Pourquoi j’ai laissé tombé le sexe et comment ça a sauvé mon couple

Pour beaucoup d’homme, le sexe doit avoir un place prépondérante dans un couple. John Kinnear est l’auteur du blog  » Ask your Dad Blog « . Dans celui-ci, il a écrit un billet où il se confie et témoigne d’une expérience conjugale qui a gangrené son couple pour ensuite reprendre une belle ascension. Voyons ensemble le témoignage de cet homme qui a décidé de laissé tomber le sexe et comment cela a sauvé son mariage.

1. Un témoignage qui ne se positionne pas comme une vérité absolue

Loin d’être professionnel, les écrits qui vont suivre ne constituent pas un conseil avisé. Il ne s’agit là que d’un partage de mon expérience personnelle, de ce qui fonctionne ou pas pour mon couple dans cette situation très complexe. Ce qui agit pour mon couple peut très bien ne pas être efficace pour vous, parce que nous sommes tous différents, et c’est bien mieux ainsi. Si le besoin de me dire que j’ai raison ou tort se fait ressentir ou si vous avez envie de partager ce qui fonctionne pour vous, je vous encourage à le faire. Vous voilà averties donc passons au vif du sujet.

2. Le prémices de mon histoire conjugale

Ma femme Stevie et moi-même avons choisi de laisser tomber le sexe : c’est la meilleure décision que nous avons prise pour le bien-être de notre mariage. Point à la ligne. Je vais vous conter comment nous en sommes arrivés là.

Lorsque nous étions jeunes et sans enfants, le sexe était une chose qui se mettait en place naturellement. Il suffisait que nos regards se croisent pour que cela dérape ! Puis, nous nous sommes liés par les liens du mariage et avons eu un enfant. Suivi d’un deuxième.

Il y a peu de temps, une personne m’a expliqué pourquoi le programme «Star Wars» de Ronald Reagan n’avait point fonctionné. Pour ceux qui n’ont strictement pas idée de ce dont je parle, je vous rappelle brièvement les faits. En 1983, le président américain Ronald Reagan a annoncé la mise en oeuvre d’un programme militaire qui allait permettre de détruire en plein vol les missiles balistiques à portée intercontinentale (ICBM). Les raisons de l’échec de ce programme étaient à la fois politiques et financières, mais le principal motif expliquant cet échec est simple : Tenter d’abattre en plein vol un engin de cette taille se déplaçant à des centaines de kilomètres-heure à l’aide d’un autre objet tout aussi minuscule, dans la direction opposée et à une très grande vitesse est totalement impossible.

Je ne vous raconte pas cela parce que je crains de rentrer dans le vif du sujet, mais parce que je crois qu’il n’existe pas de métaphore autant appropriée pour expliciter la vie sexuelle après l’arrivée de vos enfants que celle de l’échec du programme  de Reagan.

3. Libido en hibernation

Notre libido respective, auparavant facile et sans complexité, s’est transformée, après la naissance de nos enfants, en petit missile amoureusement braqué dans la direction de chacun de nous 2. Voués à un destin tragique à cause d’incertitudes algébriques, d’anomalies éthériques et d’imprévisibles circonstances qui empêchent notre désir d’établir un contact, le forçant à continuer de voler vers l’infini pour finalement s’autodétruire.

Complètement frustré, j’assimilais cette situation à une insulte. Ma femme était également et à juste droit, dans le même état d’esprit. La société nous conditionne tellement en ce qui concerne l’intimité physique que cela en devient oppressant. De tous les côtés, nous sommes sans arrêt martelé sur le fait que si un couple n’a pas de relations sexuelles, il est voué à l’échec. Si des partenaires n’ont pas d’alchimie sexuelle, ils iront chercher satisfaction ailleurs. Si un des conjoints a peu d’interactions sexuelles, c’est qu’il y a anguille sous roche.

C’est avec tous ces constats erronés que chaque soir, nous nous mettions au lit. En compagnie de tous les autres problèmes et sentiments d’amertume qui accompagnent le fait d’être mariés et parents. De notre fatigue et de nos insécurités. Une fois les lumières éteintes, nous restions là, allongés dans le noir, examinant chacun de notre côté notre niveau d’asthénie vs les répercussions qui toucheront notre couple si nous restions inactifs au niveau sexuel. De temps à autre, l’un de nous proposait: «Peut-être bien qu’on devrait faire l’amour ? ».

Une véritable corvée, voilà ce qu’était devenu notre sexualité, et elle se métamorphosait en dispute cinglante tant qu’elle n’était pas effectuée. Le comble, c’est que ces tensions et cette appréhension de ne toujours pas pouvoir faire l’amour n’étaient en aucun cas propice à nous donner cette envie. Au contraire. Pourtant, il n’y nul doute sur le fait qu nous nous aimons  et qu’il y a une réciprocité au niveau de l’attirance. Nous ne parvenions simplement pas à faire se rencontrer nos missiles en plein vol alors qu’ils se déplaçaient à des centaines de kilomètres heure, et ça, je dis que c’est la faute de Ronald Reagan !

4. Résignation et début de remise en question

Un soir, j’ai dit à ma femme: «Laissons tomber le sexe. Sérieusement. Laissons tomber.» Bien évidemment et à juste raison, j’en conviens, elle l’a tout de suite pris comme un affront de ma part. Peut-être avais-je verbalisé ces mots de la même façon qu’on prononce des mots comme «je te laisse tomber» avec un geste résigné, avant de tourner le dos et de s’en aller. Pourtant même en étant frustré, ce n’est pas dans ce sens que je parlais..

Stevie -: «Donc, si je comprends bien, tu veux abandonner notre vie sexuelle? Pour toujours?»

John-: « Non, ce n’est pas ce que je voulais dire!»

Stevie: «Alors que veux-tu dire?»

John: «Je ne sais pas ce que je veux dire. Enfin, je sais, mais je ne sais pas, tu vois?»

Stevie: «Non, je ne vois pas.»

Voilà comment nos querelles les plus productives démarraient: tous les deux, on s’avouait directement des choses sans avoir nullement idée de quoi nous échangions, mais nous étions persuadés qu’il fallait en discuter.

5. Une remise en question qui ramène au fondamental

Je vous épargne les détails de cette conversation sur notre sexualité, mais suite à une discussion passionnée qui a duré une heure et où l’on a tenté d’expliquer réciproquement tous ces ressentis dont les mots manquaient pour pouvoir les exprimer à leur juste valeur, en voici la conclusion.

Nous avions une contrainte pourtant extérieure à notre couple, mais qui influençait directement nos relations sexuelles. Cette contrainte rendait très ardues non seulement nos relations elles-mêmes, mais elle floutait également tous les axes de communication qui impactent les multiples domaines de notre vie conjugale. Nous devions évoluer à un niveau et nous avons choisi de laisser le sexe de côté.

Il serait stupide de dire que nous avons mis en berne nos relations sexuelles, ce n’est pas réellement la question. La vraie question est: « est-ce que le sexe est la solution à toutes ces équations conjugales ? ». A notre niveau, nous avons arrêté de nous dire que la solution à tous ces problèmes était le sexe. Nous avons mis loin de nous, l’idée que le sexe est le ciment de notre union.

Le plus important pour notre couple était de maintenir l’idée qu’une véritable intimité n’était pas uniquement physique. En d’autres termes, nous avons souhaité davantage appuyer sur la partie «intimité»  que sur la partie «physique». Il existe de nombreuses manières de maintenir une belle intimité avec son partenaire sans que le physique y soit impliqué.

Lorsque nous sommes ensemble, nous cessons d’utiliser nos smartphones, mettons l’accent sur le fait de faire attention à nous et de consacrer du temps à notre couple. De multiples discussions qui nous a emmené au flirt. Tout à coup, ce poids qui avait tant déstabilisé mon couple s’est en allé. Le sexe n’est même pas au rendez vous. Ma femme et moi qui décidions de la cadence à prendre pour ne pas à nouveau dérailler. Cette remise en question conjugale nous a apporté quelque chose d’incroyable.

Par moment, les enfants étaient couchés avant 22 h, la maison bien apprêté, quelque fois moins mais nous profitions suffisamment pour que nos flirts, notre tendresse et nos sentiments nous accompagnent au chevet de notre lit. Une chose en entraînant une autre, ce qui devait se passer est arrivé: nos missiles sont entrés en collision. Ronald Reagan serait comblé !

Mettre à la poubelle cette idée erronée, qu’il est important d’avoir une bonne moyenne sexuelle pour la bonne cohésion du couple est le choix le plus salvateur que nous ayons pris. Lorsque l’on se retrouve mon épouse et moi, c’est parce que nous avons pris l’initiative de choyer notre intimité en faisant passer au second plan le physique pendant des jours, des semaines et des mois. On peut facilement se passer de sexe pendant un long moment mais il ne se passe pas une journée sans que nous accordions une attention particulière à notre intimité. Et vous savez quoi ? Pour nous, c’est plus que satisfaisant car c’est la base et c’est fondamental.Cette expérience impacte différemment d’un couple à un autre mais ce que l’on peut retenir de ce témoignage : c’est que le sexe contribue certes à l’épanouissement d’un couple mais n’est nullement la base. Beaucoup de couple se contentent d’une relation sans mettre le sexe en avant et comme solution à tout conflits ce n’est pas pour autant qu’ils ne sont pas épanouis et heureux,. Il est primordial de nourrir la proximité en insistant sur ces moments de tendresse et d’intimité car l’intimité ne veut pas forcément dire sexualité. L’intimité c’est connaitre l’autre sans qu’il ait besoin de parler.

Odélya
Odélya

Rédactrice Love chez Femme d'Influence & Working Mama. Etudiante en licence management social & en journalisme multimédia. Le savoir est une arme alors je charge mes munitions. Que ma plume puisse impacter vos habitudes.

Il n'y a pas encore de commentaires

 

Newsletter

Contact

Publicités

Nous rejoindre

Devenir Contributrice

Mentions Légales

Cookies