5 Clés Qui Vont Changer à Jamais ta Façon de Chercher L’amour

Les clés que je te propose ici sont tirées d’un livre dont Oprah Winfrey a déclaré que c’était le plus inspirant qu’elle ait jamais lu, et dont Nelson Mandela a cité un passage lors de son discours d’investiture à la présidence : Un retour à l’amour, de Marianne Williamson, une auteur, conférencière et femme engagée parmi les plus éclairées de notre époque.

Ses idées sur l’amour sont à la fois simples et révolutionnaires, et elles vont changer à jamais ta vision de la relation amoureuse.

Cet article est le premier d’une série de 4. Dans celui-ci, je vais te dire comment faire pour rencontrer l’âme sœur, selon Marianne Williamson. Dans les suivants, je donnerai les conseils de cette auteur pour reconnaître la relation qui te fera progresser, pour cultiver l’amour et l’harmonie dans ton couple, puis comment utiliser l’amour comme une force pour réussir dans tous les domaines de ta vie. 

Cesse d’avoir peur de ne pas trouver l’amour

Lorsque nous n’avons pas encore trouvé l’homme de notre vie, nous le cherchons, et nous avons hâte de le rencontrer, c’est plutôt logique. Marianne Williamson nous dit que ce n’est pas la bonne façon de procéder. Tu ne dois pas chercher l’amour. Tu dois comprendre ce qui t’empêche de le rencontrer.

« Notre tâche n’est pas de rechercher l’amour, mais de rechercher toutes les barrières que nous dressons contre sa venue. » Marianne Williamson.

Si tu ne trouves pas l’amour maintenant, c’est que ta quête est basée sur des peurs conscientes ou inconscientes :

  • peur d’être seule,
  • peur de tomber sur un homme qui te fera souffrir,
  • peur du tic tac de l’horloge biologique,
  • peur de ne pas être suffisamment attirante, etc.

Tu dois travailler à déconstruire chacune de ces peurs si tu veux être en mesure d’accueillir une belle rencontre dans ta vie, car la peur attire paradoxalement ce qu’on redoute. Tes pensées sont entendues par l’univers, qu’elles soient des souhaits ou des peurs : quand tu penses « Pourvu que je ne rencontre pas un manipulateur », ou « J’ai peur de tomber sur quelqu’un qui va me tromper », ou encore « J’ai peur de rencontrer l’homme de ma vie quand il sera trop tard pour concevoir un enfant », sache que ton inconscient ne comprend pas la négation. Ce qui se grave dans ton esprit est donc : « je vais tomber sur un manipulateur », « Il va me tromper », « je ne pourrai plus concevoir d’enfant ». Formuler ce genre de pensées, c’est comme prier pour qu’arrive ce que tu redoutes, élever les barrières de tes peurs contre les belles choses qui doivent survenir dans ta vie.

Tu ne dois pas chercher l’amour, mais te préparer à ce qu’il arrive

Au lieu de simplement attendre l’homme de ta vie, tu dois travailler à être la femme que va rencontrer l’homme de ta vie : une femme extraordinaire, épanouie, profonde, apaisée, ayant envie et non pas besoin d’être en couple attirera le même genre d’homme qu’elle.

« J’ai passé des années à attendre qu’un homme « fasse de moi une vraie femme ». Du jour où j’ai réalisé que mon énergie féminine n’était pas un cadeau que pouvait me faire un homme, mais plutôt un cadeau que je me faisais à moi et que je lui faisais à lui, les hommes autour de moi ont commencé à manifester plus de cette énergie masculine à laquelle j’aspirais. » Marianne Williamson.

L’homme exceptionnel que tu souhaites dans ta vie mérite une femme à sa hauteur, et c’est ce que tu vas lui offrir : tu es déjà une femme géniale, mais une grande partie de ton potentiel ne s’est pas encore déployé. Tu vas travailler à devenir tout ce tu peux être, sans attendre que l’amour fasse éclore toutes tes capacités latentes. Tu dois te préparer à ce que l’amour arrive en cultivant la femme que tu es, en développant tes ambitions, en t’élevant spirituellement, et progressant psychologiquement.

Bien sûr, le couple que tu formeras avec l’homme que tu attends va te faire progresser, te donner encore plus de motivation et de confiance en toi pour atteindre tes objectifs. Mais tu dois déjà avoir posé les bases de la plénitude et du succès avant de le rencontrer.

« Nous n’avons pas besoin de rappeler à Dieu que nous aimerions des relations merveilleuses. Il le sait déjà. La prière la plus éclairée n’est pas « Mon Dieu, envoie-moi quelqu’un de merveilleux », mais « Mon Dieu, aide-moi à me rendre compte que je suis quelqu’un de merveilleux ». Dans le temps, je priais pour qu’un homme merveilleux se présente et m’enlève mon désespoir. Au bout du compte, je me suis dit : « Pourquoi ne pas essayer de t’en occuper toi-même avant qu’il ne se présente ? » Il m’est impossible de n’imaginer aucun homme qui dise à un de ses amis : « Mon vieux, hier soir, j’ai rencontré une femme désespérée fabuleuse ! » Marianne Williamson.

Oublie ton idéal masculin

On a toutes en tête un idéal masculin, un portait de notre prince charmant. Tel type physique nous plaît, tels standards psychiques et comportementaux nous séduisent, tel style de vie irait bien avec le nôtre… Bref, nous avons toutes une liste que nous pourrions envoyer au père Noël pour qu’il nous fabrique l’homme de nos rêves, même si nous savons aussi que celui qui nous fera chavirer ne correspondra pas forcément à toutes ces attentes. Est-ce à dire que tu devrais revoir tes attentes à la baisse ? Pas du tout ! Bien au contraire. Tu dois partir du principe que tu auras encore mieux que ce que tu veux avoir. Tes attentes, quelles qu’elles soient, limitent en réalité ce que tu peux recevoir. Tu dois travailler les oublier, afin de garder l’esprit suffisamment ouvert pour faire une rencontre qui va déjouer tes attentes en les dépassant. Il faut que tu centres tes prières sur toi-même et sur tes objectifs : tu vas souhaiter non pas de rencontrer l’homme idéal, mais d’être la femme que tu dois être pour le rencontrer, et de savoir le reconnaître quand il se présentera dans ta vie. Marianne Williamson souligne que nous attendons une rencontre simplement magique, et que cela nous empêche de faire une rencontre véritablement miraculeuse.

« La magie, c’est centrer son esprit sur un effet qu’on désire. Nous donnons notre liste d’épicerie à Dieu et nous lui disons ce que nous voulons qu’il fasse pour nous. Les miracles, c’est quand nous demandons à Dieu ce que nous pouvons faire pour lui. […] Un autre problème à se fixer des objectifs c’est qu’ils peuvent être limitatifs. Peut-être demandons-nous quelque chose de simplement bien alors que la volonté de Dieu était de nos donner quelque chose d’extraordinaire. Regarder au-dessus de l’épaule de Dieu ne fait qu’interférer avec sa capacité à nous rendre heureux. Une fois que nous comprenons que la volonté de Dieu est que nous soyons heureux, nous n’éprouvons plus le besoin de lui demander autre chose que sa volonté soit faite. » Marianne Williamson.

L’amour est l’union de deux êtres qui n’ont pas besoin l’un de l’autre

On pense souvent que notre homme va nous « compléter », et apporter dans notre vie ce qu’il nous manque.

Abandonne cette façon de penser. Tu dois être une personne complète si tu veux rencontrer un homme complet. L’amour n’est pas l’union de deux moitiés pour former un tout, contrairement à ce que nous suggèrent les idées reçues, mais la rencontre de deux personnes complètes, qui ne vont pas dépendre l’une de l’autre, mais s’aimer… ce qui est très différent. Tu ne dois pas avoir besoin d’un homme, mais le désirer dans ta vie. Quand tu auras la vie de tes rêves, quand tu seras pleinement une personne avec laquelle tu aimes être, tu pourras trouver quelqu’un avec qui partager tout ce bonheur. Cette situation de plénitude personnelle te mettra à l’abri de toute situation de dépendance affective et te rendra plus exigeante sur l’homme que tu laisseras entrer dans ta vie.

« Une relation n’a pas pour objet de permettre à deux personnes émotivement infirmes de s’unir physiquement. L’objectif d’une relation n’est pas de permettre à deux êtres incomplets de devenir un, mais de permettre à deux êtres complets de s’unir. » Marianne Williamson.

Une relation unissant deux personnes incomplètes est fondée sur la dépendance à ce que l’autre a et que je n’ai pas, dont j’ai besoin. Je veux prendre de sont j’ai besoin.

« Chacun pense que l’autre a ce qu’il n’a pas. Ils se rejoignent, chacun pour se compléter et voler l’autre. Ils resteront jusqu’au moment où ils pensent qu’il ne reste rien à voler, puis ils poursuivront leur chemin.” Marianne Williamson.

Au contraire, une relation unissant deux personnes complètes est fondée sur le don et le partage.

« Chacun a regardé en soi et n’y a vu aucune lacune. Il accepte sa complétude et voudrait l’entendre en l’unissant avec un autre qui est entier comme lui. » Marianne Williamson.

 Chaque rencontre a un but et fait partie d’un plan pour toi

Avant de rencontrer ton homme, tu rencontres des hommes : menteurs, immatures, volages, insignifiants, ou simplement pleins de qualités, mais pas faits pour toi. Cette quête peut être parfois décourageante, sauf si tu gardes à l’esprit que la vraie vie ne commence pas quand tu rencontres le grand amour. Chaque rencontre inaboutie, décevante, ou même douloureuse n’est pas une perte de temps. Au contraire, elle fait partie d’un plan pour te faire progresser et te préparer à la rencontre de l’homme de ta vie. En effet, selon Marianne Williamson, « l’univers est intentionnel », c’est-à-dire que tout, y compris toutes tes rencontres et toutes tes épreuves, tout a un but bien défini : te faire devenir toi-même, mettre en valeur tes buts et te faire travailler sur ce qui est encore fragile en toi. Tu en doutes ? Si des cellules qui se divisent parviennent à former un embryon sans que nous ayons à intervenir, si une graine contient toute la programmation de l’arbre qu’elle va devenir, pourquoi te semble-t-il difficile de croire qu’un chagrin d’amour est une étape du processus prévu pour te faire éclore, et devenir une femme sûre de ses valeurs et de ses forces, et surtout plus expérimentée pour reconnaître l’amour quand il va se présenter ?

« Chercher le partenaire parfait conduit au désespoir parce qu’il n’existe pas de partenaire parfait. Il n’existe pas de partenaire parfait parce qu’il n’existe pas de partenaire imparfait. Il y a la personne que l’on a devant soi, et les parfaites leçons qu’on peut en apprendre. Si votre coeur désire un partenaire intime, il peut arriver que le Saint-Esprit ne vous envoie pas celui qui serait, pour vous, le partenaire suprême, mais quelque chose de mieux : quelqu’un qui vous donne l’occasion de travailler les endroits en vous-mêmes qui ont besoin de guérir avant que vous ne soyez prêts à l’intimité la plus profonde. » Marianne Williamson.

A présent tu sais comment te placer dans les meilleures dispositions pour faire la rencontre que tu attends et pour accueillir l’amour dans ta vie.

Si tu veux lire Un retour à l’amour de Marianne Williamson, clique ici.

KM1-1

10 Conseils pour Maîtriser son Image Professionnelle

Lydia Emillen

 

Les entreprises sont de manière générale très soucieuses de l’image que renvoient leurs salariés. La qualité de ton image professionnelle a des répercussions positives sur toi, mais également sur l’entreprise. Valoriser son image professionnelle est essentiel pour renforcer sa confiance en soi dans un environnement professionnel, pour optimiser ses performances relationnelles et professionnelles.

– L’APPARENCE –

 

Lydia Elise Millen

Avoir une belle apparence, une belle prestance

On peut le déplorer, pourtant on juge naturellement et en premier lieu les gens à leur physique. Cette tendance à forger sur autrui une opinion basée sur le physique s’apparente à une forme de réflexe. Nous n’y pouvons rien. Compte tenu de cela, bien s’habiller semble nécessaire. L’habit peut être source de confiance en soi. Au travers de ta belle tenue, c’est d’abord celle-ci que les gens perçoivent. Nul besoin de dépenser des fortunes en vêtements. Mais il est bon de privilégier la qualité et des vêtements qui te vont. C’est encore au travers de ton habit que ta prestance se dégage, que ton pouvoir et ton grade sont communiqués.

 

S’habiller un cran au-dessus

Il est conseillé de s’habiller en fonction de l’emploi que l’on souhaite obtenir plutôt qu’en fonction de celui que l’on détient actuellement. De sorte que ton supérieur aura sans doute beaucoup plus de facilité à t’imaginer dans le poste pour lequel il souhaite te donner une promotion.

 

Soigner les détails 

Bien souvent, ce sont les détails qui jouent en notre défaveur : une tâche de café, un vêtement découpé, un trop-plein d’accessoire… Une tenue professionnelle s’accommode en général de très peu de bijoux. Et ceux-là sont choisis pour leur sobriété. Évite les bijoux trop clinquants et les symboles religieux.

 

Garder la tête haute

Le langage du corps est extrêmement puissant, au-delà de ce que l’on peut imaginer. C’est ton corps qui communique en premier lieu toutes sortes d’information, le plus souvent à ton insu. Et chose remarquable, ton interlocuteur en face, bien qu’inconsciemment, sera en mesure de décrypter ces signaux. C’est pourquoi la maîtrise de ton image professionnelle passe également par ton attitude corporelle. Il est important d’éviter les positions penchées, voûtées. A l’inverse, prends l’habitude de dégager tes épaules, de porter la tête haute, d’avoir le pas soutenu et le regard dirigé au loin. Même assise, il est toujours aussi important de soigner sa posture. Une personne avachie sur sa chaise communique bien des choses sur elle-même : nonchalance, manque d’énergie, manque d’intérêt… Par ailleurs, évite de croiser les bras devant ta poitrine : ce geste est généralement perçu comme un signe de fermeture, de défensive ou de retranchement.

 

– LA PAROLE –

 

Maîtriser l’art oratoire

Que ce soit en face à face, dans le monde professionnel, dans le milieu associatif ou encore dans les combats politiques, on est de plus en plus amené à s’exprimer en public. Ta capacité à t’exprimer avec aisance et assurance influencera considérablement la perception que les autres ont de toi. Il est donc utile de perfectionner cette habileté, de pratiquer l’art oratoire. Pléthore de formation existe à ce sujet. L’éloquence est un atout majeur, c’est une force de conviction et de persuasion, qui permet d’asseoir son influence.

La communication s’effectue au travers de trois dimensions : le verbal, le non-verbal et le paraverbal. Dimension moins connue de la communication, le paraverbal rassemble plusieurs caractéristiques de la voix parmi lesquels le ton, la hauteur de la voix, le débit, le rythme, la cadence et les silences.

Beaucoup de femmes ont un ton de voix très élevé, ce qui amène leur entourage à ne pas les prendre au sérieux. Une voix haute et aigüe trahit de l’énervement et de l’excitation alors qu’une voix basse et posée communique calme et assurance.

 

Utiliser un langage adéquat

De même qu’il existe des codes vestimentaires, un certain niveau de langage est attendu dans le milieu professionnel. Il est important de toujours rester respectueuse et courtoise. Dans les relations professionnelles, c’est le vouvoiement qui est de mise. Évite les jurons ou toute autre tournure trop familière pour t’adresser à autrui. Évite également les expressions vides de type « euuh » ou tout autres tics de langage qui meublent ta langue parlée. Ils sont la marque de notre hésitation ou embarras.

 

Rester simple

Utiliser des termes techniques ou savants n’est jamais vraiment efficace pour impressionner autrui. Mais c’est bien l’effet contraire que cela produit, tu passeras pour quelqu’un qui souhaite faire l’étalage de ses connaissances. Les formulations simples et efficaces, correctes et accessibles semblent être le meilleur moyen de communiquer et de se faire comprendre.

 

– LES BONNES MANIÈRES –  

Lydia Elise Millen

Être attentive

L’attention augmente la présence. Et la présence est indispensable au charisme. Sois attentive lors des réunions. Une personne qui n’est ni perçue comme attentive, ni comme présente, ne paraîtra jamais charismatique et loyale aux yeux de son interlocuteur. Être pleinement présente, donner à l’autre le sentiment qu’il est à ce moment précis ce qui compte le plus est un moyen de gagner de la présence et de paraître à ses yeux immédiatement charismatique.

 

« Prendre la situation en main »

Étonnamment, la poignée de main peut être révélatrice sur la personne qui se tient devant soi. Évite les poignées de mains trop molles, qui traduiront une faible confiance en soi. Une bonne poignée de mains est ferme, mais pas douloureuse. Vas-y fermement, mais prudemment.

 

Gentillesse & discrétion

Finalement, au-delà des compétences et de l’expertise, c’est bel et bien notre empathie qui reste dans la tête des gens. Prends le temps de saluer les gens au travail, qu’il s’agisse de collègues ou de supérieurs. Sois amicale sans toutefois être trop familière. De manière évidente, autrui préfèrera toujours collaborer avec quelqu’un qui lui est sympathique plutôt que quelqu’un d’antipathique. Par ailleurs, retiens que toute vérité n’est pas bonne à dire. Plus que de l’entacher, les messes basses et les médisances ne contribueront jamais à rehausser ton image.