Beyoncé Fait Une Pause dans sa Carrière : « J’ai Décidé de me Concentrer Sur Ce qui M’apporte de La Joie »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
@britishvogue

2020 fut une année qui nous a toutes changées et poussées à redéfinir nos priorités. Beyoncé ne fait pas exception à la règle : dans une interview pour le Vogue britannique, elle révèle ce qu’elle a appris et compris et comment cela va impacter sa vie.

2020 : Une Année Qui L’a Profondément Changée

Nous avons toutes été impactées par l’année qui vient de s’écouler : pandémie, troubles sociaux, affirmation des luttes contre la violence raciste, accroissement des inégalités économiques… qu’on ait été touchée personnellement ou pas, l’actualité a poussé chacune d’entre nous à une réflexion sur ce qui est vraiment important et sur notre capacité à être là pour les autres.

Beyoncé ne fait pas exception :

« 2020 m’a profondément changée. Je ne vois pas comment l’expérience de la vie pendant la pandémie et de son impact sur la société pourrait ne pas changer un individu. J’ai appris que ma voix est plus claire quand je suis calme. J’ai vraiment adoré ce temps passé avec ma famille, et mon nouveau but est de ralentir et d’éliminer de ma vie ce qui me stresse. Je suis arrivée dans l’industrie de la musique à 15 ans, j’ai grandi sous les yeux du public, et j’ai enchaîné les projets. J’ai sorti Lemonade pendant le Formation Tour, j’ai donné naissance à des jumeaux, fait Coachella, dirigé Homecoming, je suis répartie en tournée avec Jay, puis j’ai fait Black is King, tout ça sans interruption. Ça a été lourd et épuisant. J’ai passé beaucoup de temps à bâtir mon héritage et à représenter ma culture de la meilleure façon que je connaisse. Maintenant j’ai décidé de me donner la permission de me concentrer sur ce qui m’apporte de la joie. »

Ce ralentissement forcé de nos activités n’a pas eu que des mauvais côtés. Pour Beyoncé comme pour chacune d’entre nous, cela nous a fait prendre conscience de ce dont nous ne prenions pas le temps de profiter habituellement: notre famille, mais aussi nos projets personnels. Beyoncé a désormais envie de se concentrer davantage sur la mode que sur la musique, et de suivre la joie qu’elle ressent comme un GPS dans un tournant de sa vie. Évidemment, outre l’excitation apportée par de nouveaux projets, il y a aussi les joies simples qu’on perd de vue quand on est trop pressées, et qu’il faut prendre le temps de savourer, surtout en cette période de fêtes :

« Blue laisse du lait et des cookies pour le Père Noël, et écrit toujours de belles lettres pour lui. On se lève tôt et on ouvre les cadeaux, puis on déjeune avec notre famille. J’adore la joie et l’émerveillement des enfants à Noël. Ça me donne l’impression d’être une enfant. »

Beyoncé a Redéfini Ce Qu’est Le Succès à Ses Yeux 

@britishvogue

Beyoncé n’a plus rien à prouver, elle est l’incarnation du succès pour beaucoup d’entre nous. Cependant, cette année 2020 ainsi que la maturité à l’approche de son 40ème anniversaire l’ont poussée à redéfinir ce que signifie le succès selon elle. A ses yeux, le succès ne se résume pas à être numéro 1, ni engranger le maximum d’argent, ce qu’elle voit comme une définition masculine de la réussite. Pour elle, le succès se mesure à la qualité de l’impact que l’on a sur le monde :

« Tes chansons, ton image et la façon dont tu conduis ton business n’ont pas à être gérées d’un point de vue commercial, ou d’un point de vue masculin. Tu peux décider ce qu’est le succès pour toi. Être le numéro 1 ne signifie pas une meilleure qualité. Un succès commercial n’équivaut pas à avoir de l’impact. »

Pour Beyoncé, une définition féminine du succès est forcément corrélée à un certain équilibre entre carrière, temps pour soi, et présence auprès de sa famille. Aucun domaine ne doit exclure l’autre, et l’impact le plus important que Beyoncé veut avoir n’est pas seulement sur la culture, mais aussi, tout simplement, sur l’éducation et le bien-être psychique de ses enfants :

« Je suis devenue plus douée pour écouter. Blue est très intelligente, et elle se rend compte qu’il y a des changements dans le monde, mais c’est mon travail de parent de faire de mon mieux pour lui donner une image du monde assez positive et rassurante pour une petite fille de 8 ans. Mon meilleur conseil est d’aimer nos enfants plus fort que jamais. Je fais comprendre à mes enfants qu’ils ne sont jamais trop jeunes pour changer le monde. Je ne sous-estime jamais leurs pensées ni leurs émotions, et je discute avec eux pour savoir dans quelle mesure l’actualité les affecte. Blue a vu quelques réactions au clip de « Brown skin girl », et quelques vidéos des actions philanthropiques que j’ai menées cette année. Quand je lui dis que je suis fière d’elle, elle me dit qu’elle est fière de moi et que je fais du bon travail. C’est trop de tendresse, elle me fait fondre. Je pense que la meilleure façon d’éduquer nos enfants est d’être des exemples. »

Reçois nos mails !

Rejoins notre Newsletter de + de 70 000 femmes pour recevoir en exclu nos articles, nos évènements, nos promotions et nos cadeaux !