide sur ce qui vous séparait depuis le début et qui finirait de toute façon par vous séparer. Cette phrase te révolte… Tu penses peut-être qu’il se trompe, que vous auriez pu faire encore plus d’efforts, au nom de votre amour.

Tu n’as pas tort : cela aurait pu durer. Toute la vie. Mais à quel prix ?

Essaie d’envisager avec réalisme la somme de valeurs ou de traits de vos personnalités respectives qu’il aurait fallu mettre de côté pour que votre couple dure. Tu peux faire cette liste par écrit : la voir concrètement sous tes yeux peut t’aider à prendre la mesure de ce qui était, en fait, insurmontable.

En toute honnêteté, peux-tu imaginer que tu aurais, par exemple, supporté son côté séducteur sans plus jamais témoigner ta jalousie ni risquer d’être trompée ? Aurais-tu pu lui demander de faire une croix sur son désir d’enfants parce que tu n’en veux pas, sans qu’il vive dans le regret ? Auriez-vous vraiment pu tempérer vos caractères de feu, ou mener une vie de couple enrichissante sans partager un seul intérêt en commun ? Ce ne sont que des exemples, mais tu vois que certaines concessions ne sont pas possibles. Elles conduisent à une aliénation. Si toi ou ton partenaire devez renoncer à une partie trop définitoire que de qui vous êtes, vous souffrirez : l’un de vous finira par ne plus se reconnaître le naturel reviendra au galop, avec une part de ressentiment.

Un jour, tu remercieras ton ex pour avoir eu la lucidité de vous faire gagner du temps. Ce jour-là, tu seras sûrement dans les bras d’une personne avec qui la vie est vraiment épanouissante. Tu te seras simplement retrouvée, dans toute ta vérité.

Je suis passée par tout ce que tu vis. À l’époque, je n’aurais pas cru une amie me disant que je serais tellement plus heureuse plus tard, grâce à cette rupture qui me faisait si mal. Et pourtant… C’est absolument vrai. Alors, considère que je suis ton « moi » du futur, un futur plus proche que tu ne le crois. Je n’ai qu’une chose à te dire : courage, tu étais sur un rivage familier et que tu aimais. Tu as été jetée à l’eau en pleine tempête, tu souffres et tu as peur, tu es désorientée et l’instinct semble te dire de regagner la rive à laquelle tu viens d’être arrachée. Mais le courant t’empêche de l’atteindre. Tu ne vas pas y arriver. Tu ne vas pas couler non plus. Tu vas simplement te laisser porter par le courant qui t’en éloigne. Puis tu vas reprendre des forces, et nager avec ce courant. Et un jour, plus proche que tu ne le crois, tu vas atteindre une rive tellement plus belle que celle que tu as quittée, que pour rien au monde tu ne voudras faire le voyage inverse, même si on venait te chercher. Tu vas bénir l’épreuve qui t’amène plus forte sur le paradis qui t’était destiné. Je te fais une promesse. Dans peu de temps tu seras comme moi sur cet autre côté, après la tempête, en train d’encourager une autre femme qui a l’impression de se noyer.

S’il est parti, c’est qu’il ne te mérite pas

Ma grand-mère disait « S’il est pour toi, il est pour toi. Il n’y a rien à faire, c’est le destin. Même si tu le repousses, il va insister. » Elle avait passé une vie de bonheur et d’amour avec un homme qu’elle avait commencé par rejeter, mettre à l’épreuve, à qui elle avait imposé ses standards et ses valeurs, et qui n’avait pas fui, alors qu’il était très beau et très habitué au confort de sa vie de coureurs de jupons. C’était le bon, c’est pour ça que mon grand-père était resté, même si c’était difficile de rester auprès d’une femme qui n’avait pas l’intention de se transformer pour l’inciter à s’accrocher. Les grands-mères ont toujours raison.

Si celui que tu aimais est parti, c’est qu’il n’était pas pour toi. Ça ne veut pas dire qu’il était bien pour toi, au contraire. Cela veut dire :

  • Que ce n’était pas « le bon », cette fameuse âme-sœur que la vie te destine. Tu dois être humble : tu ne sais pas mieux que Dieu ou le destin ce qui est bon pour toi.
  • Que cet homme ne te méritait pas : un homme qui laisse passer une femme comme toi manque de discernement. Et la clairvoyance fait partie des qualités de base que tu peux espérer chez l’homme à qui tu donneras ta vie. Tu es une femme géniale, et l’homme qui te verra comme une bénédiction dans sa vie, et qui fera tout pour partager son destin avec toi, est le seul qui mérite ton attention, ton cœur, ton corps, ton temps, et ton futur.

Seul cet homme-là doit être l’objet de tes rêves. Ce n’est pas parce que tu ne le connais pas qu’il n’existe pas. Et tu le rencontres peut-être dans une heure, alors sèche tes larmes, et fais-toi belle.

Elise
Elise

L’amour est ma valeur première. Je suis convaincue qu’en cherchant l’harmonie en couple, nous trouvons la part de nous-même la plus rayonnante. Alors soyons brillantes et influentes: aimons et vivons avec générosité et intelligence. Nous sommes fortes, nous sommes belles, nous sommes libres. Nous nous donnons le pouvoir, de Femme à Femme. Inspirons-nous les unes des autres pour changer nos vies et le monde qui nous entoure.

REJOINS LA
#TEAMFI

 
Pour recevoir ta dose de motivation
et être au courant de nos évènements
avant tout le monde
S'ABONNER
close-link