2016 : Yes I can!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

2016-happy-new-year

La nouvelle année commence et les questions fusent… Après 2015, que faire pour que l’année 2016 soit meilleure à tous les niveaux ? Sur quel angle se focaliser afin d’atteindre ses objectifs primaires, secondaires et tertiaires ? Tel est le dialogue interne qui fait rage au fond de toute personne consciente. Car la vie est une succession de choix, dont les conséquences se traduisent dans le présent et le futur. Par conséquent, comment faire les bons choix ?

3points

1. Identifier ses anxiétés et y mettre fin.

Voici la constitution de ce cercle vicieux : les paroles dévalorisantes et la pensée exacerbée poussent au doute qui amène l’anxiété. Celle ci mène à l’inertie, qui laisse place à la frustration et aux plaintes. Les fameux « Je ne peux pas » ou « C’est impossible », grands amis du scepticisme et de l’inertie.
Que l’erreur soit votre amie, votre alliée la plus tendre, car c’est grâce à elle que l’on apprend. C’est en agissant que l’on comprend. Et on devient forgeron en forgeant.

Se donner la permission d’accomplir ses rêves est d’abord une décision intime. D’aucun pointeront le manque d’argent pour ne pas se lancer, or l’argent est énergie. Qui cherche, trouve et attire à soi la chance, les gens et les objets de son désir. Car en cherchant, la personne se donne les moyens d’atteindre son objectif. C’est pour cela qu’il est important de faire face à ses doutes et anxiétés afin qu’ils laissent place au bien-être et à la positivité.
Par exemple, vous souhaitez devenir chanteuse et on vous a répété toute votre enfance que vous n’en seriez pas capable ? Donnez-vous la permission de chanter, et chantez jusqu’à ce que vous soyez à l’aise et satisfaite. Ainsi vous enclencherez la première phase : la réappropriation de vos droits fondamentaux : paix, bonheur et joie.

2. L’autre, mon miroir.

Avez-vous déjà remarqué qu’à ce niveau les enfants sont les meilleurs professeurs ? Ils ne filtrent pas, ne mentent pas et déclarent tout simplement leur vérité. La relation à autrui, fruit de nombreuses questions et spéculations est aussi une source de joie comme de frustration. Car, sans qu’il le veuille, l’autre nous renvoie à nous même en nous montrant une image avec laquelle nous sommes d’accord ou en désaccord. Ce qui nous correspond, ce sont les personnes avec lesquelles nous partageons les mêmes centres d’intérêts, les mêmes valeurs, la même origine, ou qui nous ressemblent physiquement.
La règle à apprendre est celle-ci : l’autre préfère de loin son semblable ou celui qui pense de la même manière que lui car cela le conforte dans ses idées et dans son raisonnement. Par exemple : lorsqu’un français va à l’étranger et qu’il rencontre un autre français, une connexion s’installe d’emblée entre les 2 personnes, car elles parlent la même langue.

Autrement dit, faites preuve d’empathie dans vos rapports à autrui. Car ceux-ci n’agissent pas en fonction de vous ou par rapport à vous ; ils agissent par rapport à eux, par rapport à leurs accords personnels, leurs objectifs et priorités.

3) S’auto-évaluer et s’encourager.

Vous vous êtes réapproprié vos droits, vous savez comment vous comporter avec les autres, cependant il y a une part importante du processus qu’il est importante de souligner : obtenir des résultats. Quelle personne étiez-vous hier ? Et que voulez-vous améliorer ?
Seule la compétition avec soi même et l’auto évaluation peuvent conduire à un vrai changement. En effet, celui-ci s’opère lorsque le sujet arrive au bout d’un processus, qu’il ait fait le tour d’un défaut ou d’une mauvaise habitude. Et que cela lui ait si desservi qu’il en arrive à dire : « Stop ! Ça suffit ! » Cependant, est-ce réellement utile et productif d’en arriver là pour corriger un défaut ? Non. Le changement vient d’une volonté ultime, intime de faire la différence. Il n’est pas nécessaire que cela soit un énorme changement. Cela peut simplement être de commencer ses journées 30 minutes plus tôt afin d’avoir plus de temps pour mener ses tâches à bien dans la journée. Cela peut-être de dormir avant minuit, pour les couche-tard qui commencent le travail à 7 ou 8h. Cela dépend vraiment des priorités que vous vous fixez.

Rappel : Vous devez avoir 5 priorités… Les 3 premières sont les primaires et les 2 dernières, les secondaires. Cela peut-être d’abord l’épanouissement professionnel et personnel ; puis la famille ; les amis, le compagnon ; les loisirs et en 5) les sorties par exemple.

3points

L’année 2016 débute. Voici 12 mois – 366 jours pour créer, faire la différence, se réaliser et avancer. Être une meilleure personne que nous n’étions le 31 décembre 2015.

 

À la vôtre les #FI !

FOCUS

Évènement à ne pas manquer

Shopping Basket