8 clés pour être moins susceptible

Le fait de s’émouvoir et de faire parler sa susceptibilité, revient pour beaucoup à manifester intensément un sentiment d’infériorité. L’idée étant qu’une personne susceptible est facilement bouleversée, impressionnée, éplorée ou encore choquée. Le ressenti et son expression sont toujours jugés dite excessifs. Le problème c’est qu’aujourd’hui l’expression abusive de ses sentiments n’est plus une bénédiction. Fondamentalement c’est un trait de caractère qui peut créer des comportements positifs tels que la compassion ou le soutien. Cependant, dans notre société actuelle, et selon la manière dont elle est exprimée, les gens peuvent profiter de cela pour te manipuler. De ce fait, si ton émotivité s’exprime via ta susceptibilité, ce n’est plus de l’ordre de la qualité. L’objectif de cet article est donc de t’apprendre en 8 clés pour contrôler cela.

1. Avoir conscience de ce que tu vaux !

Sois consciente de ta valeur, du fait que tu sois quelqu’un de bien, et surtout que tu es un être humain. C’est à dire que les erreurs, les défauts et les petites failles sont naturelles et font partie intégrante de ce que tu es. Et ce n’est pas parce qu’ils sont présents en toi, que le reste disparaît. Prends conscience de tes qualités pour qu’elles puissent prendre le dessus sur tout le reste. Il est évident que si tu ne fais que te lyncher chaque matin en te levant, les remarques externes ne peuvent que t’atteindre et accentuer l’image négative que tu as de toi. Alors que si tu te persuade et que tu cherches constamment à être fière de ce que tu entreprends, ces remarques n’auront plus aucun impact !

2. Prendre du recul sur la situation !

Fais un pas en arrière et observe ce qui est en train de se passer, mais avec un regard nouveau cette fois. Fais face à la scène avec un regard complètement objectif et neutre de sentiment, afin de te permettre d’être la plus juste possible en terme de jugement de la situation.
Pose toi alors les bonnes questions afin de prévoir ta réaction :
– Qui est en face de moi ?
– Quelle place a-t-il/elle dans ma vie ?
– Qu’est ce qu’il/elle a dit ou fait qui a pu m’atteindre ?
– Est-ce son geste/propos, ou le fait qu’aujourd’hui je sois dans une humeur particulière qui expliquerait ma réaction ?
– Quelle est ma part de responsabilité ?

Lorsque tu auras répondu à toute ces questions, la situation se présentera complètement autrement à toi. Tu n’es plus dans le problème tu es à l’extérieur de celui ci : profites-en pour te rendre compte qu’il y a d’autre manière de répondre à ces commentaires. Qu’il n’est finalement plus nécessaire de te braquer, d’hurler, de pleurer ou de bouder. Et si vous discutiez tout les deux ?

À LIRE AUSSI :  Comment dépasser son ego et sa fierté en 6 étapes

3. Prendre conscience du monde qui t’entoure !

Prends conscience que le monde dans lequel tu vis aujourd’hui n’est pas le plus bienveillant qu’il soit. Une fois que tu l’auras assimilé, ta méfiance augmentera et ton émotivité diminuera. Ne sois pas négative bien sur, sois simplement réaliste. Oui, il existe des personnes néfastes et toxiques pour toi ! Oui, ces personnes ne veulent pas forcément ton bien et ta jalouse ! Et oui, il va te falloir faire un tri et les sélectionner pour ne plus avoir à faire à elle ! (tu peux aussi jeter un coup d’œil à cet article qui t’aidera un peu plus sur le sujet : ICI). Tu comprends alors que rien ne sert d’être susceptible une fois que tu as connaissance de ceux qui tournent autour de toi.

4. Faire le point sur tes expériences précédentes !

L’idée ici est de te permettre de mettre sur table toutes tes expériences passées, afin de peser le pour et le contre et savoir clairement ce que tu auras à changer. Ce n’est jamais facile que de se rappeler des épisodes de nos vies où nous avons perdus le contrôle, mais c’est important de pouvoir garder la main dessus. Tu remarqueras alors que tu gagneras en force puisque tu seras aller au dessus de quelque chose qu’habituellement t’es trop dur à supporter. Alors :

-A quoi est ce que je ressemble quand je suis aussi susceptible ?
-Est ce l’image que je veux donner de moi ?
-Est ce que j’ai envie d’en montrer autant sur moi ?

En mettant ta réflexion en marche, tu supprimera à l’avance le côté spontané et agressif de ta susceptibilité. Et tu donneras l’occasion à ton esprit d’être plus observateur et à l’écoute de toi même.

5. Analyser les craintes de l’autre !

 

À LIRE AUSSI :  Comment sortir d'une période dépressive ?

Il y a plusieurs questions susceptible d’être posées lorsque quelqu’un provoque ta susceptibilité :
Cette personne mérite-t-elle réellement que je mette autant d’énergie pour elle ?
Mais surtout : Cette personne ne serait-elle pas en train de projeter sur moi tout ce qu’elle redoute le plus ?

Par exemple : Tu as 30 ans, tu n’as pas d’enfant, et tu te retrouve face à quelqu’un qui ne cesse de te répéter qu’il faudrait commencer à y penser, que c’est pas génial une femme qui as un enfant trop tard, et puis qu’est ce que t’attends pour faire un gosse d’abord ?

Au lieu de le prendre comme de la provocation gratuite, demande toi si cette personne qui n’a pas encore d’enfant, n’a pas peur de ne jamais en avoir. Parfois, certains sont très maladroits sur la manière la manière qu’ils ont d’exprimer leur peur, alors pour camoufler leur crainte et se défendre en quelque sorte ils prennent les autres en « otage », en déversant entièrement leur frustration sur eux : Alors il faudrait presque que tu fasses preuve de compassion !

6. Prendre du repos !

La susceptibilité est souvent due à un trop plein. Si tu travailles toute la semaine, que tu as un grand nombre de projets, que tu n’arrêtes pas, que tes journées commencent tôt et finissent tard et ce toute la semaine, alors il y a de grandes choses que ton affect soit fragilisé. Tu devient alors plus vulnérable et émotive lorsque tu es fatiguée et que tu t’oublies au détriment de ton travail, ou même des autres.

Ne te néglige pas : ne néglige ni ton repos, ni ton épanouissement et tes petits plaisirs personnels.

Voici une idée de programme que tu peux compléter à ton aise :

  • Par jour : Donne toi une heure obligatoire où tu ne fais rien ! Profite alors de ce moment pour te recentrer et respirer.
  • Par mois : Il te faut au moins un week-end où tu changes de décors : si tu es en ville, diriges toi vers de la végétation par exemple.
  • Selon ton organisation professionnelle : Prend une semaine voire deux de vacances où tu te détaches complètement de ton travail, de tes responsabilité et où tu te cultives et te ressources.

N’hésites pas, chaque jour, chaque semaine, chaque mois, et durant toute ta vie à prendre soin de toi physiquement.

À LIRE AUSSI :  7 conseils pour arrêter de culpabiliser

En quoi est ce que ça va diminuer ta susceptibilité ? L’expression abusive de tes sentiments peur s’accentuer dans tes périodes de stress. D’autant plus qu’il faut éviter d’apporter sur un plateau d’argent toute les balles pour que l’on te tire dessus. Alors renforces toi un maximum !

7. Et si cette remarque était constructive ?

C’est parfois compliqué, mais il est important aussi d’admettre que certaines remarques ne sont pas juste là pour te rabaisser. Il est possible aussi que tu sois en tord, et que la personne en face de toi cherche à te rendre meilleure. C’est pour ça qu’une fois que tu auras fait le tri dans ton entourage (cf. point 3.), il restera certaines personnes qui seront encore capable de te vexer mais pas pour les mêmes raisons. Ne sois pas de mauvaise foi, sinon tu stagnera longtemps et tu ne progresseras plus. N’oublie pas que ton avancée dépends de toi certes, mais ton entourage y contribue également.

8. Keep Calm & Be Positive !

On respire un bon coup, et on reprend le cours de sa vie. Au pire : on s’en moque non ? Pourquoi en faire tout une histoire, quand ce propos ne vaut rien, ou encore qu’il ne dure que 30 secondes. Il ne mérite pas tout l’impact qu’il a sur toi. Respire un bon coup et c’est reparti ! Il y a toujours pire que toi dans la vie, et il y a surement des situations plus compliquées qui t’attendent et qui méritent que tu leur portes plus d’importance. Alors ne gaspille pas de l’énergie qui pourrait t’être précieuse pour d’autres moments difficiles.

Tu l’auras compris : quand bien même ton émotivité est une qualité positive, ta susceptibilité elle est un frein pour ton avancée personnelle. Il te faut alors, non seulement faire preuve de méfiance, mais également être à l’écoute de toi-même, pour éviter de t’infliger une peine trop lourde, des déceptions trop grandes et qui n’ont pas lieu d’être. Tu n’as désormais plus d’excuses : tu as toute les clés pour devenir la meilleure version de toi-même.

Imane
Rédactrice LifeStyle Femme d’Influence et Bercée par l’art, je vous écrit avec toute la passion du monde, pour que nous devenions meilleures, ensemble. Ma philosophie ? Ne devenez pas une copie, faites la différence.

2 Comments

  1. cet article tombe à pic me concernant! encore merci! mais bon ceci dit plus facile à dire qu’à faire car les gens ont tendance à ne pas se mettre à notre place quand ils nous assènent de commentaires désagréables.

  2. Très bon article, mais il ne faut pas oublier que la susceptibilité est souvent relié à un manque de confiance en soi, car on se soucie plus des avis des autres et de notre image et les critiques deviennent un vrai fardeau. Ça prend beaucoup de temps pour reconstruire sa confiance et sa vision de soi-même et j’aurais aimé qu’on le dise, parce qu’on devient vite découragé parce qu’on est encore susceptible aux remarques même en ayant suivi les conseils.

Leave Your Reply