o-WHY-YOURE-ANGRY-DEALING-WITH-ANGER-facebook

2 étapes pour identifier et gérer sa colère

 Se mettre en colère ? Ça arrive à tout le monde. Mais lorsque votre colère devient néfaste, aussi bien pour votre entourage que pour vous, c’est à ce moment-là qu’il faut agir. Comment ? Il vous faudra comprendre votre colère, pour pouvoir l’identifier et savoir alors comment la gérer. Voici les 2 types de colères, et quelques conseils qui vous permettront de les gérer.

3points-300x67

IDENTIFIEZ VOTRE COLÈRE

• Vos sens se réveillent, votre coeur bat plus fort et vous sentez une certaine adrénaline monter ?
Faites attention à tout cela, parce qu’en laissant ces signes passer, vous passerez à côté de l’identification de votre colère. Pour mieux la comprendre, il faut en surveiller les signes qui prouvent que la colère échappe entièrement à votre contrôle. 

• Également, sachez l’accepter. Il n’est pas bon pour vous de nier son existence ou de penser sans cesse que c’est une mauvaise chose. Parfois, la colère est tout simplement un moyen simple de faire face à une situation d’injustice dans laquelle vos instincts réagissent spontanément. Très souvent, les femmes pensent qu’il n’est pas de bonne augure de se mettre en colère, de ce fait elles se ferment et gardent tout en elles. Mais cela peut avoir des conséquences plus grave encore psychologiquement.

• Pour évitez alors tout refoulement ou colère injustifiée, faites le tri dans vos sentiments. La colère sert souvent d’échappatoire ou de carapace pour certains, pour éviter de mettre en avant toute forme de faiblesse : tristesse, déception, mal-être, etc… De ce fait, en faisant le tri dans ce qui ne va pas en ce moment chez vous, vous donnerez une justification à votre état de colère, et pourrez ainsi mieux la contrôler. Vous éviterez également, en vous retenant trop au boulot par exemple, de tout déverser sur votre compagnon/colocataire/famille en rentrant à la maison. Parce que oui, si on se retient au travail, on devient exécrable à la maison. Il en est de même si l’on se retient trop longtemps à la maison, on devient insupportable au bureau !

enervé-2

 LES COLÈRES RÉPÉTITIVES ET LES COLÈRES SOUDAINES

 

1. La colère habituelle ou répétitive :

Pour gérer une colère récurrente, il y a plusieurs possibilités :

  • Premièrement, prenez soin de vous physiquement en pratiquant une activité sportive et en ayant un sommeil réparateur. Dormez assez et bien.
  • Deuxièmement, identifiez les causes de vos colères en les mettant par écrit, de manière à les figer face à vous. Après quoi, il vous sera beaucoup plus simple de prévoir vos réactions face à tout ce qui vous met en colère AVANT que cela n’arrive.
  • Troisièmement, sachez faire la part des choses, en acceptant qu’il y ait du tort de chaque côté.
  • Enfin, ne négligez pas l’avis ou l’aide d’un spécialiste. Il n’y aucune honte à avoir en prenant la décision d’aller voir un psychologue pour connaître les raisons de votre colère. Parce que c’est en prenant connaissance des causes que vous en trouverez une solution.

enervé-1

2. La colère soudaine :

Voici les points à suivre pour gérer cette colère :

  • Faites une pause dès que vous vous rendez compte que vous êtes en colère. Avant de faire quelque chose que vous risqueriez de regretter, arrêtez ce que vous êtes en train de faire pour prendre le temps de vous retrouvez avec vous-même, prendre l’air et surtout prendre du recul vis-à-vis de la situation.
  • Toujours dans l’optique d’une meilleure gestion de la colère en utilisant votre physique, pensez à respirer profondément de manière à tout remettre en place physiologiquement.
  • Ne pensez qu’à des choses positives, comme un lieu que vous adorez ou encore un plat que vous aimeriez manger. Restez sur cette idée de positivité, en détournant la situation de telle sorte que vous n’en tireriez que le côté positif : Oui vous venez de renversez la moitié de votre café sur votre jean préféré, mais au moins avec ça, vous êtes sure de passer à la laverie en rentrant, alors que cela fait une semaine que vous vous tâtez d’y aller.
  • Enfin, et encore une fois, n’hésitez pas à en parler à quelqu’un. Alors oui, là il n’est pas nécessaire d’aller consulter un psychologue, mais pourquoi pas en parler à une personne en qui vous avez confiance. Cela vous permettra de totalement vous libérer, et ce, sans crainte.

enervé-5

 3points-300x67

La colère, sentiment responsable et révélateur de grand nombre de nos frustrations, n’est pas une fatalité. Il ne tient plus qu’à vous de changer cela, et de devenir la meilleure version de vous-même.