Oprah Winfrey : comment j’ai surmonté le fait d’avoir été virée – et ce que j’en ai appris !

Après une enfance chaotique et violente, Oprah Winfrey met tout en oeuvre pour concrétiser ses objectifs professionnels. Après ses études et quelques expériences en journalisme, elle est engagée comme co-présentatrice du journal télévisé de 18h00 à Baltimore. Une consécration. Mais seulement quelques mois après cette promotion, elle est remerciée. A l’époque, elle est dévastée et pense avoir tout perdu. Elle reste cependant au sein de la même chaîne TV qui lui attribue une autre case horaire, dont l’audience est faible. Ce sera en réalité le point de départ de la carrière exceptionnelle de ce magnat des médias américains. Découvrez en 3 points comment Oprah a dépassé cet échec.

3points-300x67

1. Elle a appris des choses sur elle-même et ses compétences

Avant d’être sèchement virée du JT de Baltimore, Oprah Winfrey croyait qu’elle voulait devenir journaliste télé. Elle avait déjà travaillé dans ce domaine. C’était à Nashville. A 19 ans seulement, elle y devenait la plus jeune et la première journaliste TV noire. Mais cet échec lui a permis de comprendre que sa véritable vocation se trouvait ailleurs. Subir un échec professionnel permet souvent de faire un point sur ses compétences et sur ce qu’on veut vraiment.

« J’écrivais très mal, très mal. J’étais une bonne oratrice, mais ça me prenait plus de temps de rédiger les scripts. Du coup, j’ai eu pas mal de missions en direct, parce je savais mieux parler qu’écrire. »

« Au moment où j’ai quitté Baltimore, je savais de manière très claire que je ne voulais plus être journaliste TV. J’étais très mal à l’aise en faisant ce métier. »

« Mais je garde de bons souvenirs de Baltimore parce que ça m’a fait grandir et devenir une vraie femme. Quand je suis arrivée, j’étais naïve, j’avais moins d’expérience, je ne connaissais pas grand chose au métier ou à la vie. Baltimore m’a fait grandir. »

Même si sur le moment Oprah a éprouvé de la colère, elle n’a pas laissé ce sentiment l’envahir. Elle a accepté la nouvelle proposition de la chaîne.

À LIRE AUSSI :  4 clés pour gérer son temps et ses priorités dans sa carrière

2. Elle a saisi une nouvelle opportunité

Au lieu de présenter le journal de 18h00, la chaîne l’a mise sur une case horaire moins regardée mais surtout moins prestigieuse, ce qu’elle a vécue comme une humiliation.

« Le directeur général m’a appelée dans son bureau, et j’ai pensé qu’il s’agissait d’un Poisson d’Avril quand il m’a dit : Nous avons d’autres plans pour toi, nous allons te mettre sur la case matinale, où tu vas pouvoir briller seule. »

Il s’agissait d’un talk-show sur le déclin “People Are Talking” (“Les gens ont la parole”). Mais Oprah a accepté et a fait de ce programme le sien. Si bien qu’en 1984, elle est recrutée à Chicago pour redresser l’audience d’un autre talk-show. L’année suivante, il était rebaptisé “The Oprah Winfrey Show” avec le succès qu’on connaît.

« Je n’avais aucune idée de ce dans quoi je me lançais ou que cette période allait devenir la plus formatrice de ma vie d’adulte. Ça m’a secouée au plus profond de moi-même et à l’époque, je ne le savais même pas. »

Parfois, un échec est la meilleure chose qui puisse arriver. Les plus grands succès de ces dernières années ont été rendus possibles grâce à des échecs. Oprah Winfrey n’a pas dérogé à la règle.

À LIRE AUSSI :  S’adapter à un nouveau boss en 4 étapes

3. Elle a suivi son instinct

Pour surmonter le fait d’avoir perdu sa place de journaliste TV, Oprah a décidé d’agir plus en accord avec elle-même, ses valeurs et d’aller plus loin, d’apporter sa touche personnelle et d’accompagner les gens dans leur vie.

« Un jour, je suis retournée voir une famille le lendemain d’une émission. Ils avaient tout perdu dans un incendie et je leur ai apporté quelques draps et d’autres choses. Et l’assistant du régisseur m’a dit combien c’était grave et que si je le faisais à nouveau et que l’équipe l’apprenait, je risquais d’être virée, parce que là je m’impliquais dans la vie des autres. Ce qui est vrai, normalement, on est juste là pour couvrir un événement, pas pour s’impliquer autant, mais… »

Bien qu’à l’époque, la chaîne TV de Baltimore lui mettait des barrières, Oprah a toujours suivi son instinct. En restant travailler pour la chaîne ou en faisant partie de la vie des gens et leur permettre de s’élever. Cette bonté lui a permis d’être appréciée et suivie par des centaines de milliers de spectateurs fidèles.

L’instinct ne doit pas être négligée dans les périodes d’échec. C’est grâce à lui que maintenir le cap est possible. Rebondir aussi.

À LIRE AUSSI :  7 leçons puissantes que Iyanla Vanzant nous a apprise

Les succès et accomplissements d’Oprah Winfrey ne se comptent plus. Par la force de sa volonté, elle est parvenue à construire un empire médiatique en partant de rien, en étant femme et noire dans une Amérique particulièrement hostile à des personnes comme elles à l’époque. Elle a fortement marqué la culture populaire et l’Histoire de son pays et du monde, et continue d’apporter sa contribution au monde avec ses Lifeclass, des conversations inspirantes avec Oprah Winfrey sur des thèmes liés à la vie. Preuve que cet échec, et sans doute d’autres auxquels elle a dû faire face, sont bénéfiques au final.

Tamara Argentin
Rédactrice pour la rubrique “Icônes ». Journaliste rédactrice et Community Manager, l’écriture est ma passion. J’espère qu’à travers mes mots je saurai vous inspirer et vous permettre de vous élever.

Leave Your Reply