3 choses à faire pour ne pas se faire voler ses idées et son projet

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Même quand on est Première Dame des Etats-Unis, on n’échappe pas au vol de sa création ! Il y a quelques jours, le monde découvrait que Melania Trump avait plagié un célèbre discours de Michelle Obama ! Le plagiat ou le vol de sa création figurent parmi les pires problèmes que puissent rencontrer un entrepreneur ou créateur ! Michelle Obama étant célèbre, la supercherie a vite été découverte. Ce qui ne pourrait pas être votre cas. Protéger son œuvre et ses idées ne doit pas être négligé. Voici en 3 étapes le chemin à suivre lorsqu’on veut protéger son idée.

3points-300x67

1. Nommer son idée

name

Mettre un nom sur ce que l’on a créé ou choisir le nom d’une entreprise n’est pas une mince affaire. C’est ce qui va porter la personnalité de votre marque u de votre idée tout le long de son existence. Ainsi, l’étape « Recherches » ne doit pas être négligée. Assurez-vous de ne pas vous approprier l’idée d’une autre personne. L’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) possède une base de données des noms de marques et un moteur de recherche pour vous permettre de savoir si le nom de marque auquel vous pensez n’est pas déjà pris.

Une fois que vous avez déterminé votre nom de marque ou d’entreprise, le temps est venu de rendre les choses officielles et donc protéger ce qui vous appartient.

2. Protéger votre création

it's mine

Une fois votre entreprise inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS), vous bénéficiez d’une certaine protection mais trop restreinte. Il vous faudra alors protéger le nom de votre entreprise. L’INPI offre ce service au niveau national. Pour une entreprise à portée internationale, c’est plutôt l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) qui gère ça. Pour l’Europe seulement, tournez-vous vers l’Office de l’Union Européenne pour la Propriété Intellectuelle.

Félicitations ! Votre création est protégée. Et gare à ceux qui voudraient faire un usage abusif de votre marque ou de vos produits !

3. Vous assurer que votre marque n’est pas utilisée par des tiers

i see you

Comme Michelle Obama en a fait l’expérience, prononcer un discours devant des centaines de personnes n’est pas un gage de protection. Bien que vous ayez protégé votre propriété industrielle, certaines personnes n’éprouveront aucun scrupule à voler ce qui vous appartient ou à en faire un usage abusif. C’est à vous de garder l’œil ouvert. A ce stade, c’est devant les tribunaux que cette affaire devra se régler. Il vous appartient de prouver que vous étiez là avant ! Sachez que des avocats spécialisés peuvent vous apporter une aide juridique en cas de bataille.

Bien sûr, ces services, qu’il s’agisse de l’INPI ou d’avocats ont un coût mais cette charge est moindre quand on pense à tous les vols de propriété industrielle qui ont valu d’énormes pertes aux propriétaires.

3points-300x67

Pour protéger vos créations dans d’autres domaines (musique, littérature, etc.), sachez qu’il existe d’autres organismes compétents tels que la SACEM (Société des Auteurs Compositeurs et Editeurs de Musique) https://www.sacem.fr/ ou la SNAC (Syndicat National des Auteurs et Compositeurs) qui s’adressent aux auteurs et musiciens http://[https://www.snac.fr/].

A présent, vous êtes parées pour faire face au plagiat et autres vols de votre création 😉  Alors les FI, surtout, ne négligez pas ces étapes, il en va de la pérennité de votre entreprise !

règles-entrepreneure

3points1

FOCUS

Évènement à ne pas manquer

Shopping Basket