Les 4 Étapes Pour Vaincre l’Infidélité

 

Précédemment, nous avons abordé les 5 indices de l’infidélité, aujourd’hui voyons ensemble les 4 étapes pour vaincre ce fléau.
L’infidélité n’est que très rarement anodine et sans origine. Elle puise malheureusement ses forces dans la faiblesse d’une union, et beaucoup plus loin que ce que l’on pourrait l’imaginer… Elle remonte souvent dans des blessures d’enfance. On parle alors d’infidélité générationnelle. C’est important de prendre cela en considération, car elle est trop souvent négligée. Les partenaires en quête de solutions se retrouvent quelquefois dans une impasse sans trop comprendre la cause. Nous savons tous que les blessures existentielles de l’enfance déterminent plus ou moins l’adulte que l’on sera.
Comment mettre un plan d’action efficace et opérationnel pour vaincre l’infidélité si tous les éléments susceptibles de nourrir cette infidélité ne sont pas exploités ?
Lorsque l’infidélité est constatée, cela fait inévitablement l’effet d’un coup de massue sur la tête. Alors 2 solutions s’offrent au partenaire victime de cette douloureuse expérience : continuer en faisant cavalier seul ou tourner la page et continuer à écrire l’histoire de son union. Il n’y a pas de meilleure solution. La meilleure solution, c’est celle où chacun trouve son compte sans de nouveau léser sa moitié. À chaque histoire, sa solution. Et si vous choisissez de tourner la page, voici 4 étapes qui vous permettront d’y arriver.
« Ceux qui échouent à apprendre de l’Histoire se condamnent à la répéter. »
– Winston Churchill –


1. Faire face à l’inacceptable :

Quand l’infidélité brise un foyer en mille éclats

Aucune infidélité n’arrive sans raison. Tout comme aucune infidélité n’arrive sans avertissement. Est-ce à dire que le partenaire trompé en porte la responsabilité ? Les 2 conjoints sont souvent co-responsables du déséquilibre qui amène à cette tromperie. Même si l’infidèle reste seul(e) responsable de sa décision de passer à l’acte. 

Et même si ce n’est jamais justifiable, on peut tourner une infidélité à l’avantage du couple.

 

Pour ce faire, il faut que trompeur et trompé en connaissent les vraies raisons, reconnaissent leur part de responsabilité dans le déséquilibre qui a amené à l’infidélité, travaillent sur eux-mêmes et leur couple pour faire disparaître les éléments favorisant l’infidélité en réévaluant la relation de couple et en refaisant un nouveau contrat.

 

Le partenaire trompé doit évidemment apprendre à pardonner et à refaire confiance. L’infidèle doit, lui, mettre fin à la relation adultère et modifier son comportement. Il doit aussi se débarrasser de sa honte et de sa culpabilité.
L’annonce ou la découverte d’une trahison est presque toujours explosive. Il existe toutefois des moyens de minimiser les dégâts : être motivé par un réel désir d’améliorer la relation, être le plus calme possible, choisir le moment pour en parler, rassurer son partenaire sur son amour pour lui, éviter l’hostilité et les comportements accusateurs et défensifs, utiliser les techniques de communication efficaces, prendre tout le temps nécessaire pour faire parler son partenaire, répondre à ses questions sans être trop explicite (le partenaire à le droit de savoir certaines choses), accepter sa colère, ne pas espérer un pardon immédiat, ne pas s’enfermer dans le silence, mais parler de ce qui est arrivé, être sincère et, comme nous le disions précédemment, interrompre la liaison pour rétablir sa crédibilité.

 

Le partenaire blessé doit confronter son partenaire avec ses doutes, être direct (« Je pense que tu me trompes »), ne pas envoyer de doubles messages (« Si jamais tu me trompes, je te quitte« ), regarder son partenaire dans les yeux et poser la question, essayer de comprendre que son partenaire passe aussi un mauvais moment et qu’il est tenaillé par la culpabilité, la colère, la peur, la tristesse, la honte.
Le conjoint trompé doit, de plus, ne pas en rajouter sous peine que l’infidèle s’enferme dans un silence. Il ne doit pas non plus s’excuser ou dire « Tout est de ma faute. » Il a le droit d’exiger que la liaison cesse. 

Le partenaire trompé doit comprendre qu’il sera difficile pour son conjoint de mettre fin à une liaison somme toute satisfaisante et excitante, relation qui puise parfois ses racines dans les souffrances de l’enfance. Pardonner une telle incartade n’est pas chose facile, mais c’est essentiel. Le partenaire infidèle doit, de son côté, prendre conscience des dégâts provoqués par son acte et accepter de se remettre en question afin de régler, seul ou avec un thérapeute, les blessures de son passé.

 

Ce sont les 2 partenaires qui doivent évaluer si leur relation de couple vaut la peine d’être sauvée, rétablir et respecter les règles de la fidélité, être prêts à combattre ensemble les fantômes d’un passé lointain (enfance) et soudainement rapproché (l’infidélité) ; et se questionner réciproquement sur leur relation amoureuse et leur attirance sexuelle.

2. 

La thérapie de l’infidélité :

Nécessaire à chacun des partenaires, peu importe l’issue de leur union

Du strict point de vue du couple, l’infidélité est inacceptable, car elle sape la confiance nécessaire au projet du couple. L’infidélité est aussi une insulte, une véritable gifle. La colère – réaction compréhensive lors de la découverte d’une infidélité – est une émotion très corrosive. Refoulée, elle finira par exploser en détruisant tout sur son passage. Dirigée contre l’infidèle, elle augmentera le déséquilibre. Toutefois, cette colère pourrait sauver le couple si elle est orientée vers le véritable responsable de l’infidélité : le déséquilibre conjugal – source de l’infidélité – au lieu d’être dirigée contre le conjoint ou retournée contre soi. Si elle n’est pas transformée en vengeance, et se libère de façon acceptable, sans jugement, elle permet de faire un bilan rétrospectif qui permet de reconnaître les erreurs sans culpabilité.
Le véritable responsable de l’infidélité se trouve généralement dans la dynamique déséquilibrée du couple. 

Il n’est pas facile de passer de la colère au pardon afin de retrouver l’amour. Ce processus peut prendre plusieurs mois. Au début, le trompé sera obsédé par l’événement, il aura du mal à dormir, de multiples questions envahiront sa pensée ; il pourra même devenir anorexique, boulimique, non-productif, dysfonctionnel, suicidaire ; il pourrait même avoir des idées meurtrières.

3. 

La peine d’amour :

Quand le cœur saigne, il faut tout de même relever la tête

Les 2 partenaires impliqués par une infidélité ont chacun une peine d’amour à vivre. Le partenaire trompé à l’impression qu’il ne pourra plus jamais faire confiance ni aimer à nouveau. Le partenaire infidèle craint de ne jamais plus retrouver un amour aussi parfait. Tous deux ont un deuil à vivre.
Comme tout deuil, les deux conjoints doivent passer par 4 étapes : la dénégation, la colère, la culpabilité et l’acceptation. Le couple doit vivre ces phases avant de pouvoir se pardonner et renaître. Le processus demande beaucoup de courage, de détermination, d’énergie et de temps, mais la récompense finale est la naissance d’un amour réel, quoiqu’imparfait. 

Vous ne pourrez pas pardonner ni changer votre vie tant que le ressentiment, l’amertume et la douleur vous habiteront, tout comme vous ne pouvez pas nier la présence de votre vide intérieur.
Il n’est pas question ici de demander aux partenaires trompés de cautionner l’infidélité de leur conjoint, non. Car ce serait l’encourager. Le partenaire trompé doit plutôt chercher à comprendre ce qui est à l’origine de l’infidélité pour pouvoir progresser dans le pardon et la renaissance du couple.

 Le partenaire infidèle doit renoncer à sa relation adultère, s’autoriser à ressentir cette perte, regarder les dommages provoqués autour de lui, pleurer son roman d’amour et chercher les véritables raisons de son infidélité. Il doit prendre ses responsabilités.

4
. Le pardon :

Ultime étape exutoire

Viendra un moment où vous sentirez que vous êtes prêt à pardonner. Il est important d’y arriver, car le pardon n’est pas quelque chose que nous accordons à autrui, mais plutôt un cadeau que nous nous faisons à nous-mêmes en assumant notre colère, notre perte, notre culpabilité et notre vide. Pardonner signifie que nous reconnaissons l’enfant blessé en nous, en votre partenaire, en chacun de vos parents. Pardonner veut dire comprendre, cesser de juger, oublier l’obsession de l’infidélité, rebâtir la confiance mutuelle, recommencer à aller au-devant de l’autre, favoriser la communication, revaloriser la fidélité et favoriser les embrassades. Pardonner, c’est retrouver l’estime de soi. Ne pas pardonner, c’est comme si vous avaliez du poison en espérant que l’autre soit malade.

 



La partie la plus difficile du processus de pardon concerne la sexualité, surtout si l’adultère a été consommé dans le lit conjugal. La sexualité interdite nous fascine, mais peut devenir une véritable obsession, d’où l’importance pour le partenaire infidèle de ne pas donner d’informations sur les détails concernant la sexualité. Si vous décidez de pardonner à votre conjoint infidèle, ne vous punissez pas en refusant de faire l’amour. Sinon, mieux vaut vous séparer.

 

Pour prévenir l’infidélité, exprimez verbalement et physiquement votre amour chaque jour, n’attendez pas la perfection ni de vous ni de votre partenaire ; ne vous retirez pas dans le silence ; apprenez à exprimer adéquatement votre colère ; conservez une attitude positive à propos du changement ; faites de votre couple une priorité et faites-vous mutuellement des confidences.

 

Pour éviter que les infidélités se renouvellent, vous devez découvrir les vraies raisons qui vous ont fait choisir ce partenaire, apprendre à aimer la personne réelle qui vous a séduit, garder les canaux de communication ouverts, apprendre à vous disputer dans le respect, partager vos peurs et préoccupations, apprendre à rire et pleurer avec votre partenaire, re-négocier régulièrement les termes de votre union et établir vos limites.

 

Si vous avez tout essayé et que rien n’a fonctionné, y compris la thérapie, le divorce peut devenir la meilleure solution. Contrairement à la croyance populaire, il faut beaucoup de courage pour divorcer. Il est toutefois conseillé de consulter un thérapeute avant votre décision finale ; vous pourrez alors partir l’âme tranquille en vous disant que vous avez vraiment tout essayé.
Chaque histoire d’amour est différente, gardons en tête que ces solutions se mettent en pratique au cas par cas. Vos choix vous appartiennent. Quitter ou rester, vous seule savez quelle décision sera libératrice. Face à cette souffrance, laissez-vous du temps. Distinguez blessure d’amour et d’amour-propre. Car même si vous pouvez avoir une part de responsabilité, vous n’avez pas pour autant provoqué ni encouragé cette liaison. Choisir de reprendre son couple en main et de le sauver après une telle humiliation est une véritable preuve d’amour et de générosité. Et n’oubliez pas que si votre couple réussi à surmonter cette épreuve, beaucoup de difficultés que vous rencontrerez par la suite vous sembleront bien superficielles…

Odélya
Odélya

Rédactrice Love chez Femme d'Influence & Working Mama. Etudiante en licence management social & en journalisme multimédia. Le savoir est une arme alors je charge mes munitions. Que ma plume puisse impacter vos habitudes.

Télécharge ton PDF gratuitement

30 exercices pour Réussir sa Rentrée

TÉLÉCHARGER
close-link