Comment le colorisme a fait croire à mon fils qu’il n’était pas noir

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Colorisme : se définit comme les discriminations subies en fonction de la couleur de la peau. Il se manifeste à travers le statut social. Les opportunités de travail sont alors plus facilement accordées à une catégorie de personnes (souvent celles à peau claire).

Maman d’un garçon âgé de 8 ans, Sandrine doit faire face à un problème complexe qui règne dans la communauté noire. Son fils Devon ayant la « peau claire » ne cesse de se poser des questions et croit qu’il n’est pas Noir. Eh oui, il a du mal à s‘identifier à sa famille, car sa couleur de peau est différente. Pourtant, elle lui a toujours dit : « Devon, tu es noir comme ton frère » Néanmoins, avec les réflexions des membres de la famille ou camarades de classe, il lui a été difficile d’y croire d’autant plus que son père, son frère Kylian et elle-même sont « noir foncé » Sa bataille est donc de comprendre avant tout ce phénomène de société qui n’est autre que le colorisme ; puis de trouver le moyen idéal pour qu’il s’accepte afin tel qu’il est.

Pourquoi ai-je la peau claire ?

Depuis sa naissance, la famille et les amis font systématiquement des remarques sur cette peau claire : « tu as de la chance qu’il soit clair, Sandrine ». C’est à cause de ce type de discours qu’il a commencé à se sentir différent ; mais il était convaincu qu’avec le temps, il deviendrait plus foncé : « quand je serais grand, je serais noir ». À 6 ans, il était mal dans sa peau. Il ne voulait plus qu’on lui pose cette question : « qui est blanc dans ta famille ? ». C’est à cette période, que je devais le rassurer afin qu’il accepte qu’il est tout simplement Noir .

Où est ma place ?

En allant chercher mon fils à l’école, une personne lui a dit qu’il ne pouvait pas colorier en noir son visage sur un dessin. Puis une autre lui a dit : « tu es beau pour un Noir !» Ce jour là, j’ai eu comme une un déclic ! Triste de constater qu’il serait considéré mieux que les autres, non grâce à son intelligence mais parce qu’il a la peau claire. J’ai alors pris conscience qu’une personne à la peau claire aura toujours plus de considération qu’une autre à la peau foncée. Mon fils se sentait de plus en plus différent et me demandait sans cesse « Maman, vais-je devenir foncé comme papa et toi ? ».  À 6 ans, il comprend seulement qu’il est différent d’où cette forte envie d’être tout simplement foncé.

empire-cookie-iam

Qui suis-je vraiment Maman ?

Je ne peux pas lui dire que la couleur n’a aucune importance ; ça serait lui mentir et ignorer un problème courant dans la société actuelle. J’ai également pris conscience qu’à l’âge de 12 ans, il sera considéré comme un homme « Noir » ; et qu’à 17 ans, il sera susceptible d’être vu comme une menace pour la société du fait de sa couleur. Donc, j’ai décidé que je devais l’aider à développer sa confiance et estime de soi, chose importante à l’âge de 8 ans ; lorsqu’il commence à comprendre qui il est et quelle valeur il va pouvoir défendre. Ainsi, la transmission de son Histoire et de notre culture prenaient une place fondamentale dans l’éducation de mes garçons.

Pourquoi les autres ne m’acceptent pas en tant que Noir ?

«Je ne comprends pas maman! Pourquoi les autres disent que je ne suis pas « Noir »? : une question qui m’a brisé le cœur mais qui a définitivement soulevé un réel problème dans la communauté noire. C’est ainsi que j’ai connu le terme « colorisme » qui est rarement abordé mais divise indéniablement notre communauté. C’est depuis l’esclavage, le colonialisme et la suprématie blanche qu’on note une disparité entre les noirs. Par conséquent, à cette époque, des rivalités ont commencé à apparaître dans un groupe où la solidarité et l’unité devaient régner. Malheureusement, j’ai découvert que l’auto-ségrégation est présente dans beaucoup de familles noires ; ce qui peut créer dans la tête d’un enfant un vrai problème identitaire. Et surtout, c’est à cause de certaines réflexions émises par des noirs eux-mêmes que Devon s’est senti mis en marge de sa propre communauté.

Pourquoi la couleur de peau n’a pas d’importance ?

C’est en faisant cette analyse que j’ai réalisée que pour prévenir des problèmes d’identité ou certains complexes, il en va de la responsabilité des noirs de réconcilier les enfants avec leur couleur de peau. Ils doivent accepter et comprendre qu’au sein même de la communauté noire, il existe une palette de « noir » ; et que la couleur n’a rien à voir avec la beauté ou l’intelligence. Je lui ai donc donné des exemples de personnes intelligentes, influentes et magnifiques « Noires » telles que Malcolm X, Maya Angelou, Patrice Lumumba et Alex Wek Ainsi, je voulais lui prouver que peu importe sa couleur de peau, il est le seul à décider de quelle manière il souhaite impacter le monde. De plus, cette éducation et cette transmission doivent commencer dans nos foyers ; d’où l’importance d’y prêter une grande attention, d’autant plus que la peau claire domine largement via les médias, films ou publicités.

Je lui apprends à ne pas faire de distinction entre les noirs

Ce problème est devenu d’autant plus important pour moi puisque mon fils ainé Kylian est « Noir foncé » ; donc il n’a jamais eu de crise identitaire comme Devon. C’est regrettable de constater qu’il existe une séparation dans la communauté qui est juste relative à la couleur de peau. Par conséquent, lorsque je parle de l’Histoire des Noirs et de notre Culture à mes enfants, je leur raconte exactement la même Histoire. Surtout, je ne compare pas les Noirs à la peau claire et ceux à la peau foncée, car on fait tous partie d’une même communauté. Ainsi en connaissant l’Histoire, Devon est à même de comprendre pourquoi depuis qu’il est petit, il n’est pas vraiment considéré comme Noir ; et pourquoi ce genre de discours perpétue et devrait cesser.

Nous sommes tous « NOIRS »

Aujourd’hui, je me bats afin que ma famille et mon entourage arrêtent d’attribuer à la peau claire des vertus de beauté et d’intelligence. Il faut souligner que le teint d’une personne ne remet pas en cause sa gentillesse, sa beauté et son intelligence. De plus, je dis toujours à ceux qui m’entourent que dans les yeux des autres communautés, nous sommes tous Noirs ; alors comment se fait-il que cette ségrégation est faite entre les semblables ? Alors cessons de chercher la clarté de la peau mais soyons attentifs à nos paroles et aux valeurs que nous véhiculons à nos enfants.

Du fait de son expérience de vie, Sandrine souhaite dire à la communauté Noire que c’est en étant solidaire et unie qu’on apprendra à nos enfants à être fiers de leur couleur de peau ; peu importe qu’elle soit claire ou foncée. Il est indéniable que le colorisme est bien présent et prospère dans le monde entier. Alors, pourquoi ne pas mettre fin à ce débat inutile sur la couleur de peau qui ne fait que nous diviser ? Eh oui, c’est un travail qui commence avec NOUS collectivement.

Consultez le lien ci-dessous pour plus d’informations sur le Colorisme :

http://makedamagazine.fr/savoirs-le-colorisme/

FOCUS

Évènement à ne pas manquer

Shopping Basket