6 choses à prendre en compte avant de s’associer en affaires

S’associer en affaires, ce n’est pas quelque chose qu’on décide à la légère. C’est une décision qui doit être mûrement réfléchie, qu’il s’agisse de s’associer avec un ami, collègue, conjoint ou membre de sa famille.

Pour vous aider à construire votre checklist avant de vous lancer en affaires en duo ou plus, voici 6 choses à avoir en tête au moment de prendre votre décision.

1. La nécessité de s’associer

Parfois, on parle d’un projet avec un ami, un collègue, une cousine. Vous imaginez le nom de votre marque, où seront basés vos locaux et puis au cours de la conversation, vous parlez spontanément de monter le business à 2, mais avez-vous vraiment envie de faire équipe officiellement ? Peut-être que finalement, le projet auquel vous aspirez, vous pouvez le monter seule. Si vous avez besoin de certaines compétences en particulier, peut-être que cette personne peut vous apporter une aide ponctuelle ou plus pérenne lors de votre aventure entrepreneuriale, mais sans que ça soit sous forme de partenariat.

On dit « Plus on est de fous, plus on rit ». En business, avoir plusieurs personnes sur un même projet peut au contraire compliquer les choses et vous empêcher d’avancer. Si votre souhait de vous associer correspond à un véritable besoin qui se justifie sur le plan entrepreneurial, alors foncez !

2. L’ancienneté de votre amitié, relation de travail

Votre volonté de vous associer est solide. Bien, mais il s’agit maintenant de vous assurer que vous connaissez votre ou vos partenaire(s) très bien. S’associer, c’est comme se marier mais sur le plan entrepreneurial.  Vous devez très bien connaître la ou les personne(s) concernée(s). Souvent, on dit qu’il faut connaître son partenaire depuis au moins 1 an. S’il s’agit d’un membre de votre famille que vous n’aviez pas revu depuis longtemps, la règle est la même. Prenez en compte également que s’associer avec un membre de votre famille implique une proximité qui pourrait nuire à votre business si elle se transformait en familiarité ou pire. Le tout, c’est de pouvoir faire confiance à l’autre et savoir grosso modo comment il réagirait dans les moments-clés de la vie de votre entreprise commune.

À LIRE AUSSI :  8 clés pour toujours persévérer dans tes projets

3. La complémentarité des compétences de chacun

Vous vous entendez bien du point de vue des qualités humaines. Mais est-ce toujours le cas niveau compétences ? Si vous avez besoin d’une ou d’autres personne(s) pour concrétiser votre projet d’entreprise, vos compétences et celles de votre ou vos futur(s) partenaires doivent être complémentaires. Si ce n’est pas le cas, vous associer n’est pas pertinent. Pour que cela soit plus simple pour vous, pensez en termes de profils, comme le ferait un recruteur. Par exemple, si vous lancez une agence de communication. Vous devez avoir un rédacteur, un chef de projet, un directeur de clientèle. Cela vous assure que chacun sera « responsable » de son domaine et ainsi minimiser les éventuels désaccords.

4. La vision pour votre entreprise

Encore un point à ne surtout pas négliger ! Comme pour un projet de vie commune avec votre conjoint, vos partenaires et vous-mêmes devez être parfaitement en accord concernant vos stratégies et objectifs pour votre entreprise. Et comme un projet de vie commune, la communication est l’une des clés, si ce n’est LA clé de la réussite de votre projet. Ne faites pas comme ces partenaires qui ont cessé d’échanger sur leur projet commun au point de le conduire à la faillite.

À LIRE AUSSI :  Gérer les imprévus en 5 étapes !

5.  L’apport

Identifier les bons associés est un très bon début, mais il faut encore vous mettre d’accord sur l’apport de chacun, et sa nature, pour le lancement de votre affaire. Il peut prendre 3 formes : financement (numéraire), biens (nature) ou compétences (industrie). Tout dépend du projet que vous avez en tête, mais il peut être très difficile de lancer un business sans apport numéraire. Ainsi, vos associés et vous-même devrez être complémentaires sur ce point pour permettre à votre entreprise de se lancer sous les meilleurs auspices.

6. La formalisation de votre partenariat

Selon le site Le Coin des Entrepreneurs, «  le pacte d’associés est un acte juridique extra-statutaire visant essentiellement à organiser les mouvements de titres et le fonctionnement de l’entreprise. Il peut être signé pour tous les associés d’une même société ou par certains associés seulement. Dans ce dernier cas, les autres associés n’en ont pas connaissance. »

Avec ce document, les associés s’accordent sur des points tels que la sortie du capital, la revente, les conditions de sortie de l’association, etc.

Ce document est là pour envisager les pires scénarii et leurs solutions. Ainsi, vous saurez ce que chacun ferait dans telle ou telle situation.

S’associer en affaires a son lot d’atouts et d’inconvénients. Veillez à bien déterminer l’objectif de votre entreprise et la stratégie pour l’atteindre. De cette réflexion, vos besoins en termes de ressources humaines émergeront.

À LIRE AUSSI :  Comment financer un projet d'entreprise sans l’aide des banques

Cette liste de 6 choses auxquelles penser au moment de prendre votre décision peut être enrichie d’autres questions, telles que le statut de votre entreprise par exemple.

En tout cas, féliciations à vous qui entreprenez ! Faites des recherches pour optimiser au mieux le lancement de votre affaire, rencontrez d’autres entrepreneurs pour éviter de faire les mêmes erreurs qu’eux et dialoguer bien entre partenaires de sorte à toujours maintenir un niveau d’écoute et de communication élevés.

Tamara Argentin
Rédactrice pour la rubrique “Icônes ». Journaliste rédactrice et Community Manager, l’écriture est ma passion. J’espère qu’à travers mes mots je saurai vous inspirer et vous permettre de vous élever.

Leave Your Reply