Comment Être une Lady : Les Qualités de Cette Femme qui se Distingue par sa Classe et sa Bienséance

Mirtha Michelle

Lady désignait auparavant le titre de noblesse attribué aux femmes de Lord et de chevaliers. Ce terme qui nous vient du monde anglo-saxon, désigne désormais, et par extension, une femme se distinguant par sa classe et sa bienséance.

Mais qu’est-ce qu’être une Lady parmi les femmes ? C’est une femme admirable et raffinée, et qui n’est pas sans méconnaitre les règles du savoir-vivre et du bon usage. Se respectant elle-même, elle est en mesure de respecter autrui et parvient elle aussi à se faire respecter. Par ses qualités de finesse, d’élégance du corps et de l’esprit, la Lady est de nos jours érigée au statut de figure inspirante.

 

 

LA POLITESSE VAUT BEAUCOUP ET COÛTE PEU.

 

“La politesse coûte peu et achète tout.”

Montaigne

Mirtha Michelle

La politesse, le savoir-vivre et les codes de conduites ont existé dans toutes les cultures. La politesse ne se réduit pas à une série de prescriptions. Fondée sur le respect, la réciprocité et la reconnaissance, la politesse participe à régir les contacts sociaux, que ce soit dans la sphère privée ou professionnelle. Aidant à mieux vivre ensemble, on comprend qu’elle est une première nécessité pour assurer la cohésion sociale. Empreinte de respect, en tant qu’une Lady, c’est une femme élevée et éduquée, elle ne saurait faire preuve d’impolitesse. Parmi les usages de la politesse, dire “merci”, “s’il vous plaît” et “pardon”, ne pas interrompre la parole, ne pas bailler, ni regarder sa montre lorsque ton interlocuteur s’exprime.

 

RESTER CLASSIQUE.

« Quand une femme se sent parfaitement bien habillée, elle peut oublier cet aspect d’elle-même. C’est ce qu’on appelle le charme. Et plus vous parvenez à vous oublier, plus vous avez du charme. »

Francis Scott Fitzgerald

Rejetant toute tendance ostentatoire, une Lady préfère rester fidèle aux préceptes de l’élégance et de la classe. Sa beauté rayonne au travers d’une simplicité entretenue. C’est par la sobriété dont est empreint son style qu’elle se distingue. Elle veille à miser sur des pièces intemporelles.

 

LE MAQUILLAGE SUPPOSE  DE METTRE EN VALEUR, DE TRAVAILLER SON NATUREL, NON DE LE COUVRIR. 

À ce propos, se remaquiller en public ne fait pas partie des bons usages. Il est préférable de s’isoler pour se poudrer à nouveau le nez, ou de remettre son rouge à lèvres.

 

SE RESPECTER.

Mirtha Michelle

“On respecte un homme qui se respecte lui-même.”

Honoré de Balzac

Il est nécessaire de se traiter avec respect, justice et bienveillance, pour être respectée. L’écrivaine Dominique Loreau disait : « Les choses n’ont que l’importance qu’on leur donne. » Si tu ne te respectes pas, il y a peu de chance pour que les autres te respectent. Autrui te perçoit de la même manière que tu te considères. Apprendre à refuser en fait partie. Beaucoup de femmes peuvent tolérer, accepter des situations, des comportements par peur de vexer, de décevoir ou d’être rejetée. Paulo Coelho affirmait que c’est en essayant de plaire à tout le monde que l’on finit par perdre le respect de tous. Seule est aimée et respectée, celle qui s’aime et se respecte.

 

UNE LADY SAIT QU’ÊTRE SEULE N’EST PAS SYNONYME DE FAIBLESSE ; C’EST ÊTRE SUFFISAMMENT FORTE D’ATTENDRE CE QUE L’ON SAIT MÉRITER VRAIMENT.

Le célibat n’est pas à craindre. Ces moments de solitude qu’ils soient choisis ou non te sont en réalité bénéfiques. Tu existes indépendamment de ton couple ou tes relations avec autrui. Et c’est pour cette raison même que tu es en mesure de t’accomplir par toi-même, et de t’affranchir du regard des autres. Dans cette quête d’accomplissement, la solitude t’est précieuse. Être engagée dans une relation peut brouiller l’esprit, la solitude elle, permet de se recentrer sur soi. Lorsque l’on est à l’aise en sa propre compagnie, alors la solitude ne devient qu’apparente. Dès lors que l’on est bien avec  soi-même, on ne se sent pas seule. Ainsi, la perception que l’on se fait du célibat est bien souvent erronée, biaisée. Le célibat n’est pas une punition. À l’inverse, il devrait être considéré comme un moment précieux, privilégié, celui pendant lequel nous nous nous forgeons et grandissons.

GARDER LA TÊTE HAUTE.

 

Mirtha Michelle

Ce principe découle directement du précédent, à savoir le respect de soi. Pris au sens propre, il implique de marcher la tête haute. Beaucoup de femmes, peu sûres d’elles, ont pris l’habitude de marcher les yeux baissés. Pourtant, cet acte s’apparente à celui d’un acte de soumission. Pris en sens figurée, garder la tête haute signifie ne pas perdre de vue son estime de soi-même. Elle est un bien précieux que l’on doit protéger. Dans l’adversité et la douleur, garde toujours la tête haute. Il s’agit d’un effort actif et difficile, mais qui permettra d’avancer. Car il est toujours plus facile de se morfondre. Tout en subissant la douleur, une Lady se doit d’avancer, d’aller de l’avant.

 

 

NE PAS ÊTRE MÉDISANTE. 

 

Mirtha Michelle

« Le langage que nous utilisons pour nous référer à nous-même est d’une importance énorme. Le système corps-esprit s’organise autour d’expériences verbales, et les blessures verbales peuvent laisser des séquelles plus graves que des traumatismes corporels. Nous nous créons littéralement par le vocabulaire. Les mots sont plus que des symboles. Ils déclenchent des réactions biologiques. Certains mots sont porteurs de préjudices. » 

Deepak Chopra 

Il arrive que nous négligions, à tort, la portée des mots. Pourtant, leur pouvoir est bien réel et ils peuvent se révéler nuisibles lorsqu’ils servent à médire. Qu’est-ce qu’être médisante ? C’est tenir à l’égard d’un individu, le plus souvent absent, des propos malveillants qui trahissent notre intention de nuire. Pour agir comme une Lady, il convient dans un premier temps de ne pas participer aux commérages, ni de répandre toutes sortes de rumeurs et de se livrer à toutes sortes de suppositions, de jugements inutiles sur autrui. Cela constitue une perte de temps massive. Critiquer autrui ne t’apportera rien de bon, et ce n’est pas de cette façon que tu parviendras à gagner la confiance de ceux qui t’entourent. Ce principe implique par là même de ne pas se soucier du regard et du jugement d’autrui, de s’en affranchir autant que possible.

 

 

UNE LADY EST MAÎTRESSE D’ELLE-MÊME.

La maîtrise de soi constitue l’un des piliers du développement personnel. Êtres conscients, nous sommes toutes en mesure de contrôler nos émotions, de ne pas céder à l’impulsivité ni à la susceptibilité. Non, l’ivresse n’a rien de sexy. Et on le comprend aisément, ce n’est pas être maître de soi que d’être ivre et se risquer par là même à dire des choses que nous regretterons par la suite. C’est pourquoi une Lady connaît ses limites, boit avec modération, veille à ne pas se précipiter ni à agir sous l’influence de la colère ou de la jalousie.

 

C’EST UNE FORCE DE LA NATURE.

Mirtha Michelle

Sa maîtrise d’elle-même et ses valeurs font d’elle une femme pleine de vitalité. Une femme forte et résiliente.

 

Les Filles Gentilles ne Deviennent Pas Riches : 10 Erreurs que les Femmes Font Avec l’Argent

Prettylittlething.com

Être indépendante est une aspiration que de nombreuses femmes recherchent dont sûrement toi ! Même si la richesse ne se limite pas à l’argent, du fait que nous pouvons bien entendu être riches outre ce qui se trouve sur notre compte bancaire, il est réaliste que l’aspect financier est le point central qui te permettra de devenir la femme riche et indépendante que tu souhaites tant devenir. Tirées du livre « Nice girl don’t get rich » de Lois P. Frankel, que l’on pourrait traduire par « Les filles gentilles ne deviennent pas riches », nous faisons le point sur les erreurs à absolument éviter pour pouvoir devenir cette femme riche et indépendante ! Et pour toute erreur, une ou plutôt des solutions !

« Et le trouble c’est que, si tu ne risques rien, tu risques encore plus », Erica Jong.

1. Lutter pour ta survie financière et non pour ta richesse

Dans l’aspect financier, nous pouvons être amenées à être satisfaites de gagner de l’argent et puis c’est tout. Se contenter de ce dont nous avons besoin financièrement et non ce que nous souhaitons réellement est une erreur. C’est donc, rechercher à survivre financièrement et non chercher à être une femme riche. Alors pour contrer cela, Lois P. Frankel nous conseille plusieurs choses à savoir :

  • Envisager ta vie comme tu veux qu’elle soit et non comme elle est déjà.
  • Parler aux personnes qui prennent des risques pour réaliser leurs rêves.
  • Partager ta vision avec des amies de confiance.

2. Rester dans ta zone de confort

Avoir un job, on est d’accord, est une certaine forme de sécurité financière et donc… une certaine zone de confort. Mais ce job correspond-il réellement à ton ambition financière ? Gagnes-tu autant que tu le souhaiterais ? Si non, l’entrepreneuriat pourrait être le bon compromis. Il t’est donc conseillé d’oser rêver, de gérer ton mode de vie comme il se doit et d’envisager un prêt aux petites entreprises.

3. Ne pas avoir confiance en ton instinct

Nombreuses sont les femmes qui n’osent pas suivre leur intuition. Et ce manque de confiance se traduit souvent, par les avis de telle ou telle personne aussi sincères que ces avis soient. Or, c’est une erreur. Ton instinct, tu es la seule à pouvoir lui faire confiance ! Alors ais confiance en ton intuition et pose-toi les bonnes questions.

4. Faire confiance aux mauvaises personnes

Personnellement et/ou professionnellement, tu n’es pas à l’abri de faire confiance aux mauvaises personnes. Et cette confiance peut très bien être financière. Il est donc très important de sélectionner les personnes en qui tu as réellement confiance et de sélectionner celles dotées de bonnes connaissances opérationnelles lors de la mise en place d’un projet ou si tu comptes investir.

5. Faire des achats motivés émotionnellement

Cette erreur reflète un achat précipité dû à une forme de « coup de foudre ». Car oui, il peut arriver que nous achetions une chose sur un coup de tête alors que nous n’en avions en réalité pas besoin. Et cela, peut-être vraiment contraignant pour des achats nécessitant des sommes très importantes telles que l’achat d’une maison ou d’une voiture par exemple.  D’où donc l’importance de bien réfléchir avant de faire appel à tes économies. Lois P.Frankel, nous donne dans son bouquin, certains conseils pour pallier à ce phénomène :

  • Obtiens des commentaires de la part de membre de ta famille ou amies ayant plus d’expérience en termes d’achats importants.
  • Prends le temps : n’achète pas de suite, mais prends le temps de bien prendre ta décision.
  • Prends bien conscience du nombre d’heures que tu vas devoir travailler pour payer ton achat.

6. Mal gérer ton shopping

Ne t’inquiète pas, tu es sûrement loin d’être la seule à faire cette erreur ! Et avec la possibilité d’acheter en un temps, un mouvement par le biais de ton ordinateur, ça n’arrange pas les choses ! Éteins-le donc après avoir travaillé, fixe-toi une limite et fais une liste avant de t’aventurer à faire du shopping !

7. Souffrir du syndrome du premier job

Te rappelles-tu de ta première paye ? Avoue, tu es octroyé une très large part de dépenses en vêtements, make-up ou autres. Si oui, alors okay pour ta première paye, mais cela ne doit pas se faire tous les mois ! En revanche, tu peux très bien définir une part de ton salaire, hors factures pour les dépenser comme tu le souhaites. Tu dois aussi définir une part de ton salaire à mettre de côté tous les mois. Il faut que ça devienne une habitude !

8. Ignorer ce que tu ne dépenses pas

Ta richesse financière ne réside pas uniquement sur les sommes disponibles sur ton compte bancaire. À quoi sert d’accumuler des sous juste pour les avoir ? Si aucun projet ne semble être à l’horizon pourquoi ne pas investir ? Investir intelligemment bien sûr.

9. Mal gérer ta richesse acquise

Acquérir de l’argent est une chose, bien le gérer en est une autre. Dans le livre « Nice girls don’t get rich », il t’est conseillé de dépenser un pourcentage de cet argent acquis dans ce que tu souhaites et non ce que les autres souhaitent, de mettre ton argent dans un portefeuille d’épargne, ce qui t’aidera à développer une stratégie de développement et si tu es philanthrope, de mettre en place un plan de charité.

10. Penser que tu n’as pas assez pour investir

Penser que tu n’as pas assez pour investir est dangereux, car en ayant cet état d’esprit, alors c’est sûr, tu n’investiras pas. Il faut bien garder à l’esprit qu’il n’est pas nécessaire de poser une grande somme d’argent pour investir, de plus si l’investissement est mensuel. Pour ce faire, Lois P.Frankel conseille dans son bouquin de t’engager à effectuer un retrait mensuel d’environ 50 euros de ton compte épargne vers un fond commun de placement et d’augmenter l’investissement progressivement aux alentours de 100 euros par mois.


Procure-toi le livre ici