Jean-Claude Barny : Le réalisateur engagé du film « Le Gang des Antillais »

Né en Guadeloupe, le réalisateur d’origine Afro-antillaise arrive en métropole dans les années 70. Artiste passionné, il visionne durant sa pré-adolescence énormément de films, telle une addiction à l’image. C’est à l’âge de 20 ans qu’il se fait une bande de copains partageant le même rêve: marquer l’histoire du cinéma. Lumière sur cet homme talentueux et décidé à changer les codes du cinéma français.

3points1-300x67

Un homme déterminé

Evoluer et trouver sa place dans le milieu cinématographique n’est pas sans difficultés. Jean-Claude Barny saura se montrer patient et déterminé à atteindre son but. Il prendra le temps de s’entourer des bonnes personnes et refusera de modifier sa vision au risque de voir certaines portes se fermer. Mais son cinéma ne changera pas. Il ne se pliera pas aux exigences commerciales qui dénaturent souvent l’âme d’un artiste. Jusqu’au bout et même face aux difficultés à trouver des financements, il conservera ses principes et restera fidèle à sa vision d’un nouveau cinéma, engagé et vrai.

Un artiste engagé

Conscient des difficultés que rencontrent les artistes de la communauté noire à trouver une tribune pour exprimer leur talent il s’imposera comme LE réalisateur Français à offrir une chance aux artistes issus de minorités. Cette main tendue n’a pas pour but d’imposer une pensée communautariste mais de réveiller les consciences sur l’émergence de grands talents dans la banlieue. Plus votre vie est dure, plus vous vous donnez les moyens de réussir. Peu de noirs réussissent en France car on ne leur donne pas les même opportunités, donc peu d’exemples naissent afin d’ouvrir la voie aux générations à venir. Comment s’identifier à quelqu’un qui ne nous ressemble pas ? C’est tout le problème de notre époque actuelle. Jean-Claude Barny s’impose et c’est grâce à des personnes comme lui que le changement se fera.

À LIRE AUSSI :  Simone Biles : Comment elle a surmonté son passé pour devenir la plus GRANDE gymnaste au monde !

Des films aux messages puissants

Réalisateur de deux longs métrages, d’une série, d’un téléfilm, de courts métrages et de clips vidéos Jean Claude Barny a su imposer son style. Un scénario et des dialogues ciselés, une image travaillée et un casting d’acteurs époustouflant.

Après Nèg Maron sorti en 2005 mettant en scène deux jeunes amis d’enfance -interprétés par Admiral T et Stomy Bugsy- issus d’un milieu familial et social déchiré qui devront faire face à l’escalade de la violence en Guadeloupe et dont l’amitié sera mise à dure épreuve, le téléfilm Rose et le Soldat sorti en 2015 aborde sans tabou les conditions de vies dans une Martinique encore dirigée par le régime de Vichy en 1942. Le racisme, l’asservissement, l’exploitation d’hommes dans les forces armées laissés ensuite impunément à l’abandon et destitués de tout droit à une pension de retraite sur la décision d’un seul officier. Tout autant d’exemples donnés et si peu abordés dans les livres d’histoire.

Ce Mercredi 30 Novembre est sorti Le Gang des Antillais, inspiré du livre autobiographique de Loic Lery ce film relate le parcours identitaire de quatre jeunes antillais arrivés en métropole dans les années 70. La promesse du gouvernement – travail, ascension sociale – tourne court et laisse place au racisme et aux discriminations. Portés par leur colère et leur sentiment d’injustice les quatre hommes basculent progressivement dans la délinquance. Un  véritable thriller à la hauteur du cinéma Afro-américain très abouti artistiquement et visuellement qui met en lumière des actrices et acteurs noirs, sous-représentés dans le cinéma français, et qui offre une synthèse entre polar et combat politique. L’histoire universelle d’une communauté opprimée qui lutte pour sa liberté. Un message fort et toujours autant d’actualité 50 ans après.

À LIRE AUSSI :  3 choses à savoir sur Leila Bekhti : la simplicité incarnée

À voir absolument et rapidement. Le temps de visibilité que ce film aura dans les salles dépendra du nombre d’entrées depuis sa sortie le 30 Novembre. Alors FONCEZ les #FI!

3points (2)

Retrouvez ICI la liste des 59 salles où le film est projeté

le gan des antillais

Shanaïs
Rédactrice en Chef de ce magazine je suis également coach en développement personnel et une artiste passionnée.
Je suis convaincue que vous disposez toutes de ressources infinies pour réussir et vous accomplir dans tous les domaines de votre vie et nous sommes là pour vous y aider!
Alors faites de votre vie un rêve et de votre rêve une réalité.

Leave Your Reply