Amour, Amitié, Travail : Comment Savoir si une Relation est Bonne pour Toi ?

Toutes tes rencontres et toutes tes interactions ne sont pas destinées à demeurer dans ta vie, quel qu’en soit le domaine. C’est la rentrée : c’est le moment idéal pour faire le tri dans tes relations afin de commencer l’année sur de bonnes bases. Mais comment savoir si une relation est vraiment bonne pour toi ?

 

 

Voir cette personne te donne de l’énergie ou t’en demande ?

 

 

On l’a toutes expérimenté: ce déjeuner avec une vieille amie dont on ressort épuisée, cet échange avec un collègue après lequel on se sent vidée, cette relation de couple qui, au lieu de nous donner des ailes, nous place dans un tourbillon de doutes ou fait peser sur nous une lassitude dont on sait qu’elle n’est pas passagère.

Quand cela t’arrive, tu le ressens, tu es éprouvée par chaque interaction. Vous vous êtes dit « il faut qu’on aille boire un verre cette semaine ! », et tu te trouves mille et une autres choses à faire. Tu as l’impression de ne jamais avoir le temps… en réalité, tu ne le prends pas. Tu as vécu aussi ce rendez-vous annulé au dernier moment parce que l’autre personne a un empêchement : tandis qu’elle se confond en excuses au bout du fil, tu ressens un soulagement, comme si un énorme poids t’était enlevé ! Tu es bien consciente de ces sensations quand tu les vis, alors pourquoi s’imposer ces moments qui, au lieu de te donner de l’énergie, t’en prennent autant !

Ces rendez-vous qui finissent par te demander autant de motivation et que tu procrastines aussi bien que ta visite annuelle chez le dentiste, sont ils aussi justifiés par une utilité à la hauteur de cet effort ?

 

Le fait est qu’il n’est pas toujours facile d’être clairvoyante dans le domaine des interactions. La culpabilité, les scrupules, l’attachement au passé, ou encore l’envie de s’accrocher à une relation pour laquelle tu as fait beaucoup d’effort peuvent te retenir dans une histoire qui n’est plus faite pour toi. Pourtant , cet emploi que tu as eu tant de mal à obtenir ne vaut pas que tu t’infliges un patron toxique. Cet homme que tu as tant aimé n’est peut-être plus le bon, parce que vous aviez à vivre ensemble a été vécu.

Il en va de même pour l’amitié : si elle est réputée plus durable que l’amour, toutes les amitiés ne sont pas faites pour durer toute une vie. Deux personnes peuvent s’être apporté beaucoup, et avoir vécu ensemble tout ce qu’elle avait à vivre. Si les deux personnes ont changé, leurs chemins s’écartent, et faire durer la relation par nostalgie finira par dénaturer tout ce qu’elle a eu de beau. Certaines personnes de ton entourage ne sont plus faites pour partager ta vie, ou ne l’ont jamais été.

Comment savoir si c’est la relation qui te fatigue ou si c’est toi qui est momentanément épuisée ? Écoute-toi : fais taire ton cerveau, et même ton cœur, car il te dicte souvent d’être attentive aux émotions des autres plus qu’aux tiennes. C’est ton intuition et le langage de ton corps que tu dois écouter : il y a des relations fluides, légères et inspirantes, et d’autres qui te plombent, te pèsent, te stressent, te donnent mal à la tête ou te nouent le ventre. Ces dernières sont à abandonner au passé.

 

 

As-tu peur d’être jugée ?

 

 

Quand j’arrive en retard à un rendez-vous avec mon meilleur ami parce que j’ai passé trop de temps à me faire belle, ou que je retouche mon maquillage dans le métro avant d’aller chercher mes enfants à l’école, on me demande souvent « Tu as un date ? » ou on me fait remarquer que mes efforts ne servent à rien, car je vais retrouver des personnes qui m’aiment quelle que soit mon apparence. Mais c’est pour mon plaisir que je mets du rouge à lèvres et que je vérifie mon mascara : j’éprouve de la satisfaction à honorer un bon moment en accordant du temps à ma coquetterie. Non je n’ai pas de date, mais j’ai rendez-vous avec un moment d’amour et de bonheur, et oui, j’ai envie que ceux que j’aime me trouvent pimpante ! J’en ai envie, mais je n’en ai pas besoin : et si une averse ruine mon mascara et trempe mon brushing, je n’en aurai pas moins de plaisir à retrouver mes amours.

Mais ce n’est pas toujours aussi simple et fluide. Il nous arrive parfois de nous préparer pour un rendez-vous en nous demandant « Que va-t-elle penser de ma tenue ? », « Vais-je lui plaire ? », « Suis-je trop maquillée ? ».  Ces questions peuvent éventuellement être pertinentes lors d’un premier rendez-vous amoureux avec quelqu’un qui compte pour toi et que tu as envie de séduire. Mais si tu te les poses avant de voir un ami, un collègue, un supérieur hiérarchique, c’est que cette relation te fait sentir qu’être simplement toi-même peut être insuffisant, voire problématique. Depuis quand un rendez-vous devrait-il se transformer en évaluation ?

En résumé, si tu te sens jugée, tu ne peux pas te sentir appréciée pour ce que tu es, ni libre de rayonner. Fuis !

 

 

Fais-tu des concessions ou te trahis-tu ?

 

 

On dit souvent qu’il faut faire des concessions en amour, si l’on veut que ça marche. C’est aussi le cas en amitié, dans les relations professionnelles, et même en famille ! Les concessions sont un pas vers l’autre, un geste d’amour qui, s’il est réciproque, permet une relation respectueuse, harmonieuse, et épanouissante pour tous ses protagonistes.

Mais à partir de quand peut-on considérer qu’on fait trop de concessions ? Où finissent les concessions, et où commence l’auto trahison ? Comment savoir si on tient compte de l’autre ou si l’on s’oublie soi-même ?

Là encore, il faut savoir être à l’écoute de se soi, de ses émotions, des sensations physiques qui les traduisent dans le corps quand on ne les exprime pas verbalement.

Toute concession te coûte quelque chose : du confort, de la satisfaction immédiate. Mais tu passes de la concession à l’aliénation quand un choix te coûte tes valeurs, un morceau de ton identité, ta tranquillité d’esprit. Tu ne te sens pas à l’aise avec ce que tu acceptes, et tu es en désaccord avec ton intuition qui te dit que tu n’es pas sur la bonne voie et que tu dois quitter cette relation. Il est temps d’écouter cette petite voix à laquelle tu fais la sourde oreille, car la relation la plus importante, celle que tu dois soigner, cultiver et préserver plus que tout, c’est celle que tu entretiens avec toi-même.

7 Signes Qui Montrent Qu’il Profite de Toi

Tu te demandes parfois si cet homme se sert simplement de toi, tandis que, de ton côté, tu t’investis auprès de lui. Ces 7 signes te permettront de savoir s’il veut construire une relation ou simplement profiter de toi. 

 

Il est disponible seulement quand il a besoin de toi

 

 

Quand tu le sollicites parce que tu as envie d’aller danser, ou simplement de compagnie, ou quand tu as besoin de lui pour un service, il est toujours occupé. Ses motifs paraissant souvent légitimes : un anniversaire où il avait promis de se rendre, une urgence au travail, ou encore une grippe… Cependant, quand il a besoin de toi ou juste envie que tu sois là, il sait retrouver ton numéro, et a d’un seul coup du temps à te consacrer !

Le temps qu’il est capable de prendre pour toi est aussi un excellent indicateur : nous avons tous un emploi du temps chargé, mais quand on veut construire une relation, il faut lui accorder du temps. Un de mes amis a une expression magnifique pour cela : c’est quelqu’un de réellement très occupé, mais quand on lui demande de faire quelque chose, là où beaucoup auraient répondu « je n’ai pas le temps de m’occuper de ça», il dit « « je vais faire du temps pour m’occuper de ça ». Cette expression dit à merveille ce qui se passe quand tu donnes de l’importance à une personne dans ta vie. Tu fais du temps pour elle, tu lui réserves des plages horaires sanctuarisées, tu t’organises, tu fais des choix, tu décales d’autres occupations.

Enfin, cette incapacité à se rendre disponible révèle qu’il ne prend pas en considération tes émotions : quand une personne que tu aimes ou que tu apprécies a un souci pratique, ou un moment difficile et un besoin de présence, tu te libères pour elle.

 

C’est toujours toi qui payes et qui t’occupes de tout

 

 

Se faire inviter au restaurant par son homme est très agréable, et lui offrir le dîner l’est aussi. Le problème réside toujours dans l’excès, dans le côté systématique d’une pratique. Si c’est toi qui payes toutes les sorties, voire toutes les factures, ce n’est évidemment pas normal. Je mets bien sûr de côté les moments difficiles ou l’entraide est de mise dans un couple. Dépanner son homme est un geste d’amour, et il n’y a rien à redire à cela. La problème existe si celui-ci se révèle dépendant matériellement, pas seulement au niveau financier, mais aussi dans l’organisation de sa vie en général. C’est un homme que tu mérites, non un grand enfant paresseux qui cherche une deuxième maman pourvoyant à ses besoins.

 

Il te rend responsable de ses échecs

 

 

Cet homme ne peut montrer aucun besoin matériel vis-à-vis de toi, et néanmoins se servir de toi d’une autre manière. S’il te rend responsable de ce qu’il n’entreprend pas ou de ce qu’il échoue, c’est une autre façon de profiter de toi. Il a besoin de toi pour endosser les responsabilités qu’il n’assume pas. Il se sert de toi comme alibi pour de défausser de sa médiocrité. Ce n’est pas ton rôle ! En femme ambitieuse et aimante, tu devrais être la muse et le soutien d’un homme courageux, pas le bouc émissaire d’un looser !

 

Vous ne vous voyez que le soir

 

 

Tous les rendez-vous qu’il te donne sont invariablement le soir, et sans forcément passer par la case sortie à deux avant d’atterrir dans un de vos deux appartements. Le week-end, il n’est pas disponible pour bruncher ou visiter un musée, mais le soir, et souvent à l’improviste, il a envie que vous vous voyiez. Au tout début d’une relation, ce n’est pas un problème, mais au fil du temps, si tu n’as droit qu’à des rendez-vous en soirée, c’est que votre relation n’évoluera jamais : il t’a mise dans la case « fille facile » dont il peut se servir pour des besoins purement sexuels.

Un autre indicateur pour te montrer que tu n’as pas  d’autre rôle à ses yeux : l’heure de ses messages et de ses appels. Un appel ou un message après 23 heures est un booty call, 9 fois sur 10, et s’il n’y a pas d’interactions, ou très peu, à d’autres moments de la journée, c’est qu’il ne cherche rien d’autre auprès de toi que du sexe.

 

Il ne se montre pas avec toi en public et ne te présente pas

 

 

Vous vous voyez toujours chez l’un ou chez l’autre, ou si parfois vous sortez, c’est uniquement à deux, et jamais dans des endroits qu’il fréquente habituellement et où tout le monde le connaît. Il ne te présente personne, ni ses amis, ni ses collègues, ni encore moins sa famille. Au début d’une relation, et même parfois dans les premiers mois, c’est parfaitement normal, et c’est même plutôt sain de construire avant tout votre histoire à deux. Cependant, si au bout d’un certain temps, tu n’as toujours pas été présentée à qui que ce soit, ou bien seulement à des connaissances qui ne font pas partie de son premier cercle, cet homme se sert de toi et ne compte rien te donner, pas même une place dans sa vie.

 

Il n’est pas curieux de ta vie, de ton histoire, et de tes centres d’intérêt

 

 

Cet homme te pose-t-il des questions sur ton enfance, tes passions, tes projets ? Quand tu en parles spontanément,  est-ce qu’il t’écoute vraiment ? As-tu l’impression qu’il retient ce que tu lui confies ? Si ce n’est pas le cas, ce ne sont pas seulement tes conversations qui ne l’intéressent pas : c’est toi. Ce que tu lui confies n’est pas du bavardage, c’est ce que tu es. S’il semble absent quand tu lui parles de toi et ne rebondis pas sur ce que tu lui dis, s’il ne te pose jamais de question, c’est que tu ne l’intéresses que pour la satisfaction de ses intérêts personnels.

 

 Ta petite voix intérieure te dit que quelque chose ne va pas

 

 

Si tu lis cet article, c’est que tu sens que quelque chose ne va pas. Ta petite voix, ton intuition, ou même ton corps t’ont dit que tu n’étais pas à ta place dans cette relation. En effet, ton cœur peut te guider vers un homme qui ne te convient pas, mais pour lequel tu ne peux étouffer tes sentiments. Ta tête peut te proposer de mauvais arguments pour rester auprès de lui. Mais ton corps te dit toujours la vérité. Tu as le ventre noué, tu as mal au crâne, tu as froid… autant de façons dont ton corps te révèle le mal-être psychique que tu ne veux pas voir. De même, ton intuition continue de te parler quand ta raison démissionne.

Quoiqu’il arrive, reste à l’écoute de ton intuition, et respecte-la pour mieux respecter tes besoins. Si l’homme que tu aimes ne sait que recevoir, ne lui donne plus rien. Tu mérites d’être choyée à la hauteur de ce que tu sais offrir.

Apprends à Jouer au « Jeu de la Vie » Si Tu Veux Gagner Contre Elle

Ce livre est une des plus grandes références de la littérature de développement personnel. Il expose de manière simple le principe de la loi de l’attraction, c’est-à-dire le pouvoir d’attirer tout ce que tu souhaites dans ta vie : réussite, richesse, amour, santé

Selon Florence Scovel Shinn, le plus puissant outil pour activer cette loi de l’attraction serait la parole pensée ou prononcée, agissant comme une véritable baguette magique.

C’est la règle du « jeu de la vie » : si tu veux gagner, il faut la connaître et l’appliquer !

 

 

Le pouvoir des mots, comment l’utiliser

 

 

« La plupart des gens pensent que la vie est une bataille. En fait, c’est un jeu. Néanmoins, c’est un jeu auquel on ne peut gagner sans connaître les lois spirituelles. »

 

C’est avec cette phrase accrocheuse et déconcertante que Florence Scovel Shinn introduit son livre. La vie serait un jeu, auquel il serait facile d’être gagnant pour peu que nous en connaissions les règles, et non une bataille… cette idée a de quoi nous désarçonner. Nous qui luttons pour réussir professionnellement, pour obtenir un diplôme, pour conquérir le cœur d’un homme ou entrer dans notre jean préféré, nous devrions donc changer de méthode pour tout obtenir ? Dans ce livre, l’auteur nous montre que tous nos efforts sont vains si nous négligeons de bien utiliser le pouvoir de la parole, qu’elle soit dite à haute voix ou simplement pensée.

« Les forces invisibles sont toujours à l’œuvre pour l’homme qui tire les ficelles lui-même, mais sans le savoir. Ce qu’il exprime, il l’attire à lui par ce qu’il doit à la puissance vibratoire des mots. Les gens qui parlent sans cesse des maladies finissent par les attirer sur eux. »

Ce que l’on dit, même lorsqu’on plaisante ou qu’on exagère, s’imprime dans notre subconscient qui dirige à notre insu nos actes et nos choix, déterminant ainsi une bonne partie de ce qui nous arrive. Si tu dois faire face à un événement qui te stresse, et que tu dis « j’en suis malade de trac », non seulement tu vas continuer à avoir peur, mais il se peut que tu développes des symptômes psychosomatiques. Tu dois au contraire dire comme si c’était déjà le cas « Je me sens sereine car je sais déjà que tout se passera très bien ». Tu l’auras compris, la règle de base du jeu de la vie réside dans les affirmations positives, elles-mêmes à la base de la fameuse loi de l’attraction : tu attires ce que tu visualises, ce que tu affirmes, ce que tu crois être fait pour toi.

Néanmoins, il y a quelques règles à connaître si tu veux te servir correctement du pouvoir de la parole :

  • Faire des affirmations le matin dès le réveil: alors que ta journée n’a pas encore commencé, tu dois faire comme si tu en avais déjà reçu tout ce que tu en attends. Visualise ce que tu veux voir se réaliser et manifeste de la gratitude pour les miracles de la journée : « C’est à ce moment-là qu’il faut confirmer la vérité, se réjouir et remercier pour ce qu’on a déjà reçu. »
  • Fais attention à la manière dont tu t’exprimes, même quand tu plaisantes, car ton subconscient n’a pas le sens de l’humour ! Il enregistre tout au sens littéral.
  • Quand tu formules un souhait, n’utilise pas de forme négative car le subconscient ne les enregistre pas, il ne prend que l’information principale: si tu dis «  je ne vais pas échouer », il enregistre seulement les mots forts « je, vais, échouer ». Dis plutôt « Je vais réussir ».
  • Fais semblant: se comporter comme si on avait déjà obtenu ce que l’on veut impressionne vivement le subconscient. Habille-toi déjà pour travail que tu brigues, lève-toi déjà à l’heure pour te préparer à y aller, souris comme si tu étais déjà couronnée de succès.
  • Il n’y a pas d’ordre de grandeur dans les miracles, alors ne te limite pas dans ta demande. Vois grand, mais demande ce qui te revient de mieux et que cela arrive de la meilleure des façons.
  • Utilise des images fortes dans tes affirmations qui vont s’imprimer dans ton subconscient : l’auteur donne un exemple parlant : « Regarde, j’ai ouvert la porte du destin et personne ne pourra la refermer puisqu’elle est ouverte et clouée au mur! ».
  • Ne parle pas à tout le monde de ce que tu vises ni des affirmations que tu énonces pour que cela arrive : les doutes des autres peuvent interférer dans la réalisation de tes souhaits, comme autant de pensées négatives, qu’ils doutent de tes rêves ou soient simplement sceptiques quant au pouvoir des affirmations positives.
  • En revanche, n’hésite pas à en parler à une personne qui croit vraiment en toi ainsi qu’en la loi de l’attraction, et qui veut que tu réussisses sans aucune restriction. En effet, tu peux aussi bénéficier du pouvoir des affirmations d’un autre: « Il est plus facile de « manifester » pour quelqu’un d’autre que pour soi-même. Une personne ne devrait jamais hésiter à demander de l’aide si elle se sent faiblir ».
  • Ne te décourage pas si ce que tu affirmes ne se réalise pas tout de suite dans le réel. Un processus est à l’œuvre, mais tu ne le vois pas. L’auteur fait remarquer que juste avant la réalisation, il y a souvent un moment de découragement : il faut alors continuer à ne pas se fier aux apparences et se réjouir comme si on avait déjà reçu ce que l’on souhaite.

 

Laisser le destin prendre les commandes en toute confiance : la non-résistance, l’intuition, le lâcher-prise

 

 

Arrêter de lutter et de se débattre dans des dilemmes, lâcher prise, et suivre son intuition :

La puissance de la parole peut donc faire se manifester toutes sortes de choses dans ta vie. Mais si tu veux ce qu’il y a de meilleur pour toi, il faut apprendre à ne pas te fixer sur ce que tu crois être le meilleur, au risque de bloquer la réalisation de ce que le destin te réserve d’encore plus grandiose.

C’est ce que Florence Scovel Shinn appelle le plan divin de ton existence. Elle explique que nous avons tous 3 niveaux de conscience :

  • Le subconscient
  • Le conscient
  • La supraconscience: ce dernier niveau est celui de tes intuitions, directement connectées à ce qu’on pourrait appeler ton destin, un plan de ton existence tout tracé, qui correspond à ce qui pourrait t’arriver de mieux si tout se déroulait à la perfection, que tu manifestais à chaque seconde ton plein potentiel, que tu faisais toujours le meilleur choix en étant à l’écoute de tes intuitions.

Tu as donc un destin, mais aussi le libre arbitre de :

le suivre en te connectant audacieusement à ta guidance intérieure

t’en écarter en prenant des décisions basées sur des croyances limitantes dont tu n’as pas conscience.

Il faudrait donc faire l’effort de se laisser guider en toute confiance !

Le livre contient une anecdote très parlante sur le sculpteur Michel Ange : sur le point de commencer une nouvelle sculpture, il voulut absolument se procurer un bloc de marbre bien précis, et aucun autre. Quand on lui demanda pourquoi, il répondit qu’il y avait un ange à l’intérieur de ce marbre. Nous sommes tous ces pierres brutes contenant déjà leur potentielle œuvre d’art.

Il faut donc apprendre à écouter davantage cette intuition qui nous indique quels choix faire pour manifester le plan divin de son existence. Dans ce cas, les paroles à prononcer ne seront pas « Je vais avoir ce contrat/ L’homme que j’aime s’apprête à me demander en mariage » mais « Je vais avoir ce contrat ou une meilleure opportunité écrite dans mon plan divin / Je suis prête à ce que l’homme de mon plan divin me demande en mariage selon le timing parfait prévu pour moi ».

En cas de décision à prendre, demande clairement un signe du destin et engage-toi à le suivre.

Bannir la peur au profit de la confiance :

« Si tu as peur, tu alimentes deux pouvoirs, celui du Bien et celui du Mal, au lieu de n’en alimenter qu’un seul. »

La peur t’empêche de suivre ton intuition et de manifester la vie parfaite qui t’est destinée car elle imprime dans ton subconscient des images de manque, d’échec et de tristesse.

Quand tu doutes, pour contrer cette tendance de ton esprit, il faut donc faire des actes de foi, ces actions que l’on fait pour montrer qu’on s’attend à ce qu’un rêve se réalise, même si rien ne le laisse présager pour le moment: « La foi n’est rien sans l’action. », nous dit l’auteur. L’espoir ne suffit pas, il faut montrer une foi active. Par exemple, si tu as fait une offre pour un appartement , en attendant la réponse de la banque, va acheter des rideaux pour le salon, un miroir pour l’entrée, des bougies parfumées pour ta chambre.

De même, la peur et la colère que tu éprouves face à quelqu’un qui semble œuvrer contre toi t’éloignent de tes buts. Si tu fais confiance à ton plan divin, tu sais que cette personne participe à sa façon à ton destin et ne peut pas t’en éloigner. Il faut donc pratiquer la non-résistance, ne pas perdre d’énergie à lutter, mais plutôt pardonner, contourner, et même bénir celui qui semble un obstacle.

« Chaque homme est un maillon doré dans la chaîne de ma félicité parce que chaque homme est une manifestation de Dieu qui attend que l’homme lui donne l’occasion de servir le plan divin de son existence. » « Si vous bénissez votre ennemi, vous lui ôtez son pouvoir de nuisance. » « Mes élèves me disent souvent «  Mais je ne veux pas être un paillasson. ». Ce à quoi je réponds : « Quand vous utiliserez la loi de la non-résistance, plus personne ne pourra vous marcher dessus.

L’auteur conclut son livre sur ces paroles motivantes :

« Tout pouvoir est donné à l’homme ( par la pensée juste) d’amener son paradis sur sa terre. C’est ça le jeu de la vie. Les règles sont simples : une foi sans peur, la non-résistance et l’amour. Que chaque lecteur soit libéré de ce qui l’a tenu prisonnier à travers les âges, de ce qui se dresse entre lui et lui-même. Qu’il  connaisse la Vérité qui le rendre libre, libre d’accomplir son destin, de manifester le « dessein divin de sa vie » ; la santé, l’amour, et la parfaite expression de soi. Sois transformé par le parfait renouvellement de ton esprit. »


Si tu veux te procurer ce livre, clique ici

L’Importance D’Investir dans un Sac et des Chaussures de Qualité – Leur Impact sur la Perception que les Autres ont de Toi

Le sac ne se contente pas d’être un objet pratique. Il est aussi le reflet de qui l’on est et de ce à quoi l’on souhaite ressembler. Plus qu’un objet trivial, il est pour certaines femmes à l’image de leur identité. Considéré comme un objet indispensable, c’est qu’il est sans doute le plus fidèle allié d’une femme, et aussi le plus intime : le sac l’accompagne tout au long de sa vie et parfois même jusqu’à son dernier jour. Élément le plus stable de sa vie, c’est l’objet qui passera le plus de temps avec elle, sans doute même plus qu’un homme. Raison de plus pour ne pas faillir sur la qualité de ton sac.

Quant aux chaussures, elles sont ce qui déterminent en partie la démarche, l’allure en général. L’allure, c’est cette présence qui mettra en valeur ton corps tout entier. La démarche dit qui tu es et où tu vas. Et ce sont les chaussures que l’on porte, qui ont cette faculté de nous donner ou non de la grâce, de nous donner ou non du pouvoir. 

 

 

Le sac, le reflet de notre identité

 

 

« Le sac à main, c’est tout le mystère de la femme concentré dans quelques centimètres carrés. »

Dominique Loreau

 

janicejoostema

 

Nous avons tous ce sac qui nous attend, le nôtre, l’unique. Celui qui nous ressemble et qui nous comblera en tout point. Il suffit juste de le trouver. Chaque chose que nous possédons ou consommons reflète ce que nous sommes. C’est le sens de tes valeurs esthétiques et éthiques que ton sac, tes vêtements et tes chaussures reflètent. Ton sac, qui est l’élément le plus stable de la vie d’une femme, se doit de refléter exactement ce qu’elle est, ou ce qu’elle aspire à devenir.

Si tu ne devais posséder qu’un sac, comment serait-il ? C’est ton essence, ton style, qui s’exprime à travers lui. Et le style est une affaire d’identité, de personnalité et de confiance en soi. Depuis toujours, le sac à main est le privilège des femmes. Devenu symbole de féminité par excellence, il est aussi le reflet de notre personnalité, de notre mode de vie, de notre rigueur, de notre extravagance…

 

 

 

Qu’apporte la qualité ?

 

janicejoostema

 

Sérénité, élégance, assurance et prestance.

Est-ce qu’il n’est pas plaisant de porter un sac qui nous fait nous sentir belles et féminines ? Cette sensation qui se reflète sur toi est aussi perçue par les autres. Certains sacs sont si nobles et magnifiquement confectionnés qu’ils nous rappellent des objets d’art. Pour le choix du sac, on évitera de préférence les sac en imitation cuir. Il ne s’agit pas non plus d’acheter un sac pour sa connotation sociale. Achète un sac pour ce qu’il est, parce que tu t’identifies à lui, non à sa marque. L’essentiel est d’avoir un beau sac et de qualité. La marque n’est pas toujours synonyme de qualité, bien qu’elle le soit dans la majorité des cas.

 

« Le vêtement ou le sac aux formes parfaites n’est-il pas un remède pour ceux qui doutent d’eux-même ? »

 

Au même titre que des vêtements vieux et usés nous feront sentir mal à l’aise, un sac démodé nous fera sentir « démodées et mal jugées ». Jean-Louis Dumas, ancien dirigeant d’Hermès, disait : « Lorsqu’on achète un bel objet cher, on oublie le prix mais on se souvient de la qualité”. Oublie les sacs qui ont un aspect cheap, ou bien les sacs trop « branchés ». Ceux-là ont tendance à être trop voyants. Le simple fait qu’il soit beau suffira à ce que l’on remarque.

 

 

La démarche : le message qu’elle délivre aux autres

“On n’accorde jamais trop d’importance au choix de ses chaussures. Beaucoup de femmes pensent que ce n’est pas important alors qu’on reconnait vraiment l’élégance d’une femme à ce qu’elle porte à ses pieds.”

Christian Dior

 

janicejoostema

 

De la même façon que ton image parle en permanence de toi, ta façon de marcher et ton allure délivrent un message tout aussi puissant… Une femme bien dans ses souliers marche avec davantage d’assurance. L’allure n’est pas un don du ciel. C’est la qualité d’une présence qui mettra en valeur ton corps tout entier. Elle est avant tout déterminée par la démarche, la façon de se mouvoir, de se déplacer. C’est une grande chose qui tient souvent à pas grand-chose : une tenue qui nous met particulièrement en valeur et dans laquelle on se sent confiante, des souliers de qualité qui nous donnent grâce et pouvoir. L’allure, c’est une sorte d’aisance.

Sans que l’on en ait véritablement conscience, la façon de mouvoir notre silhouette reflète notre intériorité (pensées, humeurs, émotions…). Ta démarche dit à la fois qui tu es et où tu veux aller. L’alternance des pieds est ce qui met en mouvement la silhouette et lui donne ou non de la grâce. Une belle démarche suppose d’aller vers ses objectif, son but, son devenir. 

 

La force des talons 

 

“Portez toujours des chaussures à talons ! Oui, elles vous donnent du pouvoir. Vous bougez différemment, vous vous asseyez différemment et vous parlez même différemment.”

Carine Roitfeld

 

janicejoostema

 

En talons, on prend de la hauteur. Réellement, mais aussi dans tous les autres sens du terme. Plus lente mais à la fois conquérante, on se tient naturellement plus droite. Et si elles sont de qualité qui plus est, c’est davantage de prestance et d’assurance. Si les talons de luxe (de qualité) représentent un petit investissement relativement coûteux, leur modèle est en général indémodable. C’est une paire que l’on garde et que l’on chérit tout au long de sa vie.

Les talons Louboutin par exemple, ont une forme et une courbure si particulières, si féminines, qu’il est impossible de ne pas remarquer la femme qui les porte.

5 Remèdes Naturels Super Efficaces Pour Bannir Les Points Noirs

Quoi de plus disgracieux que les points noirs ? Ils apparaissent suite à l’obstruction des pores, par un mélange de sébum et de cellules mortes. Ils se logent principalement sur la zone T, à savoir le nez, le front et le menton. Lors de changements hormonaux ou à cause d’une mauvaise hygiène, il arrive que la desquamation de la peau – processus par lequel la peau se débarrasse de ses impuretés – ne s’effectue pas bien. Les cellules mortes vont alors s’oxyder et noircir au contact de l’air, laissant apparaître les points noirs. 

Voici quelques astuces naturelles, peu chères et surtout efficaces qui, à force de régularité, t’aideront à venir à bout des points noirs.

 

L’exfoliation douce

 

amandakhamkaew

 

Pour venir à bout des points noirs, il est nécessaire de s’astreindre à une routine beauté rigoureuse et surtout régulière qui garantira un nettoyage profond de la peau et maintiendra sa bonne hydratation.

L’exfoliation en fait partie. Cette étape permet de débarrasser la peau de ses impuretés et des cellules mortes qui se logent dans les pores. L’exfoliation est à effectuer une à deux fois par semaine. Procède par de petits mouvements lents et circulaires. Procède toujours avec délicatesse pour ne pas agresser ta peau et veille à espacer tes gommages. Applique une crème hydratante après l’exfoliation. 

Ce dont tu auras besoin : 

  • 1 cuillère à soupe de sucre épais en poudre ou de la cassonade
  • 1 cuillère à soupe d’huile végétale (olive, amande douce, argan…)
  • 1 cuillère à soupe de miel

 

 

Le bicarbonate de soude

 

Les propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires du bicarbonate de soude en font un ingrédient privilégié pour éradiquer les points noirs. Il n’est pas toxique pour la santé, ne provoque pas d’allergie et est tout à fait comestible. Sa formule chimique en fait un puissant désinfectant pour la peau. Ses propriétés alcalinisantes lui donne le pouvoir de neutraliser l’acidité de la peau et d’équilibrer son pH.

Toutefois, utilisé trop souvent, son effet desséchant peut finir par irriter les peaux sensibles. N’oublie d’hydrater la peau de ton visage après l’application du soin. 

Après avoir nettoyé ton visage, procède comme suit : 

  • Mélange dans un bol une cuillère à soupe de bicarbonate de soude et une peu d’eau. La mixture doit pouvoir former une pâte
  • applique le mélange uniformément sur les zones à traiter et laisse sécher une dizaine de minutes
  • rince à l’eau claire. 

Répète ce remède une à deux fois par semaine.

 

 

Le bain de vapeur 

 

amandakhamkaew

 

Il n’est pas nécessaire de se rendre dans des instituts pour s’octroyer ce type de soin. Le bain de vapeur, en plus de dilater les pores et donc de faciliter la désincrustation des points noirs, il élimera les impuretés du visage. Après le bain de vapeur, l’effet des crèmes et des masques est également optimisé, la pénétration des soins étant facilitée après dilatation des pores.

Pour les peaux mixtes à grasses, le bain de vapeur peut être réalisé une fois par semaine. Pour les autres types de peau et les peaux sensibles, une fois tous les 15 jours suffira. 

Mode d’emploi : 

Dans ta cuisine, fais d’abord bouillir de l’eau dans une casserole avec quelques gouttes d’huile essentielle, puis place ton visage au-dessus, la tête recouverte d’une serviette.

Les pores se dilatent au contact de la chaleur et de l’humidité, la peau se détend et les muscles du visage se relâchent. Reste ainsi une dizaine de minutes et relaxe-toi. Une fois les pores bien dilatés, presse doucement les points noirs pour les désincruster. N’utilise pas tes ongles au risque de laisser des marques sur ta peau, munis-toi de mouchoirs. 

 

 

Le citron 

 

Avec ses pouvoirs antioxydants et antibactériens, le citron est un ingrédient bénéfique pour la peau. Le citron est un puissant astringent, capable d’atténuer les imperfections de la peau. L’acide alpha-hydroxy ou acide citrique qu’il contient, débarrasse naturellement la peau de ses impuretés, idéal pour déboucher les pores encombrés. Enfin la vitamine C dont il est chargé, est un fort antioxydant qui stimule la production collagène. Cette substance essentielle à la santé de la peau atténue les cicatrices et les tâches d’hyperpigmentation causées par l’acné.

Le soin qui suit resserrera les pores, il peut être utilisé jusqu’à une fois par jour : 

  • Nettoie d’abord soigneusement ton visage.
  • Presse un citron bio dans un bol.
  • Applique le jus sur les zones concernées à l’aide d’un coton-tige imbibé, par légers tapotements, sans frotter.
  • Laisse sécher au moins quelques minutes puis rince à l’eau claire. 

 

Le miel 

 

Les vertus du miel reconnues depuis des millénaires en font un allié efficace dans la lutte contre les points noirs. Son pouvoir hydratant est d’abord fortement prisé. Il est aussi nourrissant, régénérant et cicatrisant. Ses propriétés antiseptiques sont appréciées des peaux mixtes à grasses, particulièrement sujettes aux points noirs. Son pouvoir antiseptique assainira les pores et régulera le sébum. Le miel est aussi anti-inflammatoire, il soulagera et apaisera les peaux les plus abîmées. Enrichi en antioxydants, le miel fera office de soin protecteur pour les couches de l’épiderme.

Pour de meilleurs résultats, la préparation qui suit est à effectuer quotidiennement : 

  • Fais chauffer une cuillère à soupe de miel pur et biologique dans un petit récipient. Le miel doit être chaud au toucher.
  • Applique le miel sur les zones à traiter et laisse la peau l’absorber environ une dizaine de minutes.
  • Nettoie le visage avec un linge humide. 

Tu peux bénéficier conjointement des bienfaits du citron en ajoutant une cuillère à soupe de jus de citron frais et en laissant poser ce masque une quinzaine de minutes, puis en rinçant à l’eau claire. 

 

03 Clés Pour Que Ta Fille N’ait Jamais Tes Complexes

Surmonter ses complexes, gagner en confiance en soi… c’est un véritable enjeu, voire un apprentissage de toute une vie pour la plupart des femmes. Eh oui, tu es loin d’être la seule à lutter avec tes propres barrières, celles que tu as érigées toute jeune pour te protéger, et que tu t’évertues aujourd’hui à faire tomber car elles se dressent entre toi et tes objectifs. S’aimer pleinement afin de déployer tout son potentiel est une quête nécessaire, mais tellement épuisante et chronophage ! Et si tu pouvais épargner ce parcours de la combattante à ta fille ? Ces 3 clés peuvent faire gagner beaucoup de temps à ta princesse, qui n’héritera jamais de tes complexes.

 

Soigne tes complexes et embrasse ta féminité

Tu as donné la vie, et tu ne voudrais transmettre que ton amour et ta force. Ce n’est hélas pas si simple : en tant que parent, nous sommes tous susceptibles de transmettre aussi nos souffrances. Tu as sans doute déjà entendu parler de ces cas où un parent reproduit sur son enfant la violence qu’il a lui-même subie, alors qu’il voulait tout le contraire de ce vécu douloureux pour son enfant. C’est le même mécanisme étrange qui est à l’œuvre lorsque nous transmettons sans le vouloir la violence morale qu’on s’est infligée à soi-même par le discours dépréciatif de nos complexes. C’est évidemment beaucoup moins grave que de faire vivre à son enfant la violence physique que l’on a subie, mais c’est aussi très préjudiciable et parfaitement involontaire.

La difficulté à s’aimer soi-même peut se transmettre alors même que tu adores ton petit, parce qu’il est difficile de donner ce qu’on n’a pas reçu, et surtout ce qu’on n’a pas encore. Cela peut se produire aussi bien en étant maman d’un garçon ou d’une fille, mais l’identification réciproque est d’autant plus facile avec un enfant du même sexe que toi. Evidemment, tu ne diras jamais à ta fille une seule des horreurs que tu te sers devant le miroir ; mais elle s’identifie à toi et perçoit très bien tes autocritiques. Heureusement, il est possible de déjouer cette reproduction de la souffrance.

La première clé que je te propose ne concerne pas ta relation à ta fille, mais à toi-même. En effet, tu as une double influence sur elle :

  • Tu es son 1er modèle de femme, celui qu’elle imitera instinctivement pour construire les bases de son identité féminine
  • Tu ne peux donner ce que tu n’as pas. Tu peux vouloir de toutes tes forces donner de la confiance à ta fille, si tu n’as pas confiance en toi, ce ne sera que de la théorie.

Tu l’auras compris, la première petite fille à qui tu dois donner de l’amour et de la confiance c’est celle que tu étais. Tu dois t’engager à accomplir un profond travail sur toi-même et à soigner toutes tes blessures avec d’autant plus de motivation que tu le fais pour quelqu’un que tu aimes plus que toi-même : ton enfant. Tous les moyens sont bons, et il est temps de tous les utiliser, pour offrir à ta fille une reine comme mère.

Par ailleurs, au quotidien, il ne s’agit plus simplement d’être soignée ou coquette : une petite fille te regarde, tous tes gestes ont du sens pour elle. Que tu choisisses de célébrer ta féminité par tes vêtements, tes gestes, ton maquillage ou ton absence revendiquée de maquillage, ta belle lingerie ou tes saggy boobs en liberté sous ton t-shirt, ta façon d’être belle doit respirer le bonheur d’être une femme. J’ai trois enfants, mais c’est en voyant mon unique fille me regarder de tous ses yeux dans sa poussette que je me suis dit, il y a quelques années « Plus jamais je n’oublierai de mettre des boucles d’oreille » ! Nous sommes des modèles, cela justifie tous les efforts.

 

Exprime ton amour : complimente-la, encourage-la, dis-lui « Je t’aime »

La plupart des personnes sujettes aux complexes, doutant leur valeur, ou encore souffrant d’insécurité affective ont manqué de l’expression claire de l’amour parental. Cet amour a pu être intense mais voilé sous la pudeur  d’un parent à qui on n’a pas appris à verbaliser ses sentiments et qui peine à dire à son enfant tout l’émerveillement et la fierté qu’il lui cause. Quand celui-ci fait une bêtise, en revanche, il est beaucoup plus facile de le lui faire remarquer ! Le résultat est un discours positif implicite, et un discours négatif explicite… et donc un bilan qui semble uniquement critique aux oreilles d’un enfant. Tu ne fais sans doute pas partie de ces parents mal à l’aise avec la valorisation mais tu en as peut être eu quand tu étais enfant. Quoiqu’il en soit, garde à l’esprit qu’un enfant ne perçoit pas toujours les sous-entendus. Ne laisse pas ta fille douter un seul jour de sa beauté, de son intelligence, de sa force, ni de ton amour.

 Transmets tes gestes et ton expérience 

Tu es La Femme d’Influence N°1 de ta fille. Tu l’inspires et tu peux lui apprendre beaucoup, en particulier dans les gestes et l’expérience de ton « savoir être femme ». Laisse-la tituber dans tes escarpins, donne lui toute sa place dans les moments où tu voudrais te maquiller tranquillement et où elle trouve des prétextes pour discuter avec toi. En réalité, elle vient regarder tes rituels et te confier ses secrets afin de recueillir tes conseils. Profites-en pour lui montrer le vrai sens des soins à qu’elle apportera plus tard à son corps : non pas dissimuler les défauts, mais donner tu temps et de la douceur à son corps pour commencer sa journée. On a toutes en tête l’odeur d’un rouge à lèvres, de la laque ou de la crème d’une grand-mère, d’une mère, d’une institutrice qui nous on donné envie de grandir pour disposer des mêmes trésors.

Tu as également un savoir à lui transmettre : celui de l’expérience que tu as acquise dans la douleur et que tu peux lui transmettre pour la rendre plus résiliente face aux moments qui la feront douter d’elle-même. N’hésite pas à commenter ses anecdotes d’école : les critiques qui viennent des jalouses, la relativité des canons de beauté, les notions de grâce, de charme, de charisme, ainsi que le pouvoir de la différence assumée.

Les Post Bad Instagram – Leur Impact Inquiétant Sur L’Estime de Soi Et Comment Ne Plus En Être Victime

Sur Instagram, « perfection » serait le maître-mot. On y fait le culte de l’apparence et du paraître, en exhibant fièrement son corps en maillot de bain, ses possessions, ses voyages. Et ce, à l’instar des Post bad : ces femmes qui postent régulièrement des photos d’elles-mêmes et dans lesquelles leur visage, leur corps, leur plastique en général apparaissent comme « parfaits ».

C’est de cette façon que le réseau social est devenu toxique pour beaucoup de monde. Plutôt que de nous aider à nous aimer, ces photos “parfaites” semblent au contraire nous rappeler ô combien nous sommes loin de correspondre à l’idéal de beauté. Entre mal-être, complexe, comparaison et mauvaise estime de soi, tu verras aussi à quel point Instagram est souvent le royaume du faux et de l’artificiel

 

 

Des femmes qui se ressemblent de plus en plus

 

 

À l’inverse de ce que présupposent les réseaux sociaux, il est loin d’exister un seul standard de beauté. Pourtant, tu l’auras sans doute déjà constater par toi-même, de plus en plus de femmes tendant à se ressembler… Mais quel est l’objectif de tout ça ? Est-ce de former des clones ? Des copies conformes ? En réalité, cela n’a aucun sens. 

 

Aujourd’hui, les modes ne se résument plus aux vêtements ou au maquillage. Mais elles contaminent désormais la médecine esthétique et la chirurgie. Lèvres pulpeuses, taille fine, ventre plat, hanches développés, fesses charnues et maquillage on fleek

Des corps artificialisés

L’ « avènement » des Post bad d’Instagram a aussi eu, on peut le dire, des conséquences dramatiques. Ces corps nouveaux et « artificialisés » sont-ils réellement un progrès ? Pour certains corps, c’est à se demander s’ils sont toujours d’apparence humaine, car tellement disproportionnés.

La vérité est que nous sommes belles dans notre unicité propre. Personne n’a envie de ressembler à tout le monde. Alors quel serait l’intérêt de nous ressembler toutes en tout point ? En prenant soin de soi, il s’agit de devenir la meilleure version de soi-même, mais de soi-même, pas de quelqu’un d’autre. Il est inutile de se tourmenter, de se rendre malheureuse à vouloir atteindre des idéaux de beauté qui n’existent même pas dans la vraie vie, et retouchés qui plus est. En agissant de la sorte, on s’épuise, car l’entreprise est tout simplement vouée à l’échec…

 

 

Le royaume du superficiel

 

amrezy

 

Ce que l’on pourrait déplorer d’Instagram et plus précisément des Post bad, c’est la superficialité, le matérialisme poussé à son paroxysme, le faux… Loin de nous pousser à s’élever, c’est en réalité le vide intellectuel qui règne là-dedans, le néant. C’est l’image qui remplace la pensée. On y glorifie l’apparence physique, l’argent. Rien que cela. C’est sacraliser le corps, au lieu de sacraliser l’âme.

 

 

L’apparence physique n’est pas un critère de réussite

 

amrezy

 

Personne ne réussit parce qu’il est beau ou belle. Il n’y a en réalité aucun mérite là-dedans. Pourtant, force est de constater que nous avons tendance à admirer des gens pour leur seule apparence physique. Mais ne devrions-nous pas plutôt admirer les grandes figures de l’humanité ?

Enfin, n’oublions pas que la beauté est éphémère. Elle est périssable. C’est pourquoi elle ne peut et ne doit pas être le centre de toutes nos préoccupations, elle n’est qu’une façade. Personne n’a envie d’être une coquille vide. Certes, si l’apparence demeure très importante, là ne doit pas être ton ultime but. Le physique, aussi précieux qu’il soit, n’est jamais une fin en soi.