[TÉMOIGNAGE] C’est l’homme parfait qui m’aime, mais je ne l’aime pas

Après une rupture difficile, Alexia a commencé à beaucoup sortir : des les bars, en boîte de nuit… Elle fait alors la rencontre d’un autre homme, James – l’homme parfait – avec lequel elle entame une relation amoureuse…

3points1-300x67 (1)

La rencontre avec l’homme idéal

À l’époque, j’ai 20 ans, et m’échappe d’une relation de quatre ans, une relation dans laquelle je m’étais beaucoup investie. Je sortais peu le soir, mais maintenant que je suis célibataire – même si ce n’est pas évident – j’ai vraiment envie d’en profiter. Un soir, en boîte de nuit avec mes copines, je me fais aborder par un des serveurs. Il est grand et beau avec une démarche des plus gracieuses, mais je n’ai pas vraiment la tête à faire des rencontres. Encouragée par mes copines, j’accepte de discuter avec lui. En fin de soirée, j’en arrive même à prendre  son numéro.

Une semaine plus tard, je décide de lui envoyer un message, car j’ai envie de sortir. Il est ravi de cette prise de contact et nous commençons à discuter par texto. Il m’appelle et nous passons finalement la nuit entière au téléphone. Je comprends rapidement que, cette fois-ci, je me trouve face à un homme et un enfant comme le précédent. Un homme ambitieux et bien éduqué, avec des valeurs en adéquation avec les miennes.

Par la suite, nous commençons à nous appeler presque tous les jours et je passe le voir dans la boite de nuit dans laquelle il travaille tous les week-ends. Et cela dure près de trois mois.

 

Une relation simple et naturelle

Happy couple lying in bed together

James finit par se lancer et décide de m’inviter à dîner. Il passe me chercher chez moi et m’emmène dans un restaurant branché mais pas trop tape-à-l’œil. Pour que nous puissions parler tranquillement, il prend soin de choisir un endroit calme. Nous ne voyons pas le temps passer. Encore une fois, c’est  comme si nous nous connaissions depuis toujours. Cela se passe très spontanément et facilement. Il s’intéresse beaucoup à moi, à mes passions, mes envies. Il  me raconte son enfance, ses espoirs, ses aspirations. Il n’y a aucune équivoque. J’aime à penser qu’il se conduit avec élégance, comme  un parfait gentleman,  du début à la fin de ce dîner.

Rapidement, nous nous mettons officiellement en couple. Je suis aux anges : J’ai rencontré l’homme dont je rêvais. Nous ne nous voyons qu’une à deux fois par semaine, mais James met un point d’honneur à ce que chaque rencontre soit parfaite. Six mois après le début de cette relation, nous passons la nuit ensemble et avons une conversation très sérieuse sur le sens que nous voulons donner à notre relation. Nous sommes exactement sur la même longueur d’ondes.

 

Le début d’un questionnement incompréhensible

Après presque deux ans de relations sans nuage, mes sentiments stagnent. Cela me paraît bizarre, car je suis  attachée à lui et je passe de super moments en sa présence. Mais quand il n’est  pas là, il ne me manque pas du tout. Pire, souvent j’oublie de l’intégrer dans mon emploi du temps, ce que lui n’oublie jamais. C’est comme si mon couple n’est pas une de mes priorités… Je me pose toutes sortes de questions : Me suis-je mise en couple trop rapidement après ma rupture ?  Suis-je prête pour une relation sérieuse ?

J’opte finalement pour l’idée que je suis sortie d’une relation fusionnelle et que je suis maintenant tout simplement entrain de vivre la relation dont j’ai besoin.

Mais petit à petit, mon comportement commence à changer. Tout ce qui m’avait séduite chez lui commence à m’agacer. Mon entourage le complimente sans arrêt, mes yeux ne voient plus ses qualités. Je lui fais des reproches en permanence. Sa réponse est toujours la même : il me prie de l’excuser et essaie de corriger des défauts qui n’en sont pas, à ne plus savoir quoi faire pour m’être agréable. J’ai un homme parfait, mais je ne suis pas heureuse au point de le rendre lui aussi malheureux. À me demander si je suis normale. J’ai un homme beau, gentil, ambitieux, fidèle, amoureux, et je ne suis pas satisfaite…

L’amour… un sentiment qui ne se contrôle pas

Un matin au réveil, James me dit :

 » Je suis triste de ne pas voir tes yeux briller quand tu me regardes, moi, quand je te vois, mes yeux brillent tellement fort car mon coeur est en feu. Je ne sais pas si c’est parce que je t’aime à la folie ou parce qu’il saigne car je n’ai pas l’impression que tu m’aimes en retour . »

Ces deux phrases me brisent, car je ne sais pas comment lui répondre. J’en arrive au point où nous n’avons plus d’intimité. Il perd confiance en lui et commence à douter. Je tente de le rassurer, de lui dire que c’est moi le problème. Mais il ne le comprend pas, pas plus que moi d’ailleurs. Mon cerveau me dit que  « c’est le bon »  mais mon coeur me chante une autre chanson. J’ai de l’affection pour lui, j’aime la personne qu’il est. Mais je ne ressens pas d’amour. Et quelques temps plus tard, j’entame une relation « extra-conjugale » avec le pire des hommes ! Au côté duquel, paradoxalement, je me sens vivante. Lorsque celui-ci m’envoie simplement un message, cela égaie toute ma journée. Ce que je n’ai jamais ressenti avec James.

La séparation : voix de la raison

breakup1

Le soir de mes 24 ans, je reviens à la raison. Je ne peux pas continuer comme ça. Certes, je prends le risque de ne jamais rencontrer à nouveau un homme aussi merveilleux, mais je n’ai pas le coeur à l’apprécier à sa juste valeur. Je ne peux pas rester avec un homme juste par habitude et par peur. Pire, c’est égoïste de ne pas laisser une autre femme profiter de cet homme merveilleux. Une femme qui serait amoureuse de lui et saurait le rendre heureux.

Cette séparation est la plus difficile décision que j’ai eu à prendre jusqu’à aujourd’hui. J’en suis arrivée à la conclusion qu’il est parfait, mais pas pour moi.

3points1-300x67 (1)

Maintenant, nous sommes en très bons termes, et sommes toujours amis avec une certaine distance, mais amis. Deux années après notre séparation, James est marié et heureux. Et moi je suis célibataire mais sereine, je sais que j’ai pris la bonne décision. Est-ce que j’aurai des regrets un jour ? Peut-être, peut-être pas… Mais j’aime à penser qu’il y a un homme imparfait dehors, qui est fait pour moi. Donc si tu ne peux pas le rendre heureux, laisse une autre faire ce que tu ne peux pas. Et ça marche dans les deux sens.

Lataaya

Citoyenne du monde, dont l'amour n'a pas de frontière. J'aime penser que l'amour est la clef qui ouvre toutes les portes. Mais encore faut-il savoir dans quel sens la tourner. Et vous pouvez compter sur moi pour vous y aider.

8 commentaires

  • Je ne sais pas si c'est une histoire vraie, mais entre les lignes je crois reconnaitre "la maladie des femmes qui aiment trop". C'est en fait le sujet d'un livre superbe de Robin Norwood. Si tu ne l'as pas encore lu, tu devrais! Tu pourrais ainsi utiliser ton influence afin d'aider plein de femmes qui souffrent de ce mal!
  • J'ai l impression qu on est venu m interviewé car c est exactement ma vie mais sans cette fin, on est toujours ensemble mais je vois bien qu il n est pas heureux et moi non plus. J'espère toujours cette petite lueur qui me dit que c est lui et pas un autre, mais bon devrais je faire le premier pas pour soulager nos coeurs déjà bien triste ????
  • L'histoire d'une dépendante affective qui souffre d’une carence affective - probablement dû à son enfance - au point de choisir des types à la hauteur de l'image négative qu'elle a d'elle-même. Inconsciemment, elle pense qu’elle ne mérite que des paumés. Elle se punie elle-même en quelque sorte... Ensuite, les D.A. ne supportent pas les séparations. La moindre rupture désécurise et créer un sentiment de vide qu'il faut à tout prix combler. Sauf que le partenaire n'est pas aimer pour ce qu'il est mais pour ce qu'il procure. C'est une victime. A noter tout de même que le fameux James est à peu près dans le même schéma psychologique… « Tout ce qui se ressemble s’assemble ? » Je le dis et le redirai : Ne jamais se mettre en couple tant qu'on n’est pas né de nouveau en JESUS -CHRIST ! Le célibat en tant que chrétien est vécu comme une préparation au mariage (sauf… -> Matthieu 19 : 1-12 ; 1 Corinthiens 7 : 7), une phase de purification. DIEU par Son ESPRIT-SAINT façonne notre caractère, nous délivre de nos démons et liens ancestraux, brise les chaînes, nous réinitialise, nous assainit afin d'être en bénédiction pour notre futur partenaire, de construire un foyer équilibré pour le bon développement et la croissance des enfants (afin de créer, plus tard, des adultes équilibrés) et un couple exemplaire pour le monde. Etre en couple n'est pas une affaire de chocolat en velours, de roses en satin de « coucouple » et ses maux de cœur, de sensualité exacerbée, d'érotisme ou de « redorage » de blason… ; ces utopies que la société essaie de nous faire croire. Mais être marié est un engagement sacré, une consécration en binôme et un acte hautement missionnaire pour l’avancement de l’œuvre de l’Evangile ! Alors mourons a notre sentimentalisme et soyons de véritable enfants de DIEU qui ne réfléchissons pas avec notre sexe ou nos émotions mais avec le : « Il est écrit… » ! Soyez béni ! ^^ -> 2 Timothée 3 : 10-16. Pour aller plus loin : http://www.lumenc.org/maldependanceaff.php
  • Elle ne connait que les relations fusionnelles (qui ne sont pas très saines) et est toujours en quête de cette fusion... Penser à une thérapie avant de se mettre en couple (en tout cas c'est le conseil que je compte appliquer)!
  • Je comprend pas pourquoi c'est purement féminin ce genre d'état d'esprit. Nous les gars soit on sait que c'est la bonne et on assure, soit on est trop con et aveugle et elles nous échappe. Mais les femmes, ELLES SAVENT TRÈS BIEN que c'est le bon et pourtant "il est parfait mais je suis pas amoureuse, mes sentiments sont partis, j'ai plus la flamme,...". N'importe quoi !! Agir seulement en fonction de ses sentiments en oubliant son cerveau, c'est de l'immaturité pure. Indigne de confiance, le genre de femme qui, comme dans les films, un jour va écrire une lettre d'adieu laissant mari et enfants derrière elle pour suivre un inconnu parce que "j'ai le coup de foudre"... Faut ouvrir ses yeux et reconnaître l'or entre ses mains. Encore une fois, c'est très très féminin, et dommage. Dieu nous aide tous, Amen
  • Je m'appelle Alexia et je vis la meme histoire. Il m'aime mais pas moi. Et sa jalousie excessive m'eloigne encore plus de lui. Je pensais pouvoir l'aimer au fil du temps. Mais non ses defauts apparuts apres le mariage me pourissent la vie.Sauf que moi je suis coincée parceque j'ai accepté de l'epouser. Du coup je frole la depression.

 

Newsletter

Contact

Publicités

Nous rejoindre

Devenir Contributrice

Mentions Légales

Cookies