Comment Oublier Son Ex Quand on L’aime Encore

On a toutes eu le cœur brisé. Mais comment le réparer lorsque la cause du mal est encore dans ton cœur ? Pour te reconstruire et pouvoir avancer, tu as besoin avant toutes choses de tirer un trait définitif sur ton ex. Parmi les 13 clés que je te propose, il y en a que tu as déjà essayées, c’est certain, mais tu verras qu’ici elles peuvent avoir un autre résultat: le secret est de considérer qu’aucune n’est efficace sans les autres. Considère ces 13 points comme un programme corps/cœur/esprit qui va non seulement te libérer de ta douleur, mais te faire renaître beaucoup plus forte. Si ton ex te recroise, je te garantis qu’il va te regretter… et que tu ne voudras plus de lui !

On arrête le stalking ! Il a coupé les liens réels, tu vas couper les liens virtuels

Stalker son ex… On l’a toutes fait! La raison voudrait que tu ne veuilles plus entendre parler de celui qui t’a fait souffrir, et que tu veuilles encore moins voir sa tête, ou pire, celle de sa nouvelle copine, sur les réseaux sociaux. Mais voilà, tu fais tout le contraire de ce que te dicte ta logique (et de ce que te conseillent tes copines !) :

  • tu n’arrives pas à l’unfollow, sur aucun des réseaux que vous fréquentez
  • pire : s’il t’a enlevée des ses amis, tu l’espionnes via un ami commun !
  • tu contemples ses photos de profil, guettes le moment où il va supprimer ce post où vous êtes tous les 2, spécules sur son changement de pseudo, et surtout, tu repères ses nouvelles amies, que tu stalkes elles aussi !

Stop. Il a coupé les liens réels qui vous unissaient ? Tu vas te charger de couper vos liens virtuels.

Tu sais bien que cela te fait du mal, mais pour une raison étrange, tu as l’impression de maintenir une petite part de votre relation en le suivant, tu as même l’illusion que ce stalking te permet de garder une forme de contrôle sur ce qui t’échappe. C’est une fausse impression. En réalité, tu ne contrôles rien, tu ne maintiens rien, tu te tortures tout simplement. Tu ralentis considérablement (voire tu empêches) ton processus de guérison. D’ailleurs, pose-toi cette question : s’il ne te veut pas dans sa vie, pourquoi te garde-t-il dans son réseau ? Il y a une part d’égoïsme là-dessous ( « Je ne veux pas être son mec, mais je veux la garder comme amie, même si je sais bien qu’elle en souffre »), ou pire, de perversité (« Je n’ai rien à lui donner, mais ça me fait du bien de savoir qu’elle me regrette »).

Comment veux-tu passer à autre chose en le voyant sans cesse sur tes réseaux ? Impossible.

Alors unfollow, unfollow, unfollow. « Êtes-vous sûre de vouloir supprimer *** ? » te dit le site. « Oui, supprimer ». Voilà, maintenant observe ce que tu ressens : un mélange de douleur et de libération, comme si c’est toi qui l’avait quitté ! C’est normal, c’est parce que pour la première fois depuis votre rupture, tu as été active : au lieu de subir une situation, tu as repris les commandes. Tu es forte. Avoue que c’est bon !

Pleure !

Alors ça, c’est la base. Pleure tant que tu veux. Pour des raisons d’éducation ou de fierté, tu t’empêches peut-être de te laisser aller depuis qu’il t’a quittée. On nous a tellement fait croire que les larmes sont un signe de faiblesse ! Mais c’est absolument faux. Il est sain de pleurer, tu évacues ainsi le stress, la colère, la douleur, le ressentiment. Toutes ces émotions négatives, si tu ne les laisses pas s’exprimer ainsi, s’exprimeront autrement, par des troubles physiques divers. Tu dois laisser s’échapper la douleur. De plus, pleurer va t’apporter une saine fatigue, comme si tu te vidais de ton énergie, et t’éviter les insomnies qui vont avec les ruptures. Tu as besoin de pleurer, tu as besoin de dormir : si tu réponds à ces deux besoins simples sans te restreindre, la période la plus difficile ne va durer que quelques jours.

Exige des explications, ou trouve-les toi-même

Une rupture est un deuil, car tu as perdu un être aimé, une relation, un rêve. Tu vas donc passer par les 7 étapes du deuil telles que la psychologie les a définies :

  • choc et déni
  • douleur et culpabilité
  • colère
  • négociation
  • dépression et douleur
  • reconstruction
  • acceptation

Chaque étape est nécessaire. Par exemple, la colère va te permettre te détacher, la négociation de constater que plus rien n’est possible, la douleur de vouloir avancer, etc…

Pour passer d’une étape à une autre, tu as besoin de comprendre le sens de ce qui s’est passé, d’avoir une explication. Sinon, comment sortir du déni, comment dépasser la culpabilité, comment ne pas s’enfermer de dans la colère ?… Tu vas donc demander, et même exiger des explications. Téléphone-lui, écris-lui, explique-lui que ce n’est pas pour lui reprocher quoi que ce soit, parce que tu n’en es plus là, mais que tu en as besoin pour avancer. Il te doit bien ça. S’il est assez égoïste pour ne pas te donner ce minimum vital, entoure-toi d’amies et demande-leur de t’expliquer ce qu’elles ont perçu et compris de l’extérieur. Construis ta théorie.

Donne-lui un surnom ridicule

Ça, c’est ma méthode préférée : simple, drôle, et redoutablement efficace.

Tant que tu as l’impression d’avoir perdu ton prince charmant, d’avoir été quittée par Superman, bref, tant que tu idéalises cet homme, tu ne peux que le regretter. De même, tant que cet homme portera le nom à qui tu as associé « je t’aime », ou que tu as imaginé écrit à côté du tien sur tes faire-part de mariage, il restera l’ homme qui te manque. Tu vas donc lui choisir un nom bien ridicule, un nom que tu ne peux pas associer à l’admiration, à l’amour, au désir. Demande à ta team. Je suis sûre que tes copines l’ont parfois affublé d’un surnom dégradant à cause d’un trait physique ou comportemental. Un animal ridicule, un personnage de dessin animé bien nul, une célébrité que tu détestes. Ensuite, tu te forces à ne plus jamais l’appeler autrement et tu changes son nom dans tes contacts, avec la photo de profil adaptée. Crois-moi, c’est difficile d’envoyer un message comme « tu me manques » à un castor ou de dire « Pois Chiche était l’homme de ma vie ».

Occupe ton temps

Se remettre d’une rupture est aussi une question de temps. Oui, tu vas souffrir de moins en moins, et en attendant que la douleur s’estompe et que le temps qui passe te donne du recul sur ce que tu as vécu, tu dois absolument occuper ton temps libre. Remplis les trous de ton emploi du temps avec du sport, un ciné, un verre avec une copine, une manucure, un cours de yoga… l’oisiveté est ton pire ennemi : durant la première phase de la séparation, dès que tu auras l’esprit libre, tu repenseras à ton ex, et c’est ce qu’il faut éviter. Ne rentre chez toi que pour dormir, jusqu’à ce que tu sentes que ça va mieux.

Exorcise ta maison

Juste après une rupture, ta maison est « hantée » : le lit où vous faisiez l’amour, le canapé de vos soirées binge watching, la cuisine où il te faisait ton café. Pire encore, en ouvrant un placard, tu peux tomber sur son t-shirt, son gel douche dans ta salle de bain, une photo de vous sur le frigo… Ce sont autant de pièges émotionnels. Votre relation est morte mais elle est partout comme un fantôme. Tu vas donc devoir exorciser ta maison. Tu n’es pas obligée de jeter vos souvenirs. Mets-les dans une boîte et range-les à la cave. Fais de même avec les photos sur ton portable : dans un dossier, pas sur ton téléphone, si même sur ton ordinateur, mais sur une clé usb dans la boîte à la cave. Achète une nouvelle parure de draps pour ton lit, quelques jolis coussins pour ton canapé, 2 ou 3 cadres sur tes murs… il faut que ta maison ait l’air différente, comme si des années avaient passé. Pense aussi que les lieux extérieurs que vous fréquentiez sont eux aussi hantés : évite pendant quelques mois le café où vous vous êtes rencontrés et la rue où il t’a dit je t’aime… le temps que les souvenirs douloureux soient de simples souvenirs.

Prends soin de toi comme une maman

 

La première semaine après la rupture, tu vas t’occuper de toi comme si tu étais ton enfant : plaisirs régressifs et indulgence absolue sont au programme. Tu te donner un pot de glace, une couverture, la télécommande. Entoure-toi de chaleur et de douceur : bain moussant et massage obligatoire, sur prescription du docteur Elise. En effet, les massages et les autres douceurs font sécréter de l’ocytocine et de la sérotonine, hormone et neurotransmetteur t’aidant à lutter contre la dépression, favorisant ton sommeil, ta résilience, ton optimisme.

Prends soin de toi comme un coach

Après une ou deux semaines d’indulgence totale, tu vas continuer à prendre soin de toi, mais comme un coach : sport, soins du corps, lectures inspirantes et méditation, nouvelle coiffure et nouveau make up, shopping… là aussi tu vas te faire du bien et nourrir la confiance en toi que ton ex a détruite. Pense à cet objectif : « si je le croise, je veux qu’il me regrette amèrement. » Évidemment, tu auras souffert, tu te seras reconstruite… tu n’en voudras plus car tu sauras alors que tu mérites bien mieux qu’un homme qui n’a pas eu assez de discernement pour te garder.

Entoure-toi, ouvre-toi

C’est le moment d’oser te confier : à tes amies (sollicite leur présence près de toi), à ta maman, à ton journal, à un forum de femmes qui te ressemblent et qui seront ravies de te faire partager leur expérience de ce qu’il y a après la douleur, et de te rappeler qui tu es et ce que tu vaux !

Comprends et accepte le cycle du sevrage

Quand la science se penche sur ce qui se passe dans le cerveau et le corps d’un dépendant aux drogues et dans celui d’un amoureux, dépendant à celui qu’il aime, ils découvrent beaucoup de points communs.

Ceci explique que la rupture soit si douloureuse et l’oubli si difficile : c’est comme une désintoxication, un sevrage. Cette comparaison n’est pas là juste pour mettre l’accent sur la difficulté de ce que tu vis. Si tu comprends le mécanisme d’un sevrage, tu vivras mieux le processus que tu traverses.

Un sevrage n’est pas linéaire, il y a des hauts et des bas. Le tout est de savoir que quand tu es en bas, quand tu replonges, quand tu repenses à lui alors que ça allait mieux, tu n’es pas du tout revenue à la case départ ! Tu avances. En fait, les hauts et les bas vont alterner mais les bas vont être de moins en moins fréquents, et de moins en moins longs, jusqu’à n’être plus qu’un pincement au cœur d’une demi-seconde. Un jour, tu vas te rendre compte que ça fait très longtemps que tu n’as pas eu de bas. Ce sera fini, sans que tu t’en sois aperçue.

Rencontre-toi à nouveau…

Tu vas vivre cette période comme un temps privilégié avec toi-même. Tu vas t’observer dans l’épreuve. Comme tu es courageuse, comme tu es aimante, comme tu es sensible, comme tu es résiliente, comme tu es belle depuis que tu prends à nouveau soin de toi, comme tu sais te prendre en main, etc…

Rencontre-toi et tombe amoureuse de toi-même.

…mais attends pour rencontrer à nouveau 

En revanche, garde ton cœur à l’abris pour l’instant. Il est en convalescence. Si tu fais une rencontre, ton besoin de réparation affective et narcissique peut t’enlever ta clairvoyance. Ce n’est pas le moment de dater. Tu peux toutefois sortir et tester ton pouvoir de séduction, juste pour te souvenir à quel point tu plais, et à quel point, quand tu seras prête, ce sera facile de rencontrer quelqu’un.

Ajoute de la conscience dans l’expérience : l’importance de la méditation et des rituels 

Chaque chose que tu fais en ayant conscience de ton geste et de son sens a 10 fois plus d’effet, comme quand tu fais bien un exercice de fitness en visualisant les groupes musculaires sollicités, et en soignant ton mouvement. Tu vas vivre pleinement tout ce qui t’arrive au lieu de refouler tes émotions, te noyer dans le nutella et t’étourdir dans le travail (ça, c’est parfait pour survivre à la première semaine, mais après on arrête en s’autorisant d’y revenir pour les rechutes ponctuelles : sois douce et patiente avec toi-même tout en étant fixée avec discipline sur un objectif de guérison à moyen terme).Tu vas analyser tes émotions en les écrivant, tu seras surprise de l’accélération que provoque l’écriture dans le processus d’auto-analyse. Tu vas faire de la méditation, et ressentir les endroits de ton corps où se concentrent tes émotions douloureuses. Tu vas les inonder de lumière, faire circuler l’énergie dans ces zones nouées. Tu peux t’aider d’un thérapeute énergéticien.

Prie le matin, le soir, et à chaque moment de la journée. Si tu n’es pas croyante, adresse tes demandes à la vie, à l’univers : ces demandes formulées clairement et de manièrent répétées t’étonneront par leur efficacité. Ne demande pas que ton ex revienne : demande à être soulagée de la douleur. Demande à savoir comment te soigner, et à avoir les yeux ouverts sur tout ce qui va t’aider, te faire rire, te faire oublier.

Enfin, fais-toi des chaque geste post-rupture un rituel, solennel, magique ou drôle, pourvu que tu investisses pleinement chaque moment ou tu coupes les liens de ta douleur :

  • Quand tu ranges les souvenirs à la cave, tu enterres la relation.
  • Quand tu fais un simple gommage, tu fais peau neuve pour te débarrasser de ton ancien moi.
  • Quand tu te débarrasses de ses clés, ou de ses affaires, jette les ou fais-en des confettis avec ton girls gang pour lever les verres et t’applaudir.
  • Etc…

A toi d’imaginer comment tu vas adapter ces 13 clés de façon à te donner à toi-même un maximum d’amour et d’énergie. Tu le mérites tellement.

Elise
Elise

L’amour est ma valeur première. Je suis convaincue qu’en cherchant l’harmonie en couple, nous trouvons la part de nous-même la plus rayonnante. Alors soyons brillantes et influentes: aimons et vivons avec générosité et intelligence. Nous sommes fortes, nous sommes belles, nous sommes libres. Nous nous donnons le pouvoir, de Femme à Femme. Inspirons-nous les unes des autres pour changer nos vies et le monde qui nous entoure.

Télécharge ton PDF gratuitement

30 exercices pour Réussir sa Rentrée

TÉLÉCHARGER
close-link