La Force des Discrets : Le Pouvoir des Introvertis Dans un Monde Trop Bavard

Loin d’être un défaut, la discrétion et l’introversion peuvent se révéler être de formidables pouvoirs. Sous leurs airs réservés et distants, les introvertis dissimulent une grande richesse intérieure. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il est tout à fait possible de s’affirmer en tant qu’introvertie dans un monde qui valorise l’extraversion.

C’est ce que démontre Susan Cain dans son ouvrage La Force des discrets, où elle entend balayer les idées reçues sur les introvertis. Épuisée de constater que la société ne laisse place qu’à ceux qui parlent haut et fort, l’auteure décide de mener une enquête sur ces personnalités discrètes et introverties. Elle parvient à mettre en lumière leur créativité, et démontre comment celle-ci peut rayonner dans le monde des entreprises, des arts ou même de la politique.

 

1. FACE AUX LEADERS CHARISMATIQUES, DES MENEURS INTROVERTIS SE FONT ENTENDRE

C’est la conclusion à laquelle est arrivé Adam Grant, professeur en management. Les dirigeants introvertis, dotés d’un grand sens de l’écoute, incitent leurs employés à prendre des initiatives et à travailler davantage : ils les rendent proactifs. À l’inverse, c’est avec des employés passifs qu’une dirigeante extravertie obtient de meilleurs résultats. Finalement, on gagnerait à placer à la tête d’entreprises autant de dirigeants introvertis qu’extravertis.

 

2. TRAVAILLER SEUL DÉCUPLE LA CRÉATIVITÉ

 

Marianna Hewitt

La solitude peut se révéler être une véritable chance. Les introvertis, conscients de cela, ont su pour la plupart en tirer parti, tout comme les créatifs qui travaillent mieux en solitaires : c’est le moyen de se concentrer sans se laisser disperser par les éléments extérieurs. Si certains voient dans le travail de groupe et la collaboration la seule possibilité de trouver des idées fructueuses, cela ne peut être le cas pour tout le monde. Le chercheur en psychologie Anders Ericsson soutient que si certains musiciens et athlètes deviennent de véritables prodiges ou virtuoses, c’est précisément parce qu’ils ont profité d’entraînements solitaires et volontaires.

Par ailleurs, il semblerait que le travail en groupe ne soit pas la meilleure façon de réfléchir ni d’émettre de meilleures idées. Pourquoi ? Parce qu’elle favoriserait la paresse chez certains et bloquerait la production d’idée par crainte du jugement des autres. Or pour être créatif, s’affranchir de la pression de ses pairs est une nécessité.

 

3. L’HYPERSENSIBILITÉ CARACTÉRISE LA PERSONNE INTROVERTIE

 

Marianna Hewitt

La chercheuse en psychologie Elaine Aron apporte un nouvel éclairage sur les introvertis puisqu’elle remarque qu’ils sont majoritairement très sensibles. Les conclusions de recherches scientifiques démontrent que les introvertis possèdent une orientation philosophique très spirituelle. Ils sont davantage intuitifs et semblent apprécier les arts et la beauté en chaque chose. Par ailleurs, il semblerait qu’ils éprouvent des émotions extrêmement fortes et décuplées. Les introvertis sont de manière générale très compréhensifs et font preuve d’une grande empathie. C’est qu’il s’agit d’une puissante faculté intuitive qui permet de se mettre à la place d’autrui et de percevoir ce qu’il ressent.

 

4. LES INTROVERTIS FONT CONFIANCE À LEUR « CERVEAU NEUF »

Le « cerveau neuf » est ce qui renvoie au néocortex, c’est la voix de la raison et de la prudence. Le « vieux cerveau » quant à lui renvoie à l’amygdale liée au noyau accumbens, c’est le centre du plaisir, qui pousse à agir sans réfléchir et avec avidité. Ces deux zones du cerveau sont parfois en conflit : c’est la plus puissante des deux qui l’emporte.

Marianna Hewitt

Les extravertis sont eux plus exposés au « vieux cerveau ». Ils sont davantage dans la recherche de plaisir et bénéficie d’une agitation positive comme lorsqu’ils manifestent d’un grand enthousiasme. Toutefois, lorsqu’elle n’est pas mesurée, cette agitation peut déboucher sur nombre d’inconvénients :  prise de risque, euphorie exacerbée jusqu’à devenir violence. Les extravertis semblent de manière générale céder à leur première impulsion et à la récompense immédiate. En réalité, il convient de trouver un équilibre, une juste mesure, entre réflexion et action.

Les introvertis quant à eux ont plus tendance à attendre et à réfléchir. Leur prudence et leur capacité de réflexion font qu’ils seront plus efficaces pour résoudre des situations complexes. Ils ne sont pas nécessairement plus intelligents, mais leur attitude réfléchie et leur capacité d’analyse sont de véritables atouts. Ainsi, les employeurs gagneraient à embaucher des individus complémentaires, introvertis et extravertis.

 

5. ON PEUT FEINDRE L’EXTRAVERSION

Feindre ou simuler l’extraversion est possible. Nombre d’introvertis sont habiles dans cet exercice. Ils parviennent avec plus ou moins de facilité à adapter leur comportement aux exigences d’une situation donnée. Bien que naît avec les caractéristiques de l’introversion, un discret peut tout à fait adopter l’attitude d’un extraverti qu’il mettra au service d’un engagement qui lui tient à coeur. Toutefois, cette « fausse personnalité » est judicieuse et acceptable seulement dans le cas où elle sert une vocation, un engagement ou encore un projet. Car pour rester en phase avec soi-même, l’auteure recommande de rester soi-même autant que faire se peut. C’est qu’être en permanence hors de sa véritable nature peut conduire à l’épuisement, qu’il soit moral ou physique.

 

 


 Pour aller plus loin, procure-toi le livre : Clique ici

 

Lina
Lina

Etudiante en droit et en philosophie, j’attache à côté de cela un intérêt tout particulier à la beauté, à l'apparence physique et tout ce qu'elle englobe. Elle est un moyen en vue d’une fin, celle du bien-être et de la réussite, qu'elle que soit l’idée que l’on se fait de celle-ci. Convaincue du réel impact de l'apparence, je vous partage modestement ce que j'espère vous être utile. Instagram : lina.bl

Télécharge ton PDF gratuitement

30 exercices pour Réussir sa Rentrée

TÉLÉCHARGER
close-link