5 Clés Pour Faire de l’Amour une Force de Réussite Dans Tous les Domaines de ta Vie

Les clés que je te propose ici sont tirées d’un livre dont Oprah Winfrey a déclaré que c’était le plus inspirant qu’elle ait jamais lu, et dont Nelson Mandela a cité un passage lors de son discours d’investiture à la présidence : Un retour à l’amour, de Marianne Williamson, une auteur, conférencière femme engagée parmi les plus éclairées de notre époque.

Ses idées sur l’amour sont à la fois simples et révolutionnaires, et elles vont changer à jamais ta vision de la relation amoureuse.

Cet article est le 3e d’une série de 4. Dans le premier, tu as trouvé les 5 clés pour rencontrer l’âme sœur. Le second article montrait comment discerner une relation qui te nuit d’une relation qui te fait progresser, puis comment changer à jamais ta façon d’aimer et vivre l’harmonie dans ton couple. Dans celui-ci, je te donnerai les conseils de Marianne Williamson pour utiliser l’amour comme une force pour réussir dans ta vie sociale, familiale, professionnelle, psychologique et spirituelle.

L’amour comme mode de vie

Sopha Rush

Nous avons coutume de dire « il faut se battre pour atteindre ses objectifs », « il faut combattre les injustices », « le monde est une jungle où il faut être le plus fort », « il faut affronter ses peurs pour en triompher », etc. Partout, c’est le vocabulaire de la guerre qui est lié à celui du succès. Marianne Williamson propose de remplacer la lutte par l’amour, et d’envisager l’amour comme un mode de vie : être serein, confiant, ouvert aux situations, même quand elles ne correspondent pas à nos plans.

Ce n’est pas de la passivité, mais une autre façon d’envisager la route qui mène à nos objectifs : non plus combattre le monde tel qu’il est, mais créer le monde tel que l’on voudrait qu’il soit. La vie te ferme une porte ? Ne la force pas, c’est le signe qu’il faut en ouvrir une autre. Tu es en rivalité avec une autre femme pour le cœur d’un homme ? Tu mérites mieux que cette situation : ne te bats pas, laisse cet homme qui n’est pas capable de te mettre au-dessus des autres. Tu t’affames pour perdre du poids ? Lutter contre soi-même n’est une bonne façon de se faire du bien, et tu sais bien que les régimes ne sont efficaces que sur le court terme, et ne règlent rien à long terme: dirige-toi vers des méthodes plus douces et respectueuses de ton corps.

« L’amour est un mode vainqueur, une vibration qui attire et qui engendre le succès. Quand on pense qu’il est difficile de réussir, cela devient difficile effectivement. Réussir dans la vie n’implique pas de tension négative. Il ne faut pas se battre tout le temps. Quand on y réfléchit bien, « prendre le taureau par les cornes » serait très dangereux. En fait, la tension de l’ambition limite notre capacité à réussir. Elle nous maintient, émotionnellement et physiquement dans un état de contraction. Elle semble nous donner de l’énergie, mais en réalité, elle ne nous en donne pas ; elle est le sucre blanc de la santé mentale ; on plane pendant un moment puis on s’écrase. Cultiver le repos mental, ou l’abandon est comme se nourrir sainement. »

L’amour de soi

Tout commence par l’amour de soi. Ton image de toi-même, ta capacité à connaître tes qualités et honorer ton potentiel conditionne ta puissance et ton impact sur le monde.

« Notre perception de nous-même détermine notre comportement. Si nous pensons que nous sommes des créatures petites, limitées, inadéquates, alors nous nous comportons en créatures petites, limitées, inadéquates, et l’énergie que nous irradions le reflète, quels que soient nos actes. Si nous pensons que nous sommes de magnifiques créatures, que nous disposons d’infiniment d’amour et de pouvoir à distribuer, alors nous nous comportons en créatures magnifiques. »

T’aimer vraiment passera par oser être simplement mais pleinement toi-même. Les autres peuvent t’inspirer et t’encourager, mais les admirer ne doit jamais te conduire à les envier ou à vouloir être comme eux : même en réussissant à le faire, tu ne serais qu’une pâle copie. En laissant ta lumière unique rayonner spontanément, tu seras toi-même une source d’inspiration.

« Nous ne pouvons simuler l’authenticité. Nous pensons que nous avons besoin de nous créer, et nous sommes sans cesse en train de remodeler notre personnalité, parce que nous essayons d’être spéciaux plutôt que réels. Nous essayons pathétiquement de nous conformer à tous les autres, qui essaient de faire pareil. Une tulipe ne s’efforce pas d’impressionner. Elle ne se bat pas pour être différente d’une rose. Elle n’a pas à se battre. Elle est différente. Et il a de la place dans le jardin pour toutes les fleurs. Vous n’avez pas dû vous battre pour que votre visage soit différent de tous les autres sur la terre. Il l’est simplement. Vous êtes uniques parce que c’est ici que vous avez été créé. Voyez les petits enfants à la garderie. Ils sont tous différents sans essayer de l’être. Aussi longtemps qu’ils restent naturellement eux-mêmes, ils ne peuvent s’empêcher de briller. Ce n’est que plus tard, quand on enseigne aux enfants la compétition, quand on leur apprend à se battre pour être les meilleurs que leur lumière naturelle se ternit. »

L’amour plutôt que le jugement, le mépris ou la rancoeur

Anthony & Sopha Rush

Il y a mille occasions par jour d’en vouloir à quelqu’un, de dire du mal de lui, ou d’en penser. Mais à chaque fois que nous nous laissons aller à ces tendances, c’est notre âme que nous salissons. A chaque fois que nous décidons de pardonner et de voir la beauté en l’autre, nous nous élevons, nous trouvons la paix, et nous donnons à celui qui a mal agi la possibilité de sortir de son comportement, car nous lui donnons une deuxième chance.

« Il est parfois très difficile de se défaire de la perception de la culpabilité de quelqu’un quand on sait, selon toutes les normes de l’éthique, de la morale, de l’intégrité, qu’on a raison de le trouver coupable. Mais le cours demande : Préfères-tu avoir raison ou être heureux ? Si vous jugez un frère, vous avez tort même si vous avez raison. »

Parfois, nous jugeons pour montrer notre désapprobation, devant une injustice par exemple. Mais selon Marianne Williamson, renoncer à juger n’est pas cautionner :

« Dieu n’a pas besoin que nous jouions à la police de l’univers. Montrer quelqu’un du doigt ne l’aide pas à changer. La compassion et le pardon ont plus de chances de le guérir. Pardonner, c’est choisir de voir les autres tels qu’ils sont dans le présent. Quand nous sommes fâchés contre quelqu’un, nous sommes fâchés contre ce qu’il a pu dire ou faire avant. Mais ce n’est pas ce qu’il est. Les relations renaissent quand nous nous défaisons des perceptions du passé de notre frère. En amenant le passé dans le présent, nous créons un futur juste comme le passé. En laissant aller le passé, nous faisons de la place pour les miracles. »

Travailler avec amour

@d1ara

Il ne faut pas considérer le travail comme dissocié du reste de la vie. Le but, quel que soit ton métier, c’est de l’utiliser pour répandre l’amour. La vie professionnelle est une extension de notre moi le plus fondamental. Quoi que tu fasses, comment le faire ? Avec amour.

« Il faut envisager son travail comme un saint ministère. »

Pour réussir dans ta vie professionnelle, tu utiliseras donc l’amour comme une force d’initiative, de créativité, de talent relationnel : ton travail va rayonner la sincérité et l’originalité, il sera donc apprécié et valorisé, forcément. Quand tu auras attiré la reconnaissance que tu mérites, on te confiera des défis à la hauteur de l’estime qu’on te porte, et il arrivera que tu sois intimidée : « Vais-je y arriver ? Suis-je vraiment à la hauteur ? Et si je décevais ceux qui m’ont fait confiance ?». Pour surmonter ces doutes et ne pas saboter ta réussite, comprends qu’il est normal de douter de toi-même, mais que tu dois t’oublier et faire confiance à ta vision, au projet que tu défends, à ce que tu as de beau à offrir, et à la force supérieure qui t’inspire et qui te porte. Il faut renoncer à ton pouvoir personnel et te voir comme un véhicule de la puissance et de l’amour de Dieu, du Destin, ou de toute force supérieure en laquelle tu crois, pour attirer les gens et le succès comme un aimant.

« Cette pensée m’a aidée dans ma carrière. Dans mes conférences, je parle parfois à plus de 1000 personnes. Il m’est difficile de m’imaginer comment je réagirais à l’obligation de me convaincre que j’ai quelque chose de spécial à offrir. Je n’essaie pas. Je n’ai à impressionner personne, et si je ne pense pas devoir impressionner, il n’y a rien d’autre à faire qu’à me relaxer. Je quitte la scène sans éprouver le besoin de faire en sorte que les gens pensent que je suis spéciale. Je sais que je ne le suis pas. Je parle à des amis, de façon informelle et avec enthousiasme. »

Avec la réussite viendra l’argent. Mais ta prospérité peut être bloquée par ta vision de la richesse : l’associes-tu, consciemment ou non, au matérialisme individualiste, ou à l’abondance qui permet le partage ? Marianne Williamson suggère de repenser son rapport à l’argent, pour recevoir en abondance sans culpabiliser de ses possessions. L’argent est ce qu’on en fait, il n’est ni impur ni merveilleux, pas plus que la pauvreté. L’auteur propose même une prière à ce sujet :

« Mon Dieu, je t’abandonne mes pensées sur l’argent. Je t’abandonne mes dettes, je t’abandonne ma richesse matérielle. Ouvre mon esprit afin que je reçoive abondamment. Canalise à travers moi ton abondance d’une façon qui serve le monde. Amen »

Travailler sur soi-même avec amour

Ton travail de développement personnel doit lui aussi être guidé par l’amour. Trop souvent, le travail psychologique permet de discerner l’origine de ses failles, mais pas de les réparer, parce qu’on est concentré sur le fait d’en vouloir à ceux qui ont creusé ces failles en nous. De même, ce travail d’introspection te permet de discerner tes erreurs et tes mauvais choix passés, sans te permettre de faire autre chose que de culpabiliser de les avoir faits. Or rien de sert de s’attarder sur ses blessures quand on les a comprises et rien ne sert de s’en vouloir de s’y être attardées ou d’en vouloir à ceux qui nous ont blessés ! C’est parfaitement contre-productif car cela te bloque dans le passé et dans une mauvaise image de toi. Pardonne aux autres et pardonne-toi, dépose ton passé sur le bord du chemin et invente-toi un futur différent.

« On a tendance aujourd’hui à analyser les névroses à l’infini, et à se servir de l’analyse pour justifier la blessure plutôt que pour la guérir. Passé un certain point, après avoir compris pourquoi une habitude de comportement s’est développée (« Mon père était émotionnellement distant », ou « ma mère me battait ») et après avoir constaté l’effet sur notre personnalité (« Je ne sais pas comment laisser un homme se rapprocher de moi. », ou « il m’est difficile à présent de faire confiance à quelque figure d’autorité que ce soit »), le véritable changement se produit suite à une décision personnelle: la décision de guérir, la décision de changer. Au bout du compte, il n’est pas tellement important de savoir pourquoi on se fâche ou pourquoi on reste sur la défensive. Ce qui est important c’est décider de vouloir guérir et de demander l’aide de Dieu. »

« Face à ce type de problèmes, il est intéressant de noter les différences entre l’approche psychothérapeutique traditionnelle et l’approche spirituelle. Dans la plupart des psychothérapies, on cherche à cerner les faiblesses de la personnalité et à trouver les moyens de la résoudre. Pourquoi agit-on ainsi ? Quels événements de notre enfance ont mené au problème ? Ces interrogations s’avèrent parfois très utiles. Cependant, dès qu’on ajoute la dimension spirituelle au processus psychothérapeutique, on ne fait pas que se concentrer sur le problème, on prie aussi pour obtenir une réponse de Dieu. »

Et si devenir soi-même, puissante, confiante, attractive et rayonnante, ne tenait qu’à la décision de pardonner au passé ?

« Ce qu’on vous a dit quand vous étiez enfant n’a plus d’importance : vous savez aujourd’hui que vous êtes intelligente et belle. Ce qui s’est passé n’a plus d’importance : vous pouvez vous lever et recommencer. Ce qu’ils vous ont fait n’a plus d’importance : le pardon vous a purifié. »

Procure-toi le livre ici

Elise
Elise

L’amour est ma valeur première. Je suis convaincue qu’en cherchant l’harmonie en couple, nous trouvons la part de nous-même la plus rayonnante. Alors soyons brillantes et influentes: aimons et vivons avec générosité et intelligence. Nous sommes fortes, nous sommes belles, nous sommes libres. Nous nous donnons le pouvoir, de Femme à Femme. Inspirons-nous les unes des autres pour changer nos vies et le monde qui nous entoure.

Télécharge ton PDF gratuitement

30 exercices pour Réussir sa Rentrée

TÉLÉCHARGER
close-link