Girls Trip : Ryan, un modèle de réussite ?

Girls trip sort dans les salles françaises mercredi 13 décembre. Les retrouvailles des Flossy Posse, la bande de copines déjantées après cinq ans d’absence se fait à l’initiative de Ryan. Elle semble être la seule  à avoir tout réussi : une brillante carrière et un mariage avec une ancienne star du football. Mais ce voyage va venir remettre en question la réalité de cette vie en apparence parfaite.

Avoir tout

Ryan (Regina Hall), a épousé son amour de fac, ancien footballer superstar. Ensemble, ils sont en train de bâtir un empire autour du symbole qu’ils sont devenus : un couple parfait au sein duquel carrière professionnelle et union conjugale se marient parfaitement. Pour beaucoup, Ryan est la preuve vivante que les femmes peuvent tout avoir, sans être forcées de choisir entre l’ambition et un foyer stable. C’est d’ailleurs le credo de cette quarantenaire rayonnante et le rêve qu’elle transmet aux gens. Avec son époux, elle parcourt le monde pour animer des conférences et faire de son exemple un modèle pour ses congénères. Elle doit cette fois prendre la parole lors du Festival annuel Essence, événement incontournable autour de l’émancipation des femmes noires.

À cette occasion, elle réunit sa bande de copines pour un voyage entre filles, qui marque leurs retrouvailles après cinq ans. Au programme, le travail bien sûr, mais surtout la fête, les copines et les règlements de compte. Ryan, que le monde admire et qui a ses entrées dans les lieux les plus select de la planète n’est pourtant qu’une femme comme les autres, soumise aux aléas de sa condition. Lorsque le business et le mariage sont liés, peut-on vraiment être objectif sur sa situation maritale ? Mariée certes, mais à qui ? La réalité est que Ryan est celle qui a offert à sa moitié une reconversion fructueuse dans le domaine du coaching et qu’il n’est pas grand-chose sans elle. Or, comme souvent, elle pense n’être personne sans lui. Ce week-end avec celles qui la connaissent le mieux va la mettre face à ses responsabilités et l’obliger à regarder la vérité en face.

Cendrillons des temps modernes

La société exige des femmes, à partir d’un certain âge, qu’elles deviennent de parfaites épouses. Elles sont d’ailleurs éduquées en ce sens et la construction d’un foyer solide prime sur les aspirations professionnelles. Si aujourd’hui les femmes assument leur ambition et leur désir de faire carrière, elles doivent encore lutter contre les préjugés de la société, car, le célibat est perçu comme une malédiction et le refus d’enfanter comme une hérésie. Et elles l’ont elles-mêmes intégré.

Dans l’ouvrage « Les femmes mal aimées », la psychanalyste Mariela Michelena décrit le piège dans lequel s’enferment les femmes d’aujourd’hui, en prenant pour point de comparaison le mythe de Cendrillon. Si dans le conte de Perrault la princesse déchue est réhabilitée lorsqu’elle trouve chaussure à son pied et épouse son prince, nous sommes pour la plupart des contre-cendrillons. En effet, pour vivre le mythe, nous sommes prêtes à nous amputer de nos orteils ou à nous contorsionner afin que notre pied entre dans une chaussure qui n’est en fait pas à notre taille. Le mal amour ne signifie pas ne pas être aimé, mais plutôt ne pas l’être comme on le mérite. Ainsi, toutes les patientes de Mariela Michelena sont embourbées dans des relations néfastes. Par peur d’être seules, moquées, mises à l’écart, ces femmes portent la culpabilité de ce qui leur arrive comme si elles payaient une faute et l’expiaient dans les bras d’hommes qui ne savent pas les valoriser. Pour cela, elles n’hésitent pas à revoir leurs exigences à la baisse, à refouler leurs attentes pour descendre au niveau de l’être aimé et à fermer les yeux sur ses incartades. Elles créent ainsi une dépendance et sont certaines de ne pouvoir vivre sans lui, de n’être rien sans lui, quels que soient les efforts qu’elles aient fournis pour atteindre un statut important dans la société. D’ailleurs, Regina Hall, dans sa vie personnelle, a bien connu les affres des relations amoureuses douloureuses, elle qui à la suite d’un chagrin d’amour avait tenté d’entrer dans les Ordres.

De celles qui ne veulent pas renoncer à l’un ou à l’autre, on attend qu’elles réussissent à combiner parfaitement vie professionnelle, vie amoureuse et maternité. Une injonction qu’il  n’incombe pas aux hommes de respecter et ajoute une pression supplémentaire sur nos épaules. Avoir tout signifie triompher de tout. Dans cette course à la perfection, la question la plus importante reste : est-on obligé de tout avoir ? Et que signifie ce tout ? Heureusement, Ryan pourra compter sur ses fidèles amies pour la soutenir à ce tournant de son existence. Girls Trip est une réponse amicale aux drames personnels, qui rappelle que les amies sont ce tout et que réussir à bâtir une relation sincère, éternelle avec elles est la plus difficile et la plus satisfaisante des réussites.

Rendez-vous en salles le 13 décembre pour le film de cette fin d’année !

Sarah Kouaka

REJOINS LA
#TEAMFI

 
Pour recevoir ta dose de motivation
et être au courant de nos évènements
avant tout le monde
S'ABONNER
close-link