#LesCoulissesduneVictoire : les 6 techniques d’un storytelling efficace

Lundi 8 mai au soir, tu faisais peut-être partie des 4,4 millions de téléspectateurs qui étaient devant TF1 pour découvrir le documentaire français Les Coulisses d’une victoire. Comme tu as sans doute pu le voir, il s’agissait de dévoiler les coulisses lors de la course à la présidence du candidat Emmanuel Macron devenu Président. Dans la même lignée que le documentaire français Un Temps de président diffusé en 2015, qui dépeignant un François Hollande méconnu, Les Coulisses d’une victoire a utilisé des techniques propres à ce type de format. Objectif : séduire l’audience en présentant les choses sous un autre angle, en l’occurrence Emmanuel Macron dont la popularité n’est pas aussi importante qu’on pourrait le penser. Voici en 6 points comment raconter efficacement une histoire en politique.

Équipe de campagne Emmanuel Macron

On parle souvent de storytelling pour les marques, mais elles sont loin d’être les seules à en faire usage. En fait, le storytelling, c’est raconter une histoire sur un produit, un personnage ou même un homme politique pour mieux le « vendre » ou changer la manière dont il est perçu. On entendrait presque Olivia Pope dire à ses clients ou à son équipe : «  Il faut raconter notre propre version de l’histoire » ou encore « À nous de raconter une autre histoire. »  Il y a quelques années, les commentateurs politiques saluaient Barack Obama pour son utilisation efficace de cette méthode de communication. En France, la classe politique a elle aussi de beaux coups à son actif. Ce procédé permet de persuader une audience que le produit est bon ou solide ou qu’un candidat est humain, fiable, authentique par exemple. Un storytelling efficace met son bénéficiaire en position de contrôler l’histoire qui est racontée et ainsi de pouvoir anticiper le dénouement de l’histoire.

 1. Reprendre les codes de la success story

Victoire d'Emmanuel Macron

La success story force l’admiration de tous, du petit ouvrier au grand PDG, car elle suppose d’être parti de rien et d’avoir gravi les échelons de la société à force de travail et de volonté, comme Jan Koum, fondateur de WhatsApp, ou un couple comme les Chang, fondateurs de Forever 21.

Pour aider les téléspectateurs à comprendre comment Emmanuel Macron a su se hisser au plus haut sommet de l’État grâce à son seul travail, Yann L’Hénoret emprunte les codes de la success story justement. Ainsi, on découvre Emmanuel Macron comme un « petit » candidat parti de rien politiquement puisqu’il n’a jamais été investi d’un mandat électoral. Dans ce documentaire, il apparaît comme un candidat isolé, puis hors parti traditionnel dès avril 2016 en fondant « En Marche ! ». Les nombreux ralliements qui s’ensuivront, notamment celui de François Bayrou sont eux aussi valorisés. Côté travail, on le voit travailler ses discours, les répéter, consulter son équipe et échanger avec elle.

À LIRE AUSSI :  Les 10 règles du succès selon Bill Gates

Emmanuel Macron travaillant avec son équipe

Grâce à cet angle, exit la caricature de banquier d’affaires cupide et profitant du système qui lui colle à la peau. En réalité, Emmanuel Macron a bien fait fortune dans la banque, jusqu’ici rien de répréhensible. En revanche, ses nombreux soutiens de politiques et hauts conseillers d’État, notamment Jacques Attali et même François Hollande lui-même, sont bien réels et sont loin de faire de lui un « petit » candidat. Mais dans le documentaire, le storytelling est imparable.

2. Créer du suspense

Sibeth Ndiaye équipe de campagne de Macron

Le suspense est un des ressorts du story telling qui fonctionne le mieux car il fait appel aux sentiments primitifs et donc à l’instinct. On y répond donc naturellement. Ici l’objectif est double : rendre l’histoire moderne et distrayante en changeant de rythme et élargir la cible et ainsi convaincre les plus jeunes que ça peut être fun de regarder un docu politique. On trouve plusieurs exemples de l’utilisation du suspense dans Les Coulisses d’une victoire, notamment François Hollande annonçant ne pas se représenter. Idem pour le moment auquel Sibeth Ndiaye part en courant en découvrant dans la presse une interview qui pourrait faire du tort au candidat Emmanuel Macron. Le réalisateur a accompagné cette séquence d’une musique cadencée et un peu angoissante qui fait revivre cet événement au téléspectateur, mais du point de vue des coulisses cette fois. Un vrai film d’aventures en somme.

3. Rendre authentique, humaniser

Le couple Macron

Dans ce documentaire, Emmanuel Macron n’est pas seul. Le réalisateur a mis en valeur son équipe. Il les nomme, les fait parler et leur donne ainsi un vrai rôle. Un des objectifs de ce storytelling est à travers eux, rendre le candidat puis président, authentique. Le choix de ne pas avoir ajouté de voix off participe à immerger le téléspectateur dans la vie d’Emmanuel Macron, dans son émotion de l’époque, et donc de s’identifier à lui.

À LIRE AUSSI :  Dana Chanel : Comment j'ai quitté le striptease pour créer un puissant ministère de Dieu en ligne

C’est rendu possible grâce à l’accent qui a été mis sur les rapports entre Emmanuel Macron et son équipe. Justement parmi l’entourage du jeune président, deux femmes sont apparues comme les piliers du candidat. Naturellement sa femme Brigitte Trogneux, conseillère et soutien émotionnel. L’autre femme importante de son entourage proche, c’est Sibeth Ndiaye. Elle est là en interview et aux réunions d’équipe. Elle a été surnommée la Olivia Pope française.

Sibeth Ndiaye

Des révélations autour des conditions de tournage ont aussi aidé à présenter Emmanuel Macron comme quelqu’un de simple. Ainsi, le réalisateur a confié que Macron avait été très accessible, avait rapidement accepté d’être suivi même pendant une période aussi intense qu’une campagne présidentielle, et ce en n’exigeant que très peu de conditions. Il n’avait pas non plus demandé à avoir un droit de regard sur le montage final. Comme pour renforcer son image de président authentique et normal…

4. Élaborer un récit dynamique

Quand on raconte une histoire, sa forme est primordiale, sinon le résultat que tu recherches ne sera jamais atteint. Pour ce documentaire politique, c’est pareil. Comme pour un film ou un clip, le montage est crucial, tout comme le choix de la bande originale ainsi que la police des sous-titres. Tout a une fonction. Les Coulisses d’une victoire a duré 1h30. Cependant, comme pour un bon film, le temps n’a pas paru long, au contraire. Le montage y est pour beaucoup. Entre des meetings, interviews, discussions de couloir, etc. tout s’enchaîne parfaitement bien. Pas de lourdeurs ou d’incompréhensions. Le tout est dynamique et accessible au plus grand nombre.

5. Créer l’exclusivité

Promotion Les Coulisses d'une victoire

Le grand public ne savait rien de l’existence de ce documentaire politique. Tout a ététenu secret jusqu’à la veille au soir. Cette manière de communiquer  a suscité la curiosité des téléspectateurs, surtout après une campagne aussi éprouvante que celle qu’a connue la France ces dernières semaines. Beaucoup de choses ont été dites, des attaques sur la personnalité et la vie privée ont été faites. Sur le plan marketing, faire découvrir en exclusivité le ressenti de l’actuel président durant tous ces moments-clés qu’ont vécu les Français est un argument fort.

À LIRE AUSSI :  4 signes qui montrent que vous devenez une femme de succès

Macron sur scène

Si des interviews ont été accordées pour des portraits ou des livres portant sur Emmanuel Macron, Yann L’Hénoret et son équipe étaient les seuls à l’avoir suivi durant cette campagne présidentielle. Cependant, 2 autres documentaires portant sur d’autres moments de la vie d’Emmanuel Macron devraient être diffusés prochainement.

6. Associer votre projet avec un symbole reconnu et respecté

Emmanuel Macron en confcall avec Barack Obama

Le joker ultime d’Emmanuel Macron est sans aucun doute Barack Obama, symbole pour la frange peu politisée du grand public, de grand président américain, grand défenseur de la liberté et de la paix, authentique, intègre et fidèle, dont les 8 années de présidence n’ont été entachées par aucun scandale sexuel, ni financier.  Barack Obama est cool, jeune, démocrate, progressiste, bref à la mode.

Une confcall avec lui et son soutien en vidéo a agi comme un énorme coup de pouce outre-atlantique et participe à faire apparaître Emmanuel Macron comme un président à la stature internationale, respecté par les plus grands chefs d’État du monde. Loin d’Hollande et son apparente mollesse ou de Sarkozy et sa légendaire agressivité, en somme.

Avec Les Coulisses d’une victoire, le téléspectateur est plongé dans l’intimité et le secret d’une campagne présidentielle, au plus près du candidat.

Comme les émissions de télé réalité telle que L’Incroyable famille Kardashian ou des séries comme Scandal ou House of Cards, les documentaires politiques et plus largement le storytelling politique usent des mêmes codes. Ainsi on retrouve l’importance de faire appel à l’imaginaire commun avec des paraboles ou images positives communes à tous, de sorte à en faire des héros modernes. Il y a aussi une volonté de rendre les « personnages » de ces fictions ou documentaires, simples mortels mais bénéficiant d’une vie extraordinaire. Le montage, les musiques et les sous-titres sont autant d’éléments qui rendent le « programme » accessible et surtout convaincant. Car un programme convaincant, c’est une programme qui a su toucher sa cible et la séduire.

Tamara Argentin
Rédactrice pour la rubrique “Icônes ». Journaliste rédactrice et Community Manager, l’écriture est ma passion. J’espère qu’à travers mes mots je saurai vous inspirer et vous permettre de vous élever.

Leave Your Reply