Comment Aider Une Amie Qui Pense au Suicide, selon Kevin Briggs

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Si tu as une amie dont tu sens ou dont tu sais qu’elle pense au suicide, tu sais à quel point on peut se sentir désarmée et impuissante face à la situation. Tu as peur de ne pas trouver les bons mots, tu as l’impression que quoique tu dises, tu n’auras pas de prise sur une détresse aussi grande. Peut-être même que cette perspective te fait tellement peur que tu évites le sujet plutôt que de risquer de ne pas faire ou dire ce qu’il faut. Il se peut aussi qu’une amie t’ait confié son mal-être en te parlant de son envie d’en finir, et que tu sois partagée entre la conviction que ce ne sont que des mots, et la crainte de passer à côté de signes que tu regretteras toute ta vie de n’avoir pas pris au sérieux. Dans tous les cas, il est très difficile de savoir comment être là pour une personne qui n’a plus envie de vivre.

Dans sa conférence TedX, Kevin Briggs nous donne quelques éléments qui peuvent nous aider à soutenir un proche qui pense au suicide. Ce policier ayant passé sa carrière à assurer la sécurité du Golden Gate Bridge de San Francisco, un pont qui attire beaucoup de personnes qui veulent mettre fin à leurs jours, a développé une expérience qu’il présente avec beaucoup d’humilité : on ne peut pas toujours dissuader quelqu’un qui choisit de mourir, mais on a parfois une chance de le faire, et c’est pourquoi nous nous devons de tout mettre en œuvre quand c’est possible. Ces quelques pistes pourront t’aider.

Oser Aborder le Sujet Tabou

Ce qui peut nous empêcher de soutenir correctement une personne qui pense au suicide, c’est parfois simplement la crainte d’aborder un sujet tabou. Cette réticence se comprend, mais tu dois la dépasser en te rappelant que ta peur d’être maladroite ou intrusive ne fait pas le poids face au risque que ton amie perde la vie sans avoir au moins trouvé quelqu’un à qui parler.

En effet, la souffrance, surtout quand elle est si intense qu’elle dégoûte de la vie, enferme la personne qui souffre dans une bulle d’incompréhension. Elle n’ose parfois pas se confier, persuadée que personne ne la comprendra. Elle a parfois essayé de se confier sur les pensées qui la poussent vers la mort et le désespoir qui l’habite, mais elle a pu rencontrer le déni chez des interlocuteurs gênés, incrédules ou maladroits lui ayant dit un simple « Mais non, ça va aller, la vie est belle ! » avant de passer à autre chose.

Tu devras donc peut-être oser amorcer toi-même la conversation si tu as l’intuition que ton amie pense au suicide sans le dire. Pour ce faire, Kevin Briggs propose d’adopter ce type de formule : « Dans ce genre de circonstances, certaines personnes ont des pensées suicidaires : et toi, est-ce que ça t’arrive ? ». Le but est d’ouvrir la possibilité d’une confidence.

Ce que Tu Dois Eviter de Dire

Il y a des paroles qui nous viennent spontanément et innocemment qu’il nous faut pourtant éviter à tout prix lorsque nous parlons à une amie qui pense au suicide :

-les jugements : ton opinion sur le suicide ne va pas aider ton amie. Sur ce sujet, il n’y a d’ailleurs pas d’opinion à avoir, mais seulement une capacité d’écoute sans jugement à cultiver. Ne te lance donc surtout pas dans un discours prétendant par exemple que le suicide est un acte lâche, consistant à fuir le problème : choisir la mort n’est en aucun cas une solution de facilité. Qu’une personne puisse surmonter la peur ultime de mourir signifie qu’elle avait le courage d’affronter les choses les plus difficiles de la vie, mais n’avait simplement plus d’espoir qu’une terrible et épuisante souffrance puisse cesser un jour. Si tu juges, tu construis un mur entre toi et ton amie, là où tu devrais construire une passerelle.

-la fausse compréhension : évite de prononcer des phrases du type « Je te comprends », ou « Je sais ce que tu éprouves en ce moment ». Chaque souffrance est unique, surtout celle qui pousse à vouloir mettre fin à ses jours. On n’est pas obligé de savoir ce qu’une personne éprouve pour se connecter à elle et l’écouter vraiment.

Il s’Agit moins de Savoir Quoi Dire que de Savoir Comment Ecouter

Il est difficile de trouver les mots justes sans accroître le sentiment que ton amie a d’être incomprise. Mais ne te dis pas pour autant qu’il n’y a rien à faire. Selon Kevin Briggs, ce que tu as à faire est moins de parler que de savoir écouter ton amie. Il raconte le cas d’une des personnes qu’il a réussi à dissuader de sauter du pont. Une fois le jeune homme mis en sécurité, le policier lui demanda ce qui l’avait incité à laisser une autre chance à la vie. Le jeune homme lui répondit simplement « Vous m’avez écouté ».

Celui qui n’a pas sauté du Golden Gate Bridge ce jour-là a ensuite été diagnostiqué d’une grave dépression, a été soigné, et est aujourd’hui un père et un citoyen qui apporte beaucoup à ceux qui l’entourent. Le monde aurait perdu quelqu’un de précieux si personne n’avait pris le temps de l’écouter avec humilité, patience et compassion ce jour-là.

Reçois nos mails !

Rejoins notre Newsletter de + de 70 000 femmes pour recevoir en exclu nos articles, nos évènements, nos promotions et nos cadeaux !