3 façons d’apprendre à votre enfant à gérer son argent

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les découverts grondent. Le surendettement sévit. La crainte de ne pas avoir assez d’argent ou de perdre son travail, mène à l’anxiété, parasite qui mène certains à la dépression, si ce n’est au suicide.

Si l’argent ne fait pas le bonheur, il ne va pas sans dire que lorsqu’il y a un manque d’argent vous devenez émotif. Le stress, l’angoisse et la crainte de manquer coupent la respiration. Certains affirment détester l’argent ou détester les personnes qui ont de l’argent prétextant que celles-ci sont arrogantes, et ce faisant, elles s’empêchent elles-mêmes d’accéder à l’abondance financière. Le problème n’a jamais été l’argent, mais les personnes avec leurs doutes et frustrations.

L’avarice peut cacher une certaine vulnérabilité. La vantardise peut cacher le manque de confiance en soi. Il faut creuser, pour connaître le véritable caractère des gens. C’est là où votre éducation financière entre en jeu. Comment apprendre à vos enfants à bien gérer leurs finances dès le plus jeune âge ?

1. La gestion financière pour enfant : une enveloppe de valeurs

tumblr_ntngovaaS41qb6v6ro1_500.gif (435×236)

Dès ses 2 ans, l’enfant apprend à compter. Avec ses proches, il joue de ses petits doigts pour montrer qu’il sait compter comme les adultes. À 3 ans, il entre en école maternelle et poursuit en primaire où il apprend le b.a.ba : lire, écrire et compterC’est où vous pouvez commencer.

Avec 1, 2 ou 3€, vous pouvez d’ores et déjà lui apprendre à gérer de l’argent, en vous servant pour cela du goûter. À la sortie des classes, plutôt que de lui acheter tout ce qu’il veut, donnez-lui, par exemple, un budget de 10€ pour la semaine, et voyez comment il vous propose de les dépenser. Vous l’aurez préalablement renseigné sur le prix de ses friandises et viennoiseries préférées, afin que votre enfant dispose de tous les éléments pour établir un budget hebdomadaire.

L’avantage de la gestion financière est que vous pouvez enseigner à votre enfant toutes sortes de valeurs autour de ce concept. Le premier étant la générosité. Le fait de toujours donner une partie de ce que l’on reçoit, que ce soit aux sans-abri ou à son ami à qui il peut manquer 50 centimes pour un achat. Rien n’est jamais perdu ici bas. En donnant, votre enfant se crée un bon karma et un jour, il recevra à son tour.
Vous pouvez lui apprendre le principe de la récompense délivrée tardivement. C’est-à-dire à générer suffisamment d’argent dans le temps selon le budget que vous lui donnez par semaine, pour s’acheter un objet beaucoup plus coûteux. Ce faisant, vous éviterez les caprices, les pleurs et les demandes incessantes, car vous rendez votre enfant responsable. En lui expliquant en quoi consiste votre travail et que c’est grâce à cela que vous avez votre argent, votre enfant comprendra alors que votre argent doit être judicieusement dépensé. Par cette pratique, vous lui apprendrez également à prendre soin de ses affaires, car ayant utilisé son esprit pour acquérir ses jouets, il sera moins tenté de les négliger ou de les abîmer.

Vous lui donnerez non seulement des cours de maths appliqués directement à la réalité, mais vous lui apprendrez également à contrôler ses envies et à savoir distinguer, ce qui lui est utile de ce qui ne l’est point ; ce qu’il veut vraiment versus ce qui lui tape à l’œil.

Car malheureusement, tout complique la tâche des parents. Que ce soit ses camarades, la télévision, internet, tout invite et incite à la consommation. Stimulé par l’envie, si ce n’est la jalousie ou la volonté de se fondre dans un groupe, votre enfant peut désirer tel objet parce que son copain dont les parents ont peut-être plus de moyens l’a. Ou bien parce que son copain, sa copine ou tel autre enfant qui a de l’influence a ce même objet. Tout tire votre enfant dans tous les sens et c’est donc à vous, parent, de l’orienter. Mais pour cela, vous devez être vous même être éduqué sur cette question.

Toutes choses sont permises, mais toutes choses ne sont pas avantageuses; toutes choses sont permises, mais toutes choses n’édifient pas.
La Bible –

La particularité de la relation parent enfant, est que c’est la seule relation de notre vie où nous savons qu’un jour nous nous séparerons. Les amis peuvent être de passage, à vie ou pour un temps. Idem pour les compagnons. Mais les parents, seront quittés un jour, ne serait-ce que pour notre propre épanouissement personnel. Raison pour laquelle il est important d’aider votre enfant à prendre son envol avec des bases personnelles, financières et émotionnelles solides.

2. Préparez votre enfant à sa future vie adulte

200.gif (541×200)

Avec la politesse et le savoir-vivre, vous lui apprenez à vivre en société. Vous lui apprenez les règles et les valeurs de votre famille par votre comportement, mais surtout, grâce à la congruence entre vos propos et vos actes. Par exemple, si vous dites à votre enfant qu’il est mal d’insulter sa maîtresse, mais que vous le faites, ou que vous insultiez vos propres supérieurs hiérarchiques, votre enfant retiendra qu’il est bon et normal d’insulter les représentants de l’autorité dans le lieu où il se trouve, car vous son parent et modèle, le faites.

Les actes parlent plus que les mots, et ce sont vos actes et attitudes que vos enfants copient. C’est la raison pour laquelle il est souvent déconseillé de dire des grossièretés devant les enfants, car leurs esprits absorbent tout comme une éponge.

Même si cela parait bête, expliquez à votre enfant, pour quelles raisons il va à l’école, ce qu’il va apprendre, et comment il peut utiliser cet apprentissage dans sa vie future, afin de le motiver et l’aider à rester concentré.

Les métiers manuels sont souvent critiqués, déconsidérés, cependant c’est l’une des seules branches avec les métiers où l’on fait de longues études comme la médecine ou le droit, où les étudiants appliquent dans leur travail ce qu’ils ont étudié. Pour les autres filières, certains apprentissages se perdent en route, c’est alors à vous parent de bien vous renseigner afin de conseiller votre enfant en connaissance de cause, et ce, toujours par rapport à ses goûts.
Car un métier que l’on n’aime pas est un travail, mais un métier que l’on apprécie, par lequel on se sent valorisé est une activité professionnelle qui peut devenir une passion.

Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.
– Confucius –

 

3. Apprendre à tenir des comptes : la gestion d’un futur compte bancaire

À 18ans, plusieurs milliers de jeunes deviennent majeurs. En comprennent-ils toutes les responsabilités ? Pas forcément. Joyeux, nous courrons à la banque avec le sourire, contents d’apposer notre signature sur les documents importants, défiant du regard la case “signature des parents pour les moins de 18 ans”. Crédit, débit, découverts, intérêts, assurance vie, assurance ceci assurance cela. La banque est devenue une entreprise. Comment préparer votre enfant à toutes ces approches commerciales auxquelles il fera face ? Car si votre adolescent est immature, il peut s’engager pour n’importe quelle offre allègrement bien vendue.

Comment éviter cela ? En apprenant à être une bonne gestionnaire vous-même et en vous informant au mieux sur tous ces sujets, afin d’être capable de conseiller et de guider votre enfant. Soyez honnête avec votre enfant dès sa petite enfance sur votre travail, votre salaire et votre gestion financière. Éteignez la télévision, la tablette, l’ordinateur et votre smartphone. Passez du temps avec votre enfant. En jouant au Monopoly par exemple, amenez votre enfant à s’ouvrir un peu plus sur les sujets qui composent son futur. Par exemple être propriétaire ou être locataire de son logement ? Ce que cela coûte et engage. Vous pourrez lui expliquer dans un cadre ludique ce qu’est une hypothèque, le rôle de la banque dans la vie quotidienne. Vivre dans le pays de naissance ou s’expatrier ? Aussi, étudier avec lui quels pays l’intéresseraient ainsi que ses raisons. Quelles formations choisir pour le métier choisi ? S’il sait déjà ce qu’il veut faire. Combien veut-il gagner d’argent par mois pour être bien dans sa vie et surtout dans sa tête ? Comment envisage-t-il son avenir ? Toutes ces questions sont des sujets de discussion qui peuvent être abordés lors des repas en tête à tête avec votre enfant, ou lors d’une promenade ou d’une activité que vous feriez ensemble. Dans ce monde où tout nous rapproche des inconnus et de ceux qui sont loin, mais nous éloigne de ceux qui nous sont proches : privilégiez toujours les rapports humains.

Cas d’étude, un adorable panier percé et sa fille : Rebecca Brandon (ex Bloomwood) – héroïne de la série littéraire l’accro du shopping de Sophie Kinsella.

extrait_confessions-of-a-shopaholic_4

Rebecca alias Becky est une jeune Anglaise pétillante, amoureuse de la mode, des nouvelles garde-robes et de la vie. Bien que les livres soient à mourir de rire, l’héroïne nous livre beaucoup de secrets de mode, mais révèle aussi, jusqu’où une femme peut mentir aussi bien à elle même qu’à son entourage et se mettre dans des situations désastreuses pour avoir la dernière paire de chaussures à la mode. Tremblant devant tout objet qui lui fait envie, elle se monte seule des châteaux en Espagne pour justifier ses achats compulsifs, qui pour la plupart s’avèrent tellement onéreux et inutiles, qu’elle est même obligée de revendre les trois quarts de sa garde-robe suite à des problèmes financiers. Véritable panier percé, elle collectionne les cartes de crédit qui atteignent rapidement leurs plafonds. D’ailleurs les livres (il y en a 6) commencent tous par les courriers de la banque lui demandant de régler un découvert, plus d’autres courriers assez drôles déclinant ses différentes propositions. Mais heureusement, Becky fourmille d’idées et a la chance de bénéficier de bons samaritains qui la sauve de la catastrophe financière. Et lorsque celle-ci devient mère, devinez quelle attitude sa fille reprend ? Je vous laisse deviner ce qu’une enfant de 3 ans à qui on passe tous les caprices, dont la mère est une fervente consommatrice, a comme attitude et comportement.

3points-300x67

Conclusion

Selon moi, il faut avoir eu une bonne vie avant de donner la vie. Un enfant apprend par imitation. Assurez-vous donc d’avoir un système de valeurs efficace à lui transmettre pour qu’il devienne un #Femmedinfluence ou un #Hommedinfluence.

Baps

FOCUS

Le Planner de Ma Vie 2019

3 façons d’apprendre à votre enfant à gérer son argent

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

FOCUS

Le Planner de Ma Vie 2019

Shopping Basket