Survivre Au Décès de son Mari : Le Témoignage de Sheryl Sandberg

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Sheryl Sandberg & Adam Grant. Photo: Matt Albiani

Dans son livre Option B, Sheryl Sandberg, la n°2 de Facebook, témoigne de la tragédie qui a frappé sa vie en 2015 : le décès inattendu de son mari. Son témoignage sincère est bouleversant, mais aussi plein d’espoir. Aidée de son ami Adam Grant, célèbre professeur de psychologie, elle nous partage les clés qui l’ont aidée dans son processus de résilience, afin de survivre, de soutenir ses enfants, et de retrouver le bonheur, guidée par le souvenir toujours présent de l’amour de sa vie.

Son livre s’ouvre sur cette dédicace : « Dave,  je t’aimerai toujours. »

« L’Inimaginable – M’asseoir Avec Mon Fils et Ma Fille Pour Leur Annoncer Que Leur Père Était Mort. »

En 2015, alors qu’elle était en vacances avec son mari et quelques amis, Sheryl Sandberg perd brutalement son époux Dave, victime d’un accident cardiaque. Sous le choc, elle doit rentrer seule et annoncer à ses enfants la terrible nouvelle. Une vérité la frappe : elle doit survivre et rester debout, pour eux.

Avant même de penser à rassembler ses forces, il lui faut affronter l’incontournable vérité : l’amour de sa vie est mort. L’enjeu est pour l’instant simplement de survivre à chaque journée sans lui.

« J’étais entrée dans un vide abyssal, une sorte de néant, qui envahit votre coeur et vos poumons et limite votre capacité à penser et même à respirer. »

Courtesy Sheryl Sandberg – Facebook chief operating officer Sheryl Sandberg dances with husband Dave Goldberg following their wedding in Arizona in 2004.

« La poésie, la philosophie et la psychologie nous enseignent que le temps ne passe pas à la même vitesse selon notre état. Pour moi, le temps a soudain ralenti drastiquement. »

Cette douleur remet en question le sens de toutes les choses qui pouvaient intéresser ou préoccuper Sheryl, et l’isole de ceux qui, malgré leur bonne volonté, ne peuvent comprendre ce qu’elle traverse.

” Comment les gens peuvent-ils continuer à vivre comme si de rien, n’était. Ne savent-ils donc pas?”

Survivre

« Tu n’as pas le choix. »

Très vite s’impose à Sheryl une vérité aussi cruelle que motrice : elle n’a pas le choix. Elle doit survivre, au moins pour ses enfants, et rien ne sert de dépenser toute son énergie à refuser l’horreur de ce qui est arrivé à sa famille. Elle est obligé de faire sans ce que la vie lui a pris, et de faire de son mieux avec ce que la vie lui a laissé. Comme un ami le lui dit un jour alors qu’elle pleure l’absence de son mari à une activité de sa fille, « L’option A n’est plus disponible. Il va falloir faire avec l’option B. »

« La vie n’est jamais parfaite. Nous vivons tous une option B sous une forme ou sous une autre. Ce livre est là pour nous aider à tout déchirer. »

En effet, Sheryl Sandberg ne prétend pas tourner la page, ni nous donner des clés pour oublier nos épreuves, mais seulement nous raconter comment elle a retrouvé la force d’être aussi heureuse que possible avec ses enfants, et de donner un sens à sa vie pour accepter de ne pas avoir suivi son mari.

Surmonter

« Celui qui vit guidé par un pourquoi, peut supporter tous les comment. »

Sans jamais prétendre avoir trouver la clé – ou vouloir trouver la clé – pour oublier la douleur et le manque, Sheryl Sandberg nous propose les idées qui l’ont aidée jour après jour et qui peuvent aider toute personne frappée par une épreuve de la vie, qu’elle soit un deuil ou tout autre chose :

⇢ Trouver une utilité à sa vie : avoir un travail qui a du sens, vivre pour ses enfants…

⇢ Se concentrer sur les problèmes des autres afin de leur venir en aide

⇢ Ritualiser les moments qui semblent insurmontables pour en faire des moments d’amour : elle raconte comment elle a décidé de porter son alliance à la main droite, pour marquer le passage à une autre phase de sa vie, sans pour autant cesser d’être la femme de Dave, ou encore comment elle a tenu à vider le placard du défunt avec ses enfants, 1 an après sa mort, pour en faire un moment de souvenir du défunt.

⇢ Se concentrer sur ce que l’homme qu’on aimait aurait voulu : que l’on vive et que l’on soit heureuse, même avec un autre, un jour. Elle conseille de se formuler ces choses explicitement du vivant des époux, afin de libérer celui qui survivra de sa culpabilité, le moment venu.

« Après avoir perdu son compagnon, la seule perspective plus angoissante que de retrouver la joie est de retrouver l’amour. »

Photo by Kevork Djansezian/Getty Images

⇢ Respecter sa tristesse et sa colère, les laisser s’exprimer avec compassion

⇢ Envisager comme seul objectif de survivre le mieux possible, jour après jour

⇢ Ne pas tomber dans le piège des 3 P qui freinent le processus du deuil : la Personnalisation (ce n’est pas de ta faute), la Permanence (la douleur finira par s’estomper), la Perméabilité (tous les domaines de ta vie ne seront pas durablement affectés pas ton deuil : tu as le droit de t’épanouir au travail ou de rire avec tes amis, cloisonner ta vie t’aidera à avancer)

⇢ Grandir en étant obligée de survivre au pire

« Parfois, le chagrin me revient comme une vague. Il envahit mon esprit, jusqu’à ce que je ne puisse plus rien ressentir d’autre. Il refait surface à des dates prévisibles, comme le jour de notre anniversaire de mariage, mais aussi à des moments plus anodins, comme lorsque je trouve dans ma boîte aux lettres une publicité adressée au nom de Dave. Parfois, alors que je travaille à la table de la cuisine, mon cœur s’arrête net, parce que j’ai l’impression, l’espace d’une seconde, de l’entendre ouvrir la porte pour rentrer à la maison. Mais si le chagrin nous écrase comme une vague, il repart comme la marée, et nous sommes toujours là, non seulement debout mais plus forts. L’option B nous offre encore des options. Nous pouvons continuer à aimer, et nous pouvons continuer à éprouver de la joie. Je sais désormais qu’il est possible de se remettre, mais également de grandir. Est-ce que je renoncerais à cette évolution pour que l’on me rende Dave ? Bien évidemment. Personne ne choisit de grandir de cette façon, mais nous y sommes parfois forcés, alors nous grandissons. »

Honorer Un Amour Par-delà La Mort

« A l’enterrement de Dave, j’ai expliqué que si quelqu’un nous avait dit, le jour de notre mariage que nous ne passerions que 11 années ensemble, je l’aurais quand même épousé. 11 années à avoir été son épouse, et 10 à avoir élevé des enfants avec lui, c’est plus de chance et de bonheur que je ne l’aurais jamais imaginé. Je suis reconnaissante pour chaque minute passée avec lui. »

La perte de celui que l’on aime ne fait pas disparaître ce que l’on a partagé avec lui et ce qu’il nous a apporté. Prendre conscience que l’on est heureuse d’avoir aimé et d’avoir été aimée d’une telle personne, malgré l’issue tragique de cette histoire, permet d’honorer cet amour par-delà la mort.

« J’ai terminé mon discours funéraire avec ces mots : « Dave, aujourd’hui je te fais plusieurs promesses. Je te promets d’élever nos enfants pour qu’ils sachent qui tu étais, et tous ceux qui sont là pourront m’aider à le faire en leur parlant de toi. Dave, je les élèverai pour qu’il sachent tout ce que tu espérais que la vie leur apporterait, et que tu les aimais plus que tout au monde. Dave, je te promets de faire tout mon possible pour mener une vie dont tu serais fier, une vie où je donnerais le meilleur de moi-même : être une amie digne de celui que tu as été pour nos amis. Suivre ton exemple en essayant de rendre ce monde meilleur, et toujours, je dis bien toujours, chérir ton souvenir et aimer notre famille. Aujourd’hui, il nous faut dire aurevoir à l’amour de ma vie, mais nous n’enterrons que son corps. Son esprit, son âme, et son incroyable capacité à donner resteront parmi nous, je peux les sentir quand les gens me racontent combien il a compté pour eux. Je peux les voir dans les yeux de notre famille et de nos amis, et surtout dans le courage et dans la résilience de nos enfants. Les choses ne seront plus jamais les mêmes, mais le monde est meilleur depuis que Dave Goldberg y a vécu. » Oui, le monde est meilleur depuis que Dave Goldberg y a vécu. Je suis une meilleure personne grâce à toutes ces années que nous avons passées ensemble et grâce à tout ce qu’il m’a enseigné, dans sa vie comme dans sa mort. »


Si tu veux te procurer le livre, clique ici.

h

FOCUS

Le Planner de Ma Vie 2019

Survivre Au Décès de son Mari : Le Témoignage de Sheryl Sandberg

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Sheryl Sandberg & Adam Grant. Photo: Matt Albiani

FOCUS

Le Planner de Ma Vie 2019

Shopping Basket