Comment je suis passée de 45 000$ à 150 000$ par an avec ces simples changements d’habitudes

Il n’y a pas si longtemps, Brittney Pappano, une consultante américaine, avait l’impression de subir les circonstances et événements de la vie et de ne pas vivre pleinement comme elle le devrait. Elle s’est prise en main et gagne aujourd’hui environ 150 000 dollars par an. Pour le webmagazine américain xoNecole, elle raconte comment elle s’est transformée pour atteindre ses #lifegoals.

« Gagner de l’argent, c’est fondamentalement comme un jeu. »

C’est comme pour n’importe quel jeu : une fois que tu en connais les règles, généralement, c’est plus facile de gagner.

Règle numéro 1 : la quantité d’argent qu’une personne gagne est directement liée à son développement personnel.

Au cours des 5 dernières années, j’ai plusieurs fois doublé mes revenus. À chaque fois, c’était surtout parce que j’avais fait un travail sur moi. J’ai remis en question ma manière de vivre, ce en quoi je croyais. J’ai fait un travail pour guérir de vieilles blessures, sur ma foi, sur mes compétences et mes capacités. Je me suis élevée pour atteindre le rang d’une personne qui touche le genre de revenus que je cherchais à gagner.

J’ai passé les 4 premières années de ma carrière dans une grande entreprise internationale de consulting. De l’extérieur, ça paraissait être le job parfait, mais en fait, avec ce poste prestigieux, il y avait beaucoup de pression et de paperasse et je ne me sentais pas à ma place en fait.

J’avais aussi 1, parfois 2, jobs en complément, juste pour me faire de l’argent en plus. J’ai tout fait : je démarchais des clients, j’ai été hôtesse pour des événements aussi. Malgré tout ce taff, je me faisais seulement autour de 45 000 dollars par an. C’était beaucoup de travail et d’énergie pour de si petites sommes.

Aussi, je n’étais pas heureuse dans ma vie, ni en accord avec moi-même. Je vivais dans un appart qui ne me plaisait pas. Je passais la plupart de mes soirées à regarder la télé. Mes amis et mes collègues devenaient propriétaires, voyageaient, et vivaient une vie plus riche, plus remplie que la mienne.

Finalement, j’en ai eu marre de vivre comme ça et j’ai commencé à travaillé sur moi, sur ma personne.

À 24 ans, j’ai pris conscience que personne n’allait venir me sauver et que c’était à moi de me sauver moi-même en fait.

J’ai résilié mon abonnement au câble et j’ai commencé à aller à la salle de sport, à lire des livres qui parlent de développement personnel, de la vie, d’argent. Je me suis mise à cuisiner et à manger plus sain. J’ai aussi commencé à penser par moi-même, plutôt que comme on nous dit de penser, et aussi à me concentrer sur les bonnes choses dans la vie, plutôt que sur les choses qui ne vont pas.

Ce n’était pas facile, mais j’étais déterminée à me créer une vie meilleure. Ça m’a pris au moins 2 ans de développement personnel avant que ma vie soit en accord avec ma vie intérieure.

Rapidement, avant de m’en rendre compte, j’avais remboursé plus de 10 000 dollars de dettes liées à ma carte de crédit grâce aux principes que j’avais appris sur l’argent. Là, je me suis donné pour objectif de gagner 60 000 dollars par an. Ça faisait beaucoup et je ne savais pas comment j’allais atteindre ce goal, ni si j’allais l’atteindre tout court. Mais quelque chose en moi croyait que c’était possible.

À cette époque, j’avais parlé de cet objectif à ma thérapeute. Sa réponse m’avait choquée : elle m’a dit que cette somme était une bonne estimation. Et elle a même ajouté avec tendresse que je devrais viser 75 000 dollars par an plutôt. Pas parce que 75 000 était un nombre magique, mais parce que je valais cette somme en fait.

75 000 dollars. Ça paraissait être un objectif fou. Comment quelqu’un comme moi pourrait gagner ce genre de revenus ? Comme bagage professionnel, je n’avais qu’une licence et quelques années d’expérience. Comment j’allais faire pour concrétiser mon souhait ? Le fait que ma thérapeute croie en moi et pense que je puisse prétendre à 75 000 dollars par an, m’a aussi fait croire que c’était possible.

Quelques mois plus tard, une amie et collègue m’a contactée parce que sa boîte de consulting recherchait quelqu’un pour un poste en particulier et elle pensait que je serais parfaite pour le job. Quelques entretiens plus tard, j’avais une offre pour ce poste qui s’élevait exactement à 75 000 dollars par an. Et comme, grâce à tout ce travail que je faisais sur moi, je commençais à prendre conscience de combien j’étais puissante et de ma valeur, j’ai eu le cran de demander 80 000 dollars par an et… la boîte de consulting de mon amie a accepté !!!!

Le jour où je suis passé de 45 000 dollars par an en faisant 2 jobs, à 80 000 dollars en en faisant plus qu’un, fut l’un des jours les plus profonds de ma vie. C’est comme si j’avais gagné au Loto. Je me souviens avoir pleuré, d’avoir été submergée par la joie à cette seule pensée : comment cela a-t-il pu arriver à quelqu’un comme moi ?

C’est arrivé grâce à tous les changements que j’ai faits dans ma vie et en moi. Ça a littéralement payé !

Une fois que j’étais parvenue à gagner 80 000 dollars par an, je savais que j’étais sur la bonne voie. Alors j’ai fixé mon nouveau goal pour mon salaire : 100 000 dollars par an. Et je voulais avoir ma propre entreprise aussi.

Après avoir fixé cet objectif, j’ai continué à me concentrer sur moi et mon développement, parce que je savais que ma vie avait changé grâce à ce que j’avais amélioré de ce côté-là.

J’ai fait ce qu’il fallait et j’ai acquis une meilleure compréhension de ce que représente ma valeur. Et je suis allée encore plus loin dans ma transformation pour devenir la femme que je savais que je pouvais être. J’ai commencé à assister à des séminaires en ligne, à méditer et poursuivi tout ce que j’avais entamé auparavant.

Mais en me développant, les défis auxquels je devais faire face sont eux aussi devenus plus grands. Contre toute attente, j’ai fini par être remerciée par la boîte de consulting de mon amie, seulement 1 an après les avoir rejoint. J’étais effondrée. Je me disais que je commençais tout juste à gagner plus qu’il n’en fallait pour payer mes factures et économiser.

Et là, je me retrouvais sans travail.

Quand j’ai été virée, j’ai pu gérer comme une grande. Je n’aurais jamais pensé que je pouvais encaisser quelque chose d’aussi grave avec autant de grâce. Mais j’ai choisi de voir cet échec comme une opportunité pour créer quelque chose d’encore mieux pour ma vie.

Et ce fut le cas.

Au lieu d’accepter n’importe quel boulot qui me permettrait de joindre les deux bouts, j’ai continué à travailler sur mon développement personnel, tout en écumant les annonces pour trouver un poste qui nourrirait ma passion. Je me voyais dans ces postes, et après environ 6 mois sans poste, une opportunité s’est présentée à moi. Ça me permettait de lancer ma propre entreprise et de gagner plus de 150 000 dollars par an.  Une amie et collègue qui connaissait ma situation m’a présentée au boss d’un grand projet dont elle faisait partie. Il recherchait un consultant. Après quelques entretiens téléphoniques, le poste était pour moi. J’ai enregistré mon entreprise auprès des autorités compétentes et ouvert un compte pour mon business la semaine suivante !

Ce fut un autre profond moment de ma vie, un moment décisif. Je l’avais encore fait. En un an, j’avais concrétisé mes deux goals après l’avoir décidé. Mais le plus important, c’est que j’avais évolué à un meilleur niveau de moi-même et j’étais donc prête pour le prochain niveau de réussite.

Quand j’ai commencé à faire du développement personnel, c’était animé par la peur. Peur de ne jamais déménager de la maison minable dans laquelle je vivais, et d’être coincée dans un boulot que je n’aimais pas. Peur de vivre au jour le jour, paye après paye, pour le reste de mes jours. Peur de ne peut-être jamais vivre la vie remplie que je savais possible. En se concentrant constamment sur cette peur et ce que je n’aimais pas dans ma vie, je n’ai fait qu’attirer encore plus de peur et de problèmes dans ma vie. Ma vie a commencé à changer pour le mieux dès que j’ai modifié ma manière de penser et que je me suis mise à me concentrer sur les choses que j’aimais, sur ce que je voulais faire et comment j’allais arriver à mes fins.

Et j’ai continué à travailler sur moi-même, pas pour l’argent, mais pour la femme que je continue à devenir.

Une fois que tu es en capacité de construire ton estime, ta dignité, ça va te permettre de toujours savoir que tu ne te contenteras jamais de moins que ce que tu mérites vraiment et ce, dans tous les aspects de ta vie.

Tamara Argentin
Tamara Argentin

Rédactrice pour la rubrique “Icônes ». Journaliste rédactrice et Community Manager, l’écriture est ma passion. J’espère qu’à travers mes mots je saurai vous inspirer et vous permettre de vous élever.

5 commentaires

    • D'accord avec Lucy, on a affaire à une time-line d'insuccès-succès mais pas de méthodologie ; or, comme je l'ai appris ailleurs d'un grand consultant en développement personnel, le processus est plus important que l'objectif.
  • Merci beaucoup pour ce billet . Il va vraiment à l'essentiel et permet à toutes les femmes de comprendre que la réussite c'est au moins 60% de développement personnel et c'est exactement ce que je partage avec les femmes entrepreneuses tous les jours sur mon blog . Je suis passée par là et c'est lorsque j'ai pu mettre de côté mes pensées limitantes , me fixer des goals et me dire que j'étais capable de les atteindre que j'ai réellement vu ma vie changer . Merci Tamara
  • C'est bien connu: L'argent fait le bonheur...et c'est notre porte monnaie qui détermine notre valeur.Ras le bol de lire toujours le même discours dégoutant qui relie développement personnel et compte en banque, épanouissement et travail, identité et porte monnaie, c'est tout simplement un gros mensonge.Deviens parfaite en lunette talon aiguille brushing et working girl attitude.Ce n'est pas l'argent qui détermine notre valeur, et la satisfaction que l'on en tire n'est qu'éphémère.On voudra toujours plus et on sera toujours plus insatisfaite.Dire aux gens que leur valeur repose sur l'argent qui gagne ne fait que les rendre plus fragile.

 

Newsletter

Contact

Publicités

Nous rejoindre

Devenir Contributrice

Mentions Légales

Cookies