Comment Guérir son Manque de Confiance en Soi, ses Complexes et ses Déprimes en 2019

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
@fisayolonge

C’est en cessant de se dévaloriser physiquement, d’émettre constamment sur soi des jugements, en s’acceptant et en s’aimant véritablement, que l’on parvient à avoir réellement confiance en soi. Parce que vivre dans un corps qui nous complexe et nous fait souffrir empêche d’être libre et de connaître la tranquillité d’esprit, il est impératif, à l’aune de cette nouvelle année 2019, de se dispenser d’un tel tourment. Gagner confiance en soi requiert du temps, de l’énergie et un profond travail à effectuer sur soi-même, fait d’acceptation et de bienveillance.

1. Les méfaits de la comparaison 

« Nous avons trop coutume de nous juger pendant nos moments d’abattement et de dépression. »

Robert Johnson
@fisayolonge

Vaine et stérile, il n’y a rien de bénéfique ni de profitable dans la comparaison à autrui. À l’inverse, c’est une source intarissable d’anxiété, de stress et de tracas, dont il est impératif de se dispenser en 2019. Se comparer aux autres est en réalité dénué de sens. La seule personne avec laquelle tu es apte de te comparer, c’est toi-même. Pourquoi devrions-nous accepter de nous tourmenter à vouloir atteindre des idéaux de beauté illusoires, qui ne sauraient exister dans la vraie vie. On s’emploie à ressembler à des corps nouveaux, retouchés et artificialisés. Mais notre apparence physique est avant tout un héritage que l’on ne choisit pas. En poursuivant un tel objectif, voué à l’échec dès le départ, on finit par s’épuiser et ne plus s’accepter. La véritable beauté réside dans l’unicité propre de chacune. Elle ne saurait être conditionnée ni déterminée par quelconques standards de beauté. 

C’est pourquoi, en 2019, la seule comparaison acceptable et bénéfique est la comparaison avec soi-même. Comparer la femme que tu étais à celle que tu es devenue est l’occasion de te rendre compte du chemin parcouru depuis et de te féliciter d’une telle évolution.

2. Les ravages de la dévalorisation de soi

« Aucun amour n’est suffisant pour combler le vide d’une personne qui ne s’aime pas elle-même. »

Irène Orce
@fisayolonge

« Je suis moche », « Je ne vaux rien », « Je ne vais pas lui plaire ! ». Es-tu vraiment certaine de ce que tu prononces ? Souviens-toi, nous sommes ce que nous pensons. En ayant des pensées négatives, de rejet et de dépréciation, tu crées une énergie négative à ton encontre. On ne peut se dévaloriser sans cesse et espérer à côté de cela, nourrir une bonne estime de soi-même. La beauté est avant tout un état d’esprit. C’est parce qu’une femme se sent belle, confiante et attirante qu’elle l’est précisément. D’où l’importance d’avoir un dialogue positif avec soi-même. Ton dialogue intérieur est ce qui déterminera le ton de ta vie.  Tes pensées, tes émotions sont énormément influencées par la façon avec laquelle tu t’adresses. Tu peux être heureuse ou malheureuse, positive ou négative, selon les propos que tu tiens avec toi-même. 

Efforce-toi donc de tenir à toi-même des propos positifs. Cesse de te maltraiter, de te juger, de te dévaloriser. Traite-toi au moins comme tu traiterais une amie, avec amour et bienveillance. 

3. L’importance de relativiser ses défauts physiques

« Chaque fois que tu laisses aller quelque chose, tu fais l’expérience d’un autre niveau de la liberté. »

Traleg Kyabgon Rinpoche
@fisayolonge

Deux options s’offrent à toi : pleurer pour ce qui te fait défaut, ou au contraire te réjouir de ta beauté et du cadeau qu’est la vie. En restant focalisé sur un problème, un complexe, un défaut, on contribue à le maintenir vivant. À chaque fois que tu te focalises sur un complexe, tu lui donnes davantage d’emprise. Plutôt que de se focaliser activement sur un complexe, la meilleure façon de le résoudre est de l’oublier.Lorsque l’on s’obstine à y penser, on oublie nos potentialités. On s’empêche d’aller de l’avant, en s’attardant seulement sur ce qui nous fait défaut, sur l’injustice, notre tristesse et notre frustration.

Enfin, n’oublie pas que la beauté est éphémère. Elle est périssable. À cet égard, elle ne peut ni ne doit être le but ultime, le centre de toutes préoccupations. L’apparence n’est qu’une façade. Le physique, aussi précieux qu’il soit, n’est jamais une fin en soi.

4. La mise en valeur de ses atouts

« La beauté est là où on veut bien la voir. »

Katarina Mazetti
@fisayolonge

Pour contrer cette tendance naturelle à percevoir le négatif plus grand qu’il ne l’est réellement, décide de reconnaître et d’apprécier ce qu’il y a de plus beau en toi. Cela passe par reconnaître ses atouts physiques, et tu en possèdes forcément. Il peut s’agir d’un regard, d’un sourire, d’une silhouette, d’une chevelure. Efforce-toi de les mettre en valeur autant que faire se peut.

De plus, es-tu vraiment certaine de porter ce qui te met en valeur ? Les vêtements peuvent être des amis ou au contraire de vrais ennemis : de la même façon qu’ils ont le pouvoir de te mettre en valeur, ils peuvent aussi fausser ton image. D’où l’importance de trouver ton propre style, celui qui te convient, te ressemble et te met en valeur. Certains pensent à tort que le style relève de la futilité. Rien n’est plus faux. Des vêtements dans lesquels on se sent bien nous rendent plus confiantes. Les vêtements ont cette capacité magique de changer notre comportement. Une femme qui se sait parfaitement bien habillée trouve une sorte de paix intérieure. Sa mouvance est plus fluide, plus confiante.

FOCUS

Évènement à ne pas manquer

Shopping Basket