7 histoires EXTRAORDINAIRES de pardon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Une étude publiée par la revue Journal of Health Psychology faite par des chercheurs du Luther College, montre que le fait de ne pas pardonner affecte la santé mentale. Ce fait augmente le risque d’être exposé au stress, aux troubles psychiques et psychologiques au cours de ta vie. Pardonner, c’est une libération, mais parfois l’orgueil te faire croire le contraire. Ne pas pardonner  peut te faire souffrir. À travers ces histoires, tu pourras voir à quel point pardonner permet d’avancer et surtout de te sentir libérer d’un poids.

1. Monyetta Shaw pardonne à son ex-fiancé Ne-yo

« Ce que je veux dire au monde, c’est que je lui ai pardonné. Oui, les gens grandissent, les gens changent, les gens font des erreurs, mais j’ai été assez mature pour lui pardonner… »

Monyetta Shaw, l’ex fiancée de Ne-yo, avait passé plusieurs années aux côtés de Ne-yo. Elle s’était faite ligaturer les trompes à la demande de Ne-yo lorsqu’ils étaient ensemble. Chose qu’elle a eu du mal à assumer lorsque Ne-yo a mis fin à leur relation. D’autant plus qu’aujourd’hui, il est papa d’un troisième enfant.

Toutes femmes sur cette terre doit pouvoir donner la vie comme bon lui semble et Monyetta avait décidé de s’en priver pour l’amour qu’elle avait pour son ex-fiancé, qui a décidé de la quitter par la suite. Cette histoire a révolté pas mal de gens, mais Monyetta a réussi à pardonner Ne-yo et à avancer.

« Mais je comprend qu’ils soient probablement choqués, parce que son image est celle d’un gentleman, et ils ne savaient vraiment pas beaucoup sur notre vie personnelle, car nous avons délibérément gardé cela dans le secret, mais j’ai décidé de montrer la réalité… Je suppose que beaucoup me voient pour la première fois. Les fans se prennent d’affection pour moi, Dieu merci. Mais les gens changent, je lui ai pardonné et je suis en mesure d’avoir une bonne relation avec lui. Parfois, les gens prennent de mauvaises décisions, c’est juste la vie. »

Elle ne pourra désormais plus faire d’enfants, mais Monyetta a compris que cette ligature était d’autant plus sa responsabilité que celle de Ne-yo. Elle a fait le choix de lui  pardonner pour pouvoir relativiser.

« Je suis une femme, une femme adulte, et j’ai fait mon choix. Oui, nous avons décidé ensemble, parce que nous avons eu une fille et un garçon,  nous ne voulions plus d’enfants. Vous savez, nous étions une famille… Je ne sais pas si je le referais si j’avais la possibilité de revenir en arrière, mais c’est la vie, nous ne pouvons pas revenir en arrière. Je suis debout malgré ma décision,  je dois vivre avec les conséquences. »

2. Cristiano Ronaldo pardonne à sa mère

Dolores Aveiro, la mère de Cristiano ne désirait pas son enfant, car elle vivait dans la pauvreté. Mère de 3 enfants, elle ne voulait pas d’un 4e. Pendant sa grossesse, elle a volontairement tenté de perdre cet enfant. Mais grâce à son médecin, cela n’a pas fonctionné et elle a mis au monde un Ballon d’Or ! Cristiano en ri aujourd’hui car il est l’enfant qui a sauvé sa famille en lui offrant le meilleur.

« Quand j’étais enceinte de lui, j’ai voulu avorter parce qu’à l’époque, j’avais 30 ans et déjà 3 enfants et très peu d’argent. Mais le médecin n’a pas accepté ma requête. Je buvais de la bière bouillante et je courais jusqu’à ce que je n’en puisse plus pour qu’il ne naisse pas. Mon fils connait mon histoire et ne m’en a jamais voulu. Il m’a toujours dit : “Ne pleure pas maman. Je vais te donner et t’offrir tout ce que tu n’as jamais eu. » — Dolores Aveiro

Cristiano Ronaldo n’a pas gardé de rancœur envers sa mère, même s’il savait qu’elle ne voulait pas de lui. Il savait déjà qu’il était là pour une mission sur cette terre pour une raison : celle de donner une meilleure vie à sa famille en faisant table rase du passé.

« Tu n’es pas la mère du meilleur joueur du monde. Tu es la meilleure mère du monde. » – Cristiano Ronaldo

3. Pardonner après un viol

« Je suis sûre que c’est grâce à ma foi en Dieu et à la force de caractère des femmes de ma famille. Au fond de moi-même je me disais que je me battrai jusqu’au sang. C’est en écrivant que je réalise la détresse émotionnelle durant mon adolescence. Je me cachais dans ma garde-robe avec un couteau pour me protéger de tous mes démons. Je ne pense pas que ma famille savait que je vivais dans une prison de peur. Je ne savais pas comment exprimer mes émotions. » – Cynthia

Cynthia avait une amie chez qui elle allait souvent, leurs mères avaient sympathisé au fil du temps. Cette amie avait beaucoup d’impact sur elle. Cynthia faisait tout ce qu’elle lui disait. Un jour son amie lui présenta à son cousin et ce jour-là toute la vie de Cynthia bascula…

Il ne cessait de la regarder, elle ne comprenait pas pourquoi. Il avait le pouvoir de l’hypnotiser par son charme, son charisme… Quelques temps plus tard, pendant les vacances de Pâques, Cynthia se rendit chez cette amie avec une jolie robe. Le souvenir qui resta figé dans sa tête ce jour-là, c’était une robe déchirée et un jeune homme de 15 ans. Ça a été le début du cauchemar ! Cette robe était le symbole de sa pureté qui s’était envolée. C’était une manière figurée d’expliquer ce viol. Malgré ce fameux jour, Cynthia continua d’aller chez son amie en lui faisant confiance mais ce qu’elle ne savait encore, c’était que son amie était également victime de son cousin. Aux yeux de son violeur, Cynthia était sa préférée.

« Des coups de ceinture, la violence verbale. Il voulait avoir le pouvoir dans ma vie. Il me disait constamment qu’il m’aimait et que j’étais la plus belle. Je voulais cette affection parce qu’à la maison je vivais l’enfer. Personne ne comprenait mes réactions anormales : violence excessive, peur des hommes, isolement, pertes de mémoire, difficultés à s’exprimer, agressivité, etc. La relation entre ma mère et moi fut inexistante. Vous savez, je suis haïtienne. Le problème avec l’éducation haïtienne est le manque de communication. Je ne veux plus juger ma mère mais si elle se doutait de quelque chose, il y a eu deux scénarios possibles. »

Ce qui avait également détruit Cynthia, c’était le manque de considération de sa mère, le déni qu’elle éprouvait face à elle. Un mal-être a pris place suite aux paroles des gens qui ne croyaient pas aux abus dont Cynthia avait été victime. Cynthia a pris conscience que ces actes étaient réels, mais qu’elle devait malheureusement y faire face seule.

« Avec les années, j’ai compris qu’on ne peut pas demander plus qu’une personne peut donner. Je suis sûre d’une chose : ce que j’ai vécu fait de moi la femme que je suis aujourd’hui. »

Elle a pardonné à son agresseur grâce à Dieu. Elle prie pour cet homme qu’elle a laissé désormais entre les mains de Dieu.

« J’ai pardonné à mon agresseur et je suis couverte de la justice de Dieu. Si un jour il se repent, Dieu va l’accueillir les bras ouverts… En priant, je me rapproche de Dieu et de son amour inconditionnel. »

4. La mère de Trayvon Martin pardonne à l’assassin de son fils

En 2012, Trayvon Martin, un adolescent noir, a été tué par un agent de sécurité blanc George Zimmerman. Acte raciste pour beaucoup, cette histoire déclencha une vague de protestation dans tout le pays. Sybrina Fulton, la mère de Trayvon, est désormais engagée dans la Fondation Trayvon Martin, aidant toutes les familles et tous les proches des victimes d’armes à feu. Malgré la perte de son fils, Sybrina ne diffuse aucun message de vengeance, ni de haine, mais plutôt un message d’amour, de paix et de solidarité. Elle a décidé de pardonner à l’assassin de son fils afin de mettre son énergie dans une bonne cause, qui fera avancer les choses pour elle et tous les autres parents.

Dans une lettre émouvante parue dans le Time, elle présente ses condoléances à la famille de Michael Brown, lui aussi tué par un officier de police blanc.

Sachez ceci : leurs vies n’auront pas été vaines. L’exaltation de nos communautés doit perdurer. Lorsque nous nous battons contre l’injustice, nous accédons par la même occasion à une tribune. S’ils refusent de nous écouter, nous ferons en sorte qu’ils le fassent. C’est-à-dire ressentir notre douleur, imaginer notre situation en tant que parents d’enfants tués. Nous ne serons plus ignorés. Nous continuerons à nous serrer les coudes, à nous battre pour la justice, et leur à laisser un bon souvenir de nos enfants…

 

5. Rihanna pardonne à son ex-compagnon Chris Brown

En février 2009, Rihanna fut victime d’une agression par son ex-compagnon Chris Brown… Cette agression fut très médiatisée ; et une photo du visage de Rihanna tuméfié par les coups de ce dernier circula, provoquant une vague de compassion et de colère dans le monde entier.

Quelques années plus tard, après l’agression de l’homme qu’elle aimait, qu’elle protégeait et qui l’a agressée, Rihanna déclare :

« Je ne le déteste pas. Je m’inquiéterai pour lui jusqu’à ce que je meurs. Nous ne sommes pas amis mais ce n’est pas comme si nous étions ennemis. Nous n’avons pas vraiment de relation aujourd’hui.”

Rihanna et Chris Brown ont laissé le passé au passé. Ils ont travaillé sur un même titre “Put It Up”. Leurs relations ne sera désormais plus jamais comme avant mais elle est désormais basée sur le respect de  l’un et l’autre.

« Je lui ai pardonné, parce que je devais tourner la page. Et au moment où j’ai décidé de lâcher prise, j’ai commencé à revivre. » — Rihanna

6. Pardonner après un inceste

inceste

  « Chaque viol était comme un couteau acéré pénétrant dans ma chair et lacérant chaque organe. Le plus douloureux, c’était de voir que ma sœur partageait la même souffrance, et qu’on n’osait en parler à personne. » — Julie

Entre l’âge de 6 et 9 ans, le grand-père paternel de Julie abusait d’elle et de sa grande sœur, dans une caravane dans leur garage. Après 3 ans de torture, la grande sœur de Julie décida de tout raconter à leurs parents. Ils ont immédiatement réagi en portant plainte. La sentence n’a pas été ce qu’ils imaginaient… Il n’est même pas allé en prison ! Grâce à un avocat très convaincant.

« C’est un homme qui n’a jamais fait de mal à personne, il faut lui laisser une seconde chance. »

8 ans après, un cancer du poumon emporta son grand-père, mais elle ne parvenait toujours pas à oublier. Elle ressentait cette culpabilité d’avoir été violée, avec des questions incessantes telles que : « Pourquoi je n’ai rien fait ? » “Pourquoi a-t-on attendu si longtemps ?” “Pourquoi, au procès, l’ai-je simplement accusé d’attouchements sexuels par honte devant ma famille ?”

Elle était toujours meurtrie. Peu à peu, elle commença à oublier mais la souffrance était toujours enfouie… Puis elle eut un déclic en lisant un article dans un magazine de psychologie intitulé : “Comment pardonner ?” Elle compris qu’elle ne pourrait ni oublier ni avancer, si elle persistait à garder cette haine envers son grand père. Elle décida de faire le plus difficile : se débarrasser de cette souffrance, de cette rage en pardonnant à son grand pére.

« On ne le dira jamais assez, malgré toutes les épreuves que l’on peut rencontrer, la vie est belle ! Il faut tirer du positif de chaque souffrance, car il y en a toujours. Pour ma part, je peux affirmer, à l’heure d’aujourd’hui, que ces viols incestueux à répétition m’ont permis d’être indépendante et mature beaucoup plus tôt que les autres. Aujourd’hui, j’arrive à relativiser et surtout à profiter des petits moments de bonheur gratuits que la vie nous offre. »

7. Pardonner après une trahison

«Ma meilleure amie m’a trahi, mais je lui ai pardonné » — Hélène

Hélène avait une meilleure amie dont elle était très proche depuis de longues années. Elle n’imaginait pas sa vie sans cette amie qui était pour elle une sœur. Cette amie qui était sûrement jalouse de la relation ambiguë qu’Hélène entretenait avec son ex, a secrètement entretenu une relation avec lui. Hélène était éperdument amoureuse de lui. Lorsqu’elle découvrit la situation, elle leur a tourné le dos. Son ex et sa meilleure amie se sont mis ensemble par la suite. Hélène souffrit énormément car elle avait été trahie par deux êtres qu’elle aimait profondément.

« Lorsque j’ai découvert la situation, je lui ai tourné le dos et ils se sont mis ensemble. J’ai énormément souffert de cette trahison, mais ce qui me faisait le plus souffrir était son absence. »

Pendant des années, ces deux amies se sont perdues de vue. Le plus important pour Hélène était de comprendre le point de vue de son amie pour pouvoir tourner la page. Un jour, leurs chemins se sont croisés… Ce fut l’occasion pour elles de mettre les choses à plat. Malgré les explications, rien n’était  comme avant. Hélène ressentait un manque. Elle décida alors de ne pas tirer un trait sur son amitié pour un homme, et ce malgré la douleur.

« J’ai compris que j’étais capable de passer au-dessus de tout cela, et que je devais laisser au passé mon histoire avec mon ex, accepter la réalité, le fait qu’ils s’aiment. J’ai donc laissé une seconde chance à mon amie. Je lui ai pardonné. »

L’amitié a été bien plus forte grâce à cet amour que ces deux amies éprouvaient l’une pour l’autre. Cette expérience a permis à Hélène de grandir et mûrir.

« C’est la première fois que j’ai pris conscience de la force du pardon. J’ai beaucoup grandi grâce à cette histoire, et j’en suis sortie beaucoup plus mature. »

Le pardon a un pouvoir inestimable, c’est une forme d’amour. Tu peux pardonner “l’impardonnable.” C’est à toi de prendre du recul, à toi d’être honnête envers toi-même. Tu dois comprendre que pardonner ne pourra que t’ouvrir des portes inaccessibles lorsque la rancune te gagne. Pardonner, c’est relativiser et laisser les choses du passé au passé en tirant seulement le positif pour grandir. À toi de pardonner à tous ceux qui t’ont fait du mal pour enfin avancer et voir la vie du bon côté.

Articles Similaires

FOCUS

Le Planner de Ma Vie 2019

Shopping Basket