Il N’y a Pas de Concurrence Parce Que Personne Ne Peut Être Toi

« Puisque vous ne ressemblez à aucun autre être créé depuis le commencement des temps, vous êtes incomparables. »

Brenda Ueland,  Julia Cameron, The Artist’s way

_

Se comparer à autrui est une manière sûre de générer stress et mal-être. C’est entrer dans une sorte de compétition que l’on ne gagnera jamais. C’est destructeur et illogique, la première raison étant que nous n’avons jamais le même vécu.

Se comparer en permanence à autrui est épuisant. C’est nourrir un manque, une éternelle insatisfaction, c’est se maintenir dans la frustration et la tristesse.  L’idée est de s’affranchir le plus possible de ce mécanisme. Car nous savons que plus l’estime de soi est élevée et plus l’on se satisfait de qui l’on est, moins on se compare aux autres.

_

TU ES UNIQUE.

« Vous n’êtes pas « inférieur ». Vous n’êtes pas « supérieur ». Vous êtes tout simplement « Vous ». « Vous » en tant que personne n’êtes pas en concurrence avec une autre personne tout simplement parce qu’il n’y a pas une autre personne sur la face de cette terre comme vous.Vous êtes un cas particulier.
Vous êtes unique.Vous n’êtes pas « comme » une autre personne.
Vous n’êtes pas « censé » être comme toute autre personne et personne n’est « censé » être comme vous. »
Maxwell Maltz

_

Dans un monde et une société qui tendent de plus en plus à s’uniformiser, il est important de rappeler notre singularité. Comme le disait si bien Coco Chanel, pour être irremplaçable, ne faut-il pas être différente ? Notre meilleur atout, au-delà de notre intelligence et de notre physique, n’est-il pas finalement notre unicité, ce qui nous rend spéciales et différentes ? Et si nos plus grandes différences étaient en réalité nos plus grands atouts ? Ce sont elles qui te donnent ta couleur unique. Il est temps de les reconnaître et de les apprécier. 

_

TU N’AS DE CONCURRENCE QU’AVEC TOI-MÊME.

L’homme est un être initialement inachevé. Destiné à réaliser son achèvement par lui-même, l’homme est en constante évolution. Pour mettre en évidence cette évolution, tu ne peux te comparer qu’à toi-même. Tu es ta seule référente. Demande-toi toujours si tu progresses dans ta forme physique, ou dans ta vie professionnelle, amoureuse et familiale, ou sur le plan moral et spirituel. Ce type de question est un excellent moyen de s’évaluer et d’aller de l’avant. 

NE PLUS ÊTRE EN CONCURRENCE AVEC QUICONQUE,

POUR VIVRE EN HARMONIE AVEC LES AUTRES.

_

Notre plus grande source de stress n’est-elle pas les autres ?

Elles sont l’une des plus grandes sources de stress, nos relations avec autrui. C’est pourquoi il est si important de « lisser » ses rapports avec autrui, « de les rendre aussi harmonieux et sereins que possible ».

La comparaison ascendante consiste à se comparer à quelqu’un que l’on estime ou juge être supérieure à soi, que ce soit sur le plan physique, matériel ou encore intellectuel. On pourrait penser de prime abord que ce type de comparaison permet de se motiver à progresser, et de tendre vers un objectif en s’identifiant à un modèle supérieur et positif. Pourtant, c’est davantage l’effet inverse que l’on provoque. On se dévalorise, car s’estimant en retard. L’estime de soi se fragilise. La comparaison entretient également une forme de dépendance : nous avons besoin d’autrui pour s’évaluer, on estime sa propre valeur qu’au travers lui.

_

La comparaison, une perception erronée de la réalité. 

En effet, lorsque l’on se compare à quelqu’un, on a tendance à ne considérer qu’un seul aspect de sa personne, et non son entièreté. Pourtant, la considérer en totalité pourrait grandement changer la perception que l’on a d’elle. La comparaison ne doit pas déboucher sur l’envie, la jalousie ou une diminution de soi. Mais elle doit au contraire servir à inspirer. De manière générale, il est bon de se détacher de toute forme de comparaison, si ce n’est avec soi-même. Il s’agit de se suffire à soi-même pour enfin se sentir bien.

Toute Femme Puissante Devrait Connaître Ses Chakras — Les 7 Principaux Centres Énergétiques de Notre Corps

Les Chakras sont les 7 principaux centres énergétiques de ton corps. Cette notion qui nous vient de la médecine ayurvédique, vieille de 5000 ans, est aujourd’hui utilisée dans de nombreux domaines de la médecine ou du développement personnel : acupuncture, soins énergétiques, méditation…

Quand l’énergie circule bien dans tes chakras, ta santé est parfaite, ton énergie à son comble, ton équilibre émotionnel assuré, et ton aura est puissante.

Voilà pourquoi une Femme d’Influence doit connaître et ouvrir ses chakras.

Qu’est-ce que c’est ?

On ne peut ni toucher ni voir les chakras, mais on peut les sentir en pratiquant la méditation. Le mot chakra signifie « roue » en sanskrit, des pôles énergétiques à travers

lesquels le souffle vital circulerait, selon un trajet aligné sur la colonne vertébrale. La médecine traditionnelle indienne part du principe qu’un mal-être, une émotion forte, des problèmes anciens mal résolus, le stress ou une mauvaise hygiène de vie pourrait les dérégler, les « fermer ». Dans ces cas, l’énergie ne circule plus correctement dans ton corps, et cela engendre des troubles aussi bien physiques qu’émotionnels. Les 7 principaux se trouvent au sommet de la tête, sur le front, sur la gorge, au centre de la poitrine, du ventre, du bassin, et à la base du périnée.

Comment soigner tes chakras ?

De nombreuses pratiques thérapeutiques sollicitent les chakras, les vérifient, et peuvent rétablir la circulation de l’énergie à travers eux : soins énergétiques, acupuncture, certaines approches de l’ostéopathie, massages shiatsu…

Avant même d’y avoir recours, et dans une pratique quotidienne, tu peux prévenir leurs troubles, les repérer, et même souvent y remédier par le simple fait de les visualiser et de les sentir dans une pratique de méditation. Les énumérer et en prendre pleinement conscience peut d’ailleurs être une excellente manière de commencer un exercice spirituel de méditation, de prière ou même simplement de relaxation et de réflexion.

Connaître et sentir tes chakras une façon de te reconnecter à toi et d’être à l’écoute de tes émotions et de leur retentissement dans ton corps, afin de pouvoir mieux prendre soin de toi.

Réflexion

Tu peux commencer par une phase de réflexion : tu vas faire ton autodiagnostic, en lisant cette liste des chakras, les aptitudes que tu développes s’ils sont ouverts, et les troubles physiques et émotionnels qui résultent de leur fermeture. Selon ce qui fait écho en toi, tu sauras sur lesquels te concentrer pendant ta méditation.

  • Chakra racine :

Situé à la base du ton périnée, juste en dessous de ton vagin.

Ouvert : confiance en soi, courage, stabilité, lien à la famille, sentiment de sécurité

Fermé : égoïsme, dépression, manque d’assurance, anémie, problèmes circulatoires

  • Chakra sacré :

Situé en dessous de ton ventre, entre les os de tes hanches.

Ouvert : dynamisme, créativité, sexualité épanouie, douceur, indépendance affective

Fermé : jalousie, colère, sentiment frustrant d’impuissance, problèmes génitaux ou rénaux, troubles alimentaires

  • Chakra du plexus solaire :

Situé deux doigts au-dessus de ton nombril.

Ouvert : spontanéité, force intérieure, pouvoir, équilibre

Fermé : honte, manque de respect de soi, arrogance, colère, troubles digestifs

  • Chakra du cœur :

Situé au centre de ta poitrine, entre tes seins.

Ouvert : harmonie, capacité à donner et recevoir de l’amour, empathie, respect

Fermé : distance, froideur, tensions, douleurs dorsales, troubles cardiaques

  • Chakra de la gorge :

Situé au niveau du cou.

Ouvert : facilité à communiquer, écoute, positivité, vérité

Fermé : inhibition, mensonges, difficulté à s’exprimer, négativité, problèmes de gorge, de dents, d’audition

  • Chakra du troisième œil :

Situé au-dessus de ton nez, entre tes sourcils

Ouvert : intuition , sagesse, imagination, clarté, confiance en la vie

Fermé : doute, illusion, difficulté à visualiser ses projets, manque de mémoire et de concentration, maux de tête, troubles oculaires

  • Chakra couronne :

Situé au sommet de ta tête

Ouvert : spiritualité, connexion avec le divin, pleine conscience

Fermé : Dépression, difficulté à décider et à se lancer, attachement aux futilités, maux de tête, déficiences immunitaires

Visualisation

Tu vas à présent pouvoir visualiser chaque chakra, l’un après l’autre, en ne pensant qu’à cette méditation.

Il faut imaginer sa situation sur ton corps, comme une source de lumière, de chaleur et d’énergie, en t’aidant de sa couleur (chaque chakra a une couleur). Pendant que tu essaies d’en prendre conscience, jusqu’à le sentir irradier son énergie autour de lui (tu vas très rapidement sentir que certains sont immédiatement perceptibles, bien ouverts, tandis que d’autres sont comme « éteints », et demandent qu’on s’y attarde), tu vas penser à des phrases d’autosuggestion qui correspondent à son fonctionnement parfait.

Tu peux aller du haut vers le bas, ou du bas vers le haut, avant de visualiser et ressentir l’énergie qui arrive d’au-delà de toi, par ton chakra couronne, jusqu’à ton chakra racine.

Voici mes phrases, tu peux évidemment composer les tiennes (il faut que ça TE parle) en reprenant les mêmes thèmes:

  • Je suis

Une puissante lumière rouge rayonne réchauffe la base de mon corps à chaque respiration.

Je suis vivante et forte parce que je suis enracinée, connectée à la terre. A chaque respiration, je sens l’énergie circuler dans mes racines, en partant de mon chakra et le long de mes jambes, jusqu’au sol. Je suis solide et stable, je me sens en sécurité. J’ai confiance en ma force. Je remercie la vie qui parcourt mes racines et je donne de l’amour à mon corps. Je contemple sa beauté, je respecte son fonctionnement et je fais confiance à sa sagesse.

  • Je sens

Une puissante lumière orange rayonne réchauffe mon bassin à chaque respiration.

Je suis puissante, créative, vivante. Je sens l’énergie illimitée et sereine qui émane de mon utérus : je peux porter, aimer, faire grandir et mettre au monde des êtres ou des idées. Je libère ma capacité à créer et ma connexion sensorielle au monde. Je ressens et je manifeste de la douceur. Je me sens complète et de prends soin de moi et des autres. Je laisse ma féminité éclore et ma sensualité se déploie.

  • Je peux

Une puissante lumière jaune rayonne réchauffe mon ventre à chaque respiration.

Je puis puissante et centrée. Mon pouvoir est naturel et sa force vient de ma bienveillance. Je mets mon énergie au service des autres, et je suis le canal à travers lequel circulent librement les flots puissants de l’énergie de l’univers. Je sais être l’instrument serein et intentionnel de la volonté de l’univers.

  • J’aime

Une puissante lumière verte rayonne réchauffe mon cœur, mes seins et mes poumons à chaque respiration.

Je ressens de l’amour envers ceux qui m’entourent, et je sens l’amour qu’ils ont pour moi. En puisant dans cette énergie, je sais que je peux étendre cet amour à tous ceux que je rencontre. Quand j’expire, je vois cette lumière verte s’étendre de mon cœur à l’humanité entière. Elle englobe tous les êtres. C’est facile, car je suis un véhicule par lequel circule l’amour de Dieu pour le monde. Je n’ai qu’à me laisser aller pour sentir le courant de cette énergie qui porte mes décisions et guide mes actes, pour que chacun de mes gestes et chacune de mes paroles soit un don d’amour, et que je perçoive chaque geste et chaque parole d’autrui comme une manifestation de l’amour ou une demande d’amour, à laquelle je sais répondre.

  • Je parle

Une puissante lumière bleue rayonne réchauffe ma gorge à chaque respiration.

Je parle et je m’exprime avec facilité parce que ma parole est porteuse de vérité. Je parle et j’écris sans frein ni excès, je sais ce que j’ai à dire et comment le dire. Ma parole est un instrument miraculeux de connexion avec les autres, et le véhicule de mes émotions et de mes pensées.

  • Je vois

Une puissante lumière indigo rayonne réchauffe mon front à chaque respiration.

Je vois clairement ce qui est visible comme ce qui est invisible pour les yeux. Je perçois la signification profonde des apparences, et je visualise ce qui sera. Mon imagination est fertile et je sais l’utiliser pour être créative dans mon réel. J’ai une intuition puissante et je sais parfaitement l’écouter et la suivre. J’ai confiance en ma clairvoyance, elle est un guide sûr.

  • Je comprends

Une puissante lumière violette rayonne réchauffe le sommet de mon crâne à chaque respiration.

Je suis connectée avec Dieu et avec l’univers. Je ressens ce lien avec un niveau supérieur d’énergie. Me connecter avec l’univers me permet de me connecter à moi-même. Je suis en pleine conscience. Ma foi est ma couronne, car c’est d’elle que me vient ma puissance.

Mon chakra couronne est une porte d’entrée pour l’énergie divine. Je ressens un flot d’énergie et de lumière blanche venant d’en haut : il entre en moi par le sommet de ma tête et irrigue mon corps jusqu’aux racines qui parcourent mes jambes et me relient à la terre. Cette énergie parcourt la ligne rayonnante de mes chakras comme une rivière puissante dont rien ne vient entraver le courant. Tous mes chakras rayonnent en se nourrissant de ce flux et leurs lumières confondues émanent de moi en une aura puissante et attirante.

Il Est Temps d’Avoir Confiance en Soi Physiquement — 7 Conseils Pour Assumer et Apprécier son Image

Vivre dans un corps qui nous fait souffrir nous empêche d’être libre et de pouvoir connaître la tranquillité de l’âme et de l’esprit. Cela a un impact direct sur notre confiance en soi.

C’est en cessant de se dévaloriser physiquement, d’émettre sur soi des jugements constants, en s’acceptant et en s’aimant véritablement, que l’on parvient à avoir réellement confiance en soi.

Comment y parvenir ? En changeant de regard sur soi. 

Notre apparence physique est avant tout un héritage que l’on ne choisit pas. Même si on parvient à le modifier grâce au maquillage, aux vêtements, à l’alimentation et au sport ou plus radicalement par la chirurgie esthétique, les complexes et autres insécurités corporelles peuvent persister.

Se forger une véritable confiance en soi n’est pas une tâche facile. Cela requiert du temps et un profond travail à effectuer sur soi-même, fait d’acceptation et de bienveillance. 

Propos préliminaires : mais finalement, qu’est-ce que la beauté ? 

« Comme il est vrai que la beauté réside dans le regard de celui qui la contemple. »

Charlotte Brontë

Ce qui fait qu’une chose est belle, c’est précisément parce qu’elle « suscite un plaisir esthétique d’ordre visuel ou auditif, un sentiment admiratif par sa supériorité intellectuelle, morale ou physique ». Les plaisirs et les goûts ont cela de commun qu’il varient d’un individu à un autre. On comprend dès lors que la beauté est subjective. Si bien qu’il ne saurait exister un seul canon de beauté, mais une infinité.

Il est donc temps de relativiser : on peut être belle sans pour autant ressembler à quelqu’un ni répondre aux critères de beauté qu’impose une société. 

 

1. Purifie ton esprit.

 

« Le langage que nous utilisons pour nous référer à nous-même est d’une importance énorme. Le système corps-esprit s’organise autour d’expériences verbales, et les blessures verbales peuvent laisser des séquelles plus graves que des traumatismes corporels. Nous nous créons littéralement par le vocabulaire. Les mots sont plus que des symboles. Ils déclenchent des réactions biologiques. Certains mots sont porteurs de préjudices. »

Deepak Chopra, Ageless Body, Timeless Mind

JLUXLABEL

La négativité de nos pensées nous fait du mal. On pollue souvent notre esprit par des pensées négatives, agitées, de crainte et de doute. 

Alors on prend la décision une bonne fois pour toutes de cesser de se maltraiter, de se dévaloriser, de se juger. Traite-toi au moins comme tu traiterais une amie, c’est-à-dire avec amour et bienveillance.  Il est important de s’estimer à sa juste valeur. Souviens-toi que la confiance en soi est avant tout un état d’esprit : nous sommes ce que nous pensons.  

 

2. Prends le recul nécessaire et relativise tes défauts physiques. 

« Un seul jour vaut plus à lui seul qu’une montagne d’or. Si vous haïssez la mort, il faut aimer la vie. »

Urabe Kenko

Souviens-toi de toujours te demander : « Qu’est-ce qui est le plus important ? ».

Deux options s’offrent à toi : pleurer pour ce qui te fait défaut, ou au contraire te réjouir de ta beauté et du cadeau qu’est la vie. 

En restant focalisé sur un problème, un complexe, un défaut, on contribue sans le savoir à le maintenir vivant. À chaque fois tu te focalises sur un complexe, tu lui donnes davantage d’importance et d’emprise. Cela vaut pour n’importe quel autre type problème. La meilleure façon de le résoudre est de l’oublier, plutôt que de se focaliser activement sur lui.

 

3. Sache reconnaître tes atouts.

JLUXLABEL

Lorsque l’on s’obstine à penser à nos défauts, nos complexes, ou aux problèmes de manière générale, on oublie nos potentialités et les merveilles de la vie. On s’empêche d’aller de l’avant, en s’attardant seulement sur ce qui nous fait défaut, sur l’injustice, notre tristesse et notre frustration.

 Pour contrer cette tendance naturelle à percevoir le négatif plus grand qu’il ne l’est réellement, décide de reconnaître et d’apprécier ce qu’il y a de meilleur et de plus beau en toi. Cela passe aussi par reconnaître ses atouts physiques, et tu en possèdes forcément. Il peut s’agir d’un regard, d’un sourire, de tes mains, d’une silhouette ou encore d’une chevelure. Efforce-toi de les mettre en valeur autant que possible.

 

4. Prends soin de ton corps. 

« Qui ne s’est pas fait beau soi-même n’a pas le droit d’approcher la beauté. »

Kakuzo Okakura

Personne n’apprécie voir une maison mal entretenue. Il en va de même pour un individu. Vivre dans la décence implique de passer par le soin du corps. Prendre soin de soi et de son corps rend immédiatement plus heureuse. On se sent mieux, on se sent plus belle. 

 

 

5. Trouve ton style. 

JLUXLABEL

« On dit qu’une femme s’habille pour son entourage, les hommes, les copines. En fait, c’est pour soi qu’on s’habille. De manière à se trouver bien et prendre une attitude de conquête qui donne effectivement l’impression d’être en forme. »

Françoise Sagan, écrivaine

Es-tu certaine de porter ce qui te met réellement en valeur ? Les vêtements peuvent être des amis ou au contraire de vrais ennemis : de la même façon qu’ils ont le pouvoir de te mettre en valeur, ils peuvent aussi fausser ton image.  C’est pourquoi il est si important de trouver ton propre style, celui qui te convient, qui te ressemble et qui te met en valeur. Certains pensent à tort que le style relève de la futilité, de la superficialité. Rien n’est plus faux. Des vêtements dans lesquels on se sent bien ont le pouvoir de renforcer la confiance en soi.

« Quand une femme se sent parfaitement bien habillée, elle peut oublier cet aspect d’elle-même. C’est ce qu’on appelle le charme. Et plus vous parvenez à vous oublier, plus vous avez de charme » écrit Fitzgerald dans Tendre est la nuit. Les vêtements ont cette capacité de changer notre comportement. Une femme qui se sait bien habillée trouve une sorte de paix intérieure. Sa mouvance est plus fluide, plus confiante. 

 

6. Cesse de te comparer à autrui. 

Se comparer à autrui n’a rien de bénéfique. Vaine et stérile, cette comparaison est une source de stress et d’inquiétude. En réalité, tu es la seule personne avec laquelle tu peux te comparer. Examiner la personne que tu étais à celle que tu es désormais te permettra au contraire de mettre en évidence ton évolution et de t’en féliciter.

 

7. Sois bien entourée. 

Tant que l’on ne s’affranchit pas de son regard, autrui peut considérablement modifier la perception que l’on a de nous. Tous ne sont pas bienveillants ; certaines remarques peuvent profondément blesser et renforcer notre insécurité. Romps avec ces relations toxiques et stériles. Certaines fréquentations peuvent parfois nous empêcher d’évoluer. Romps avec les relations qui ne te sont d’aucun soutien.

Ce n’est pas l’argent, ni les classes sociales, ni la couleur de peau qui divisent les êtres entre eux, mais c’est davantage les croyances, les aspirations, les ambitions divergentes.

Seule l’acceptation de soi te libèrera du regard et des opinions des autres. C’est un chemin long, fait de phases douloureuses, mais on ne peut plus bénéfiques.