J’ai été Battue, J’ai Vu, Vécu et Vaincu…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Shutterstock

Tous les ans, les médias nous parlent de la violence faite aux femmes, on nous dit que c’est inexplicable et impensable : la victime doit partir, porter plainte et refaire sa vie…. En vérité, c’est loin d’être aussi facile ! Une femme qui subit des violences n’a pas forcément la force physique et mentale pour quitter son tortionnaire. Dans cet article, je vais te parler de mon expérience mais aussi de celle des femmes de ma famille. Ce témoignage ne représente pas TOUTES les femmes mais pourra éclairer, interroger et peut-être aider certaines d’entres vous à changer leur vie. De la prise de conscience vient la possibilité de comprendre et de changer son monde.

Comment commence la violence

Je viens d’une famille où les femmes se sont fait battre par leur mari. J’ai également subi les foudres de mon père de mes 4 ans à mes 16 ans. Les maris étaient des alcooliques depuis de nombreuses années, substance non joyeuse dans nos foyers car elle rajoutait de la fougue aux violences quotidiennes.

Ma grand-mère me disait que lorsqu’elle a rencontré son mari, il ne buvait que du lait. Ma mère n’a jamais vu mon père boire avant dix ans de mariage. C’était des hommes intelligents qui étaient des as de la manipulation, de vrais ” pervers narcissiques”. Les femmes de ma famille étaient soumises au bon vouloir des humeurs de leur mari qui le soir venu, dans l’intimité, usait de la violence avec vigueur et acharnement.

Tout à commencé doucement : une premier coup – des excuses et on oublie , un deuxième – on s’explique, on pleure et on oublie…. De fil en aiguille la violence s’installe car la femme pense qu’elle est fautive. Lorsque vous entendez jour et nuit des reproches sur tout ce qui fait votre être : vous finissez par le croire.

La violence s’installe insidieusement, sans crier gare, jusqu’à devenir le lot quotidien des femmes battues. On se dit qu’on le mérite puisqu’on nous rabâche matin et soir qu’on est ” une moins que rien”. Or, c’est faux ! Vous êtes soumise à la manipulation d’un homme violent qui ne trouve son plaisir que dans le mal qu’il vous fait. L’amour ne rimera jamais avec le mot violence ! Rien ne justifie une vie faite de cris, de coups et de larmes.

Shutterstock

Pourquoi les femmes ne partent pas ?

Parce que quitter un pervers narcissique est la chose la plus difficile au monde ! Ce genre de personne va vous porter au firmament jusqu’à vous amener à votre enterrement. Un jour vous êtes la femme de sa vie et le soir venu vous êtes une vulgaire “putain”. Partir signifie laisser les enfants aux mains d’un tortionnaire. Partir signifie, se retrouver toute seule sans ressources et sans possibilité de croire à l’avenir. On reste parce qu’on se dit que c’est peut-être de notre faute s’il est violent, qu’on est forcément fautive s’il boit… Vivre avec quelqu’un qui vous démontre par A+B que vous êtes la cause de tous les problèmes du monde – ça crée un cerveau fait de doutes et d’incertitudes.On finit pas être l’ombre de son ombre et l’on survit jour après jour dans l’attente d’une accalmie ou d’un miracle qui n’arrivera jamais.

Il faut souvent un déclenchement pour y arriver. Ma grand-mère est restée, ma mère est partie . Pourquoi? Parce qu’elle a fait ce que la majorité des femmes battues ne font pas : elle a parlé ! Ma mère a pris la décision de ” dire” ce qui se passe et d’alerter les autorités du danger encouru dans son foyer.Lorsque la loi sonne à la porte, les hommes violents deviennent bien souvent de doux agneaux. Mon père a accepté le divorce mais a sombré doublement dans l’alcool qui a eu sa peau quelques années plus tard.

Peut-on changer un homme violent ?

NON ! On ne change pas les gens ! Un homme qui tape sa femme est un homme malade. La maladie se soigne par le corps médical et en aucun cas au sein de la cellule familiale. Ma mère pensait changer mon père par l’amour qu’elle lui portait. Lui, il montrait son attachement par les coups et les cris. Mon grand-père avait l’habitude de jeter la vaisselle par la fenêtre et de lancer des couteaux à la figure de sa femme. Ce sont des hommes malades : la seule chose à faire c’est de fuir ! Trop de femmes vont avoir tendance à jouer le rôle de l’infirmière et c’est une erreur !

La limite à ne pas franchir

Tu es une #Femmedinfluence qui a de la valeur et qui mérite tous les trésors du monde. Toute personnes qui va rentrer dans ta vie te doit le respect. Aucun homme ne peut porter la main sur toi . Si tu accepte le premier acte de violence, tu seras plus enclin à accepter le deuxième … La seule obligation que tu as dans la vie c’est celle de te respecter. Ta vie est un cadeau du ciel et tu te dois d’aller vers le bonheur. Tout acte de violence doit être bannit définitivement de toute vie humaine.

Reçois nos mails !

Rejoins notre Newsletter de + de 70 000 femmes pour recevoir en exclu nos articles, nos évènements, nos promotions et nos cadeaux !

Fermer le menu