Pourquoi certains hommes trompent ?

Oscar Wilde disait :

« Le meilleur moyen de ne pas céder à la tentation, c’est d’y céder. »

Cette phrase est l’adage de beaucoup d’infidèles, mais céder à la tentation est-ce la une bonne solution ? On sait toutes ce que signifie le terme infidélité mais décortiquons ensemble comment cette problématique se décline.

Quels sont les différents types d’infidélité, les fausses idées reçues, les raisons principales qui poussent à l’adutère et surtout quelles en sont les conséquences ?

1. Les différents types d’infidélité

Un couple, c’est 2 personnes distinctes regardant dans la même direction. Le problème démarre dès lors qu’un des partenaires a le regard qui commence à dévier au lieu d’avoir le regard rivé sur la direction commune du couple.

Mesdames, qu’on le veuille ou non, nous sommes le pilier de nos foyers. Et avec tous les innombrables efforts que nous faisons, concessions et autres sacrifices, si votre conjoint ne se stabilise pas, ne réussit pas à canaliser son énergie débordante et continue à butiner de fleur en fleur, rassurez-vous, vous n‘êtes absolument pas la source du problème !

Il existe 4 grands types d’infidélité :

  • L’infidélité physique – relation sexuelle extraconjuguale occasionnelle ou régulière.
  • L’infidélité morale – penser à quelqu’un d’autre lorsqu’on fait l’amour.
  • L’infidélité émotionnelle une amitié romantique, un soutien affectif volé au partenaire qui érode le lien de complicité exclusif du couple.

Et avec la profusion d‘Internet et de ses réseaux sociaux, un nouveau type d’infidélité est apparu :

  • L’infidélité en ligne : Cette infidélité 2.est un bouleversement dans le domaine. Une combinaison d’échanges et de réactions émotionnelles et pornographiques. Le partenaire partage de longues discussions qui s’orientent rapidement sur des sujets sexuels.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, regardons ensemble les 5 erreurs fréquentes au sujet de l’infidélité.

 2. Les 5 fausses idées reçues

  • Erreur n°1 : L’infidélité est uniquement liée à la sexualité.

Non pas uniquement. L’attirance peut être plus affective que physique. La sexualité est souvent meilleure à la maison, mais l’époux infidèle recherche parfois à combler un vide affectif, lié à un manque de communication ou une routine trop pesante et peut aussi être attiré et s’ouvrir à une complicité momentanée. La femme infidèle est plus portée à quitter son mari lorsqu’elle tisse un puissant lien affectif avec un autre homme.

  • Erreur n°2 : L’infidélité est une question de personnalité.

Non, il n’existe pas de personnalité et de profil-type d’infidèle ; même si nous découvrons souvent l’existence d’une même dynamique affective.

  • Erreur n°3 : L’infidélité est thérapeutique.

Beaucoup de gens pensent qu’une relation extraconjugale peut permettre à une relation de couple de survivre en cherchant des compensations ailleurs. On ne peut pas régler un problème en en ajoutant un autre par-dessus. L’infidélité est trop destructrice pour être thérapeutique.

  • Erreur n°4 : L’adultère est sans danger.

« Cette relation ne signifie rien pour moi » « Ce que l’on ne sait pas ne fait pas mal » Ces croyances sont en fait utilisées par ceux qui cherchent une justification à leur comportement. Lorsqu’elle est découverte, l’infidélité menace tous les membres de la famille comme le ferait un ouragan qui foncerait sur votre maison. Les plus graves conséquences vont de la perte de confiance, au divorce et au suicide.

  • Erreur n°5 : L’infidélité se termine toujours par un divorce.

Même si on ne peut jamais oublier un tel traumatisme, on peut apprendre à pardonner au partenaire infidèle lorsqu’on comprend les réels motifs de son comportement et que le jeu en vaut la chandelle.

3. Les principales causes de l’adultère et ses prétextes

Nous savons tous que pour résoudre un problème, il faut chercher à le comprendre. Donc qu’est ce qui peut pousser le partenaire a l’infidélité ? Selon les chiffres de l’Insee, les principales raisons de l’adultère sont :

  • Quand l’un rend la vie impossible à l’autre (41%)
  • Quand l’un ressent un manque d’attention et de tendresse (36%)
  • Quand l’un ressent la perte de désir dans le couple (23%)

Mais n’oublions pas que la Vie nous réserve son lot de bonheur et d’épreuves, certaines étapes de celle-ci peuvent être propices à ce que le risque d’infidélité s’immisce dans le couple :

  • La naissance d’un enfant
  • La crise de la quarantaine
  • La perte d’un emploi
  • Décès d’un proche
  • Maladie ou handicap
  • Divorce des parents
  • Changement de statut social

L’infidélité est souvent une tentative maladroite, je vous l’accorde, d’équilibrer, émotivement ou sexuellement, un couple.

Les motifs de l’infidélité peuvent être aussi variés que les situations ou les personnes, mais ils sont généralement la conséquence d’un déséquilibre affectif du couple et impliquent habituellement l’ennui, la solitude et les frustrations de toutes sortes.

  • Les motifs prétextes :

« C’est à la mode. Tout le monde le fait, fais-le donc. » « Il est impossible de rester monogame aujourd’hui. » « L’être humain est un animal polygame. » « Pourquoi je m’en priverais ? » « Je veux profiter de ma jeunesse. » Toutes ces argumentations sont dues à l’affaiblissement des inhibitions et à une plus grande permissivité sexuelle.

  • Les motifs relationnels :

Tentative pour échapper au contrôle de l’autre ou pour attirer son attention ou par esprit de vengeance, suite à une importante transition de vie (naissance, décès, anniversaire…), une simple opportunité à l’occasion d’un 5 à 7, d’un congrès… besoin de distraction combiné au stress du travail et de la famille.

  • Les motifs inconscients :

Compenser des blessures ou des frustrations de l’enfance ; problème familial non résolu qui se transmet de génération en génération. Mais le motif le plus fréquent est le déséquilibre conjugal sexuel ou affectif : recherche de satisfaction sexuelle ou d’intimité affective ailleurs.

4. Les conséquences de l’infidélité

Quoique l’infidélité puisse être une erreur humaine compréhensible et pardonnable, elle constitue pour le couple l’équivalent d’un véritable infarctus.

La crise peut ne pas être fatale, mais le couple en reste marqué pour toujours. La majorité des couples infidèles, soit 65%, divorcent. Les autres vivent difficilement la période qui suit. Ceux qui vont en thérapie s’en sortent quelque peu mieux parce qu’ils comprennent pourquoi l’infidélité s’est infiltrée dans leur relation. Tout comme les vrais cardiaques, s’ils apportent des changements majeurs dans leur dynamique, ils peuvent même tirer des leçons importantes de leur infidélité. Mais, il faut garder en tête qu’en aucun cas, l’infidélité peut être thérapeutique.

Les enfants d’un parent infidèle augmentent leurs risques d’infidélité ; on parle alors d’infidélité « générationnelle. » Au milieu du siècle dernier, 2 fois plus d’hommes que de femmes étaient infidèles ; mais depuis, les femmes ont presque atteint l’égalité. Plus de 50 % des infidélités ont lieu avec un collègue de travail. L’adultère sévit dans toutes les classes de la population. 2 infidélités sur 3 sont révélées par l’infidèle, les autres sont découvertes par certains indices ou « par une personne qui vous veut du bien. »

Pourtant, 90 % de la population considère l’exclusivité sexuelle comme importante ou très importante.

À partir de ces constats, que pouvons-nous faire pour s’armer face à cette problématique qui détruit moult foyers et bon nombre de personnes ?

« L’infidélité est comme la mort, elle n’admet pas de nuances » Delphine Gay

Odélya
Odélya

Rédactrice Love chez Femme d’Influence & Working Mama.
Etudiante en licence management social & en journalisme multimédia.
Le savoir est une arme alors je charge mes munitions.
Que ma plume puisse impacter vos habitudes.

2 commentaires

 

Newsletter

Contact

Publicités

Nous rejoindre

Devenir Contributrice

Mentions Légales

Cookies