Comment à 26 ans Evan Spiegel est devenu le ROI des réseaux sociaux avec Snapchat

Mark Zuckerberg, avec Facebook et Instagram notamment, et Jack Dorsey avec Twitter, sont bien installés à la tête du monde des réseaux sociaux, fédérant des millions d’utilisateurs. Très régulièrement, de nouvelles applications sociales voient le jour avec plus ou moins de succès. Mais en 2011, un nouvel acteur a débarqué sur le marché des réseaux sociaux, décidé à changer la donne. Ce nouveau venu, c’est Snapchat. Seulement 5 ans après sa création, la communauté compte 150 millions d’utilisateurs chaque jour, dépassant ainsi Twitter de près de 15 millions de personnes, et 10 milliards de vidéos vues par jour (!). L’homme qui est parvenu à réaliser ce tour de force, c’est Evan Spiegel. Avec un ami, Bobby Murphy, il a fondé Snapchat, devenu Snap Inc., pour permettre à tous d’échanger des messages de la manière la plus fun possible et SURTOUT de manière éphémère.

Comment à seulement 26 ans, Evan Spiegel est-il devenu l’un des acteurs majeurs du digital, parvenant ainsi à inspirer le n°1 des réseaux sociaux, Mark Zuckerberg ? La réponse en 4 points.

3points-300x67

1. Avoir une idée géniale et se démarquer des autres

Au départ de cette aventure, Evan Spiegel et ses amis de l’université imaginent une application qui permette d’échanger des photos et des vidéos éphémères. Notre monde est de plus en plus digital et de plus en plus mobile. Ce constat a mené à une analyse et leur a permis d’affiner leur idée. Ces nouveaux usages ont été pris en compte par les autres géants des réseaux sociaux mais pas de la même façon. Là où le co-fondateur de Snapchat s’est démarqué, c’est en comprenant que l’utilisateur serait plus amusé par l’éphémère maintenant qu’il y a de multiples manières de sauvegarder et échanger ses souvenirs (cd, clé usb, cloud, etc.).

« La démarche qui nous amène à capturer et préserver un moment est très différente de l’envie de le partager, mais maintenant, elles sont liées. A partir du moment où nous avons tous été connectés partout et sur nos mobiles, créer une représentation de soi sur Internet a cessé d’avoir du sens. »

Permettre à ses utilisateurs de conserver leurs souvenirs pour toujours, c’est l’une des promesses de Facebook. En prenant à contre-pied le réseau social n°1 dans le monde, Evan Spiegel a fait fort. Anticiper les nouveaux usages est primordial en entrepreneuriat. Cette qualité vient d’une grande connaissance de votre secteur et d’une capacité poussée à l’analyser. Construisez un réseau solide pour pouvoir échanger et toujours vous tenir au courant des dernières nouvelles.

2. Tenir tête aux géants pour se développer seul

Prendre le risque d’innover sur un marché fortement concurrentiel est une chose, mais décliner une offre de rachat du n°1 du secteur en est une autre. Evan Spiegel a secoué l’univers des réseaux sociaux lorsqu’en 2013 il a décliné l’offre de rachat de Google qui offrait 4 milliards, mais surtout, celle de Facebook qui proposait 3 milliards. A l’époque, certains journalistes avaient qualifié Evan Spiegel de jeune homme arrogant, aveuglé par son égo. A cela, il avait répondu que Snapchat était sa passion et qu’il n’imaginait pas une seconde revendre ce qui le passionne, peu importe la somme d’argent proposée.

« Peu de gens dans le monde ont l’opportunité de bâtir une telle entreprise. Je pense qu’une négociation pour un gain à court terme n’est pas très intéressante. »

« Dans des moments de désespoir, il peut arriver que vous croyiez les cyniques qui vous disent qu’une personne ne peut pas faire la différence. Et il y a des moments pendant lesquels il est difficile de se rendre compte de son propre impact. Je vous appelle à vous rappeler qu’il est impossible à cette heure de connaître les résultats de nos efforts. »

Croire en son projet très fort est une évidence. Il s’agit aussi de suivre son intuition et de continuer à vous développer seul pour être libre d’emmener votre projet là où vous le souhaitez. C’est ce qu’Evan Spiegel s’emploie à faire depuis le lancement de l’application Snapchat.

3. Miser sur l’innovation

Le co-fondateur de Snapchat le sait, en tant que challenger de Facebook, il a le devoir de toujours travailler dur pour améliorer son application. Et pour accomplir cela, il mise sur la créativité et  l’innovation.

« Avec la créativité, ce qui se passe parfois, et c’est triste, c’est qu’elle n’est pas exprimée à cause de la peur. On naît tous très très très créatifs, mais à un certain point, ça peut faire peur d’essayer quelque chose de nouveau, quelque chose de différent. »

La peur peut être un frein, mais comme le parcours d’Evan Spiegel le démontre, surmonter sa peur permet d’être innovant et donc performant. Par exemple, il y a quelques jours, Snap Inc. a développé un objet tech: les Spectacles, des lunettes connectées qui permettent à son utilisateur de faire des Snaps et de les sauvegarder dans « Memories », une fonctionnalité de Snapchat. En plus d’être fun et utiles, ces lunettes connectées sont belles et design et s’adressent ainsi aux personnes qui aiment la mode et les loisirs, et pas seulement aux geeks, comme cela a pu être le cas avec la Google Cardboard, le casque de réalité virtuelle du géant Alphabet.

4. S’associer ou racheter des sociétés en accord avec vos objectifs en matière de développement

Pour continuer à développer Snapchat et ses fonctionnalités Evan Spiegel a racheté deux start-ups : BitStrips, qui a créé les Bitmojis qu’on peut désormais intégrer aux Snaps, et Vurb qui permet de réserver des services. Sans doute une fonctionnalité à venir.

« Il s’agit de construire un service basé sur les sentiments, l’expérience. Les ordinateurs de maison ont été conçus pour travailler. La chose que nous avons dans la main ou dans la poche, nous voulons qu’elle soit fun, design et agréable. »

Ce n’est pas une pensée qu’on a naturellement, surtout en France, mais s’associer à d’autres entreprises ou les racheter, est un moyen intéressant de se développer et d’acquérir les compétences qui vous manquent pour atteindre un nouveau marché ou secteur.

3points-300x67

Malgré les obstacles et les critiques, Evan Spiegel a su imposer sa vision du monde digital, même aux géants Google et Facebook. Depuis 2013, année historique où le PDG de Snapchat a tenu tête au PDG du réseau social n°1 dans le monde, Mark Zuckerberg cherche toujours à copier les fonctionnalités qu’offrent Snapchat à sa communauté. La dernière tentative en date ? Les InstaStories via Instagram. Un flop si l’on en croit les observateurs de l’actualité numérique. Bien qu’issu d’un milieu très favorisé, le parcours d’Evan Spiegel n’en est pas moins inspirant : avec de la créativité et de la passion, on peut bousculer même les plus grands et révolutionner le paysage social media mondial.

Tamara Argentin

Rédactrice pour la rubrique “Icônes". Journaliste rédactrice et Community Manager, l’écriture est ma passion. J’espère qu’à travers mes mots je saurai vous inspirer et vous permettre de vous élever.

 

Newsletter

Contact

Publicités

Nous rejoindre

Devenir Contributrice

Mentions Légales

Cookies