4 grandes leçons de carrière à retenir de Michelle Obama

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Michelle LaVaughn Obama est avocate de formation. Elle est la première First Lady afro-américaine de l’histoire des Etats-Unis. Sa grande popularité est principalement due à son naturel. Le parcours de Mme Obama regorge de leçons pour toute personne qui désire réussir sa carrière. Voici donc 4 leçons que l’on peut retenir de son parcours.

1. Les études.

La première First Lady noire des Etats-Unis mène de vastes campagnes pour sensibiliser sur l’importance des études. Sa dernière campagne a été un clip vidéo où la première dame la plus moderne de l’Histoire encourageait les jeunes à s’inscrire à l’université… en rappant, s’il vous plaît! Le parcours de Michelle Obama est brillant… Diplômée des prestigieuses universités de Princeton et d’Harvard, elle a suivi un cursus en marketing et dans la protection de la propriété intellectuelle. Ses multiples interventions visent à dire aux jeunes femmes d’oublier pour quelques années les relations amoureuses, le mariage et de se concentrer uniquement sur leurs études. C’est ainsi, dit-elle que vous rencontrerez celui qui sera capable d’être à votre niveau. Les études ont une importance fondamentale et Michelle Obama l’a bien compris. Elle ne s’est par ailleurs pas simplement contentée de suivre des études, elle a choisi l’excellence en étant admise dans 2 prestigieuses universités de la Ivy League, universités qui font partie du top 10 mondial.

Son parcours nous enseigne une première chose : être exigent avec soi-même commence par le choix de ses études. Les études supérieures sont une exigence de base à de nombreuses carrières ou professions dans un monde où la concurrence sur le marché du travail est de plus en plus rude. Les études sont également l’occasion de se découvrir un nouveau centre d’intérêt et d’affiner son profil. C’est une période d’ajustements importants. Le fait de quitter l’école sans diplôme est bien trop lourd de conséquences. C’est un investissement dans l’avenir.

Il n’est jamais trop tard pour reprendre ses études et retourner sur les bancs de l’université. Il n’y a pas d’âge pour se perfectionner et pour exiger le meilleur en matières d’études. Les masters destinés aux personnes en milieu de carrière existent également. C’est là une chance inouïe pour toute personne qui croit en ses ambitions et qui se donne les moyens de réaliser ses projets. La question des moyens peut parfois se poser, mais les financements bancaires existent notamment pour les étudiants acceptés en écoles de commerce. Les concours, les dossiers à préparer, les nuits blanches de révisions, les dures périodes d’examen, ont bien plus de valeur qu’on ne le pense. Ils façonnent notre futur et nous donne la possibilité de ne pas vivre dans le regret de n’avoir pas tenté l’aventure.

 

2. Varier ses expériences.

Trouver un emploi n’est pas le plus difficile… Le plus difficile est de quitter sa zone de confort et de varier ses expériences. En effet, il est plus facile de demeurer accroché à un poste et de ne plus vouloir le quitter que de partir en quête de nouvelles expériences ou de nouvelles compétences. Michelle Obama n’a pas simplement été avocate… D’abord embauchée par le cabinet d’avocat Sidley Austin à Chicago, elle devient ensuite assistante du maire, puis choisit de diriger une association, et enfin de proposer ses services à l’université de médecine de Chicago, où elle devient vice-présidente des affaires externes.

Le parcours de Michelle Obama est loin d’être lisse. Il est riche d’expériences diverses, et nous enseigne une deuxième chose : il faut parfois quitter sa zone de confort, changer de poste quand l’occasion se présente ou chercher à conquérir de nouveaux horizons pour s’épanouir et écrire sa propre histoire. Avec l’âge et les responsabilités viennent parfois la peur de chambouler son quotidien bien établi. Mais cette peur n’a pas lieu d’être. Prendre des risques est une nécessité pour obtenir le meilleur. Quand il s’agit de son emploi, il ne faut pas hésiter à prospecter ailleurs, voire à quitter sa ville ou son pays pour les plus téméraires. Les sites des ambassades regorgent d’informations pour ceux et celles qui souhaitent quitter leur pays. Quant à trouver un emploi, la chance peut nous sourire au gré des candidatures spontanées. Varier ses expériences constitue une étape fondamentale dans son bagage intellectuel et financier. N’ayez pas peur d’oser, car les années passent vite, et avec le temps viennent les regrets et les remords.

 

3. Rester soi-même.

Michelle Obama est toujours restée elle-même, où qu’elle soit. Rester soi-même relève d’une grande capacité à se distinguer. Ses vacances en août 2010 en Espagne, dans le contexte de la crise économique, ont provoqué une vive polémique aux États-Unis, les médias américains la surnommant « Marie-Antoinette. »

Le 27 janvier 2015, le lendemain de l’enterrement du roi d’Arabie Saoudite Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, Michelle Obama n’a voilé ni son visage ni sa tête, refusant de suivre l’exemple de Condoleezza Rice, Hillary Clinton et Angela Merkel, alors que les femmes saoudiennes sont obligées de sortir voilées. Michelle Obama, par ces gestes, décide de rester ce qu’elle est et ce en quoi elle croît. Les protocoles de ce monde ne la font absolument pas changer. Rester soi-même donne une force impressionnante et permet à celles qui le sont de se démarquer lors d’entretiens d’embauche. Michelle Obama n’est pas juste elle-même… Elle pousse le bouchon encore plus loin en décidant d’affirmer ce qu’elle est peu importe les opinions des autres. Un employeur ne cherche pas un béni oui-oui. Il cherche, au-delà de compétences, une personnalité affirmée. Ce n’est pas la peine de s’inventer un personnage. C’est le meilleur moyen de voir son CV finir à la poubelle, car cela se sent. Votre discours doit être authentique en conformité avec vos croyances, vos valeurs et vos aspirations, car personne n’est comme vous. Il serait dommage de passer à côté d’une belle expérience uniquement parce que vous avez voulu rentrer dans le moule et faire comme les autres.

 

4. Choisir ce que l’on aime.

L’amour de son activité a énormément de valeur. Ne pas apprécier ce que l’on fait est l’un des signes alarmants de la médiocrité. Si vous n’aimez pas votre emploi, quittez le. Si vous n’aimez pas votre activité, cessez-la après avoir soigneusement prospecté pour vous trouver une place dans un autre secteur. Si Michelle Obama a autant de succès et de charisme, c’est parce qu’elle ne se force absolument pas. Elle accomplit ce qui lui tient à coeur et délaisse les activités qui la laissent froide. La première dame actuelle des Etats-Unis a ainsi mené une campagne contre l’obésité parce que cela lui tenait à coeur. Il n’est jamais trop tard pour faire ses valises et choisir d’appartenir à ses passions. Souvenez-vous que votre paix intérieure a 10 fois plus de valeur que tout le reste. Les activités que l’on n’aime pas ne devraient être que des étapes temporaires dans nos vies pour accomplir ce que l’on préfère. Il n’y a pas de fatalité, il n’y a que des incrédules. Une personne passionnée par son travail fait ce pour quoi elle est destinée sans avoir le sentiment de travailler. Celle qui travaille sans passion accomplit son dur labeur par obligation, volonté et devoir, alors que le passionné oublie qu’il doit travailler. L’activité devient un tel plaisir qu’elle devient un jeu et allège le poids des contraintes et du temps. C’est la force inhérente à toute réussite.

Conclusion

Étudier avec précaution la vie des personnes qui nous inspirent permet de relever quelques ingrédients-clé de leurs succès. La vie de Michelle Obama est pleine d’enseignements sur la réussite. La First Lady déclare : « Je n’ai jamais manqué les cours. J’adorais avoir des bonnes notes, j’aimais être intelligente. J’aimais être à l’heure. J’ai toujours pensé qu’être intelligente est la chose la plus cool au monde. »

FOCUS

Le Planner de Ma Vie 2019

Shopping Basket