24 stratégies pour devenir une maîtresse dans l’Art de la Séduction

Après les 48 lois du pouvoir, Robert Greene va encore plus loin dans la manipulation avec l’Art de la Séduction. 24 lois pour séduire et vous rendre irrésistible aux yeux de celui que vous convoitez. Un best-seller. Après avoir vu ce livre, vous ne verrez plus, ni l’amour, ni la séduction, de la même façon. Ne vous y trompez pas… L’amour aussi – du moins la séduction – c’est une question de pouvoir.

Choisir la personne

Toute stratégie dépend de l’objectif visé. La personne adéquate est celle chez qui vous pouvez combler un vide, à qui vous apparaissez comme quelqu’un de neuf et d’intéressant. L’homme idéal sera doté d’attraits qui suscitent en vous des émotions fortes. Seule la personne idéale donnera lieu à une chasse parfaite.

Inspirer confiance

Si vous abattez toutes vos cartes d’entrée de jeu, vous risquez de susciter une résistance durable. La 1ère fois, ayez l’air de tout sauf d’un séducteur. Que votre approche se fasse indirectement, afin que votre cible ne découvre que progressivement votre existence. Restez à la périphérie de sa vie. Joignez-la à travers des tiers, des amis. Feignez d’entretenir une relation relativement neutre. Et d’amie, devenez peu à peu soupirante. Bref. Rassurez d’abord, puis passez à l’attaque.

Souffler le chaud et le froid

Une fois que vous avez attiré l’attention, et peut-être vaguement intrigué, il faut entretenir l’intérêt de l’autre avant qu’il ne change de cible. Ne vous laissez pas percer à jour au premier regard. Soyez indéfinissable. Cultivez l’ambiguïté. Montrez-vous à la fois dure et tendre, mystique et bon vivant, naïve et maligne. Des qualités contradictoires confèrent de la profondeur. Une allure énigmatique fascine et donne envie d’en savoir plus. Suggérez l’ambivalence, elle vous assurera un pouvoir sur l’autre.

Susciter la jalousie

Peu de gens sont attirés par ceux que les autres évitent ou ignorent. On s’attroupe autour de ceux qui ont déjà éveillé l’intérêt. Ce que veut autrui, nous le voulons aussi. Pour attirer l’homme que vous ciblez et lui donner envie de vous avoir pour lui seul, vous devez vous créer une auréole de désirs inassouvis : faites-vous convoiter, aduler par d’autres. On se battra pour mériter votre préférence. Faites des jaloux, avivez les rivalités entre favoris, vous n’en aurez que plus de valeur à leurs yeux. Que votre renommée vous précède : si tant de personnes ont succombé à votre charme, il y a forcément une raison.

Créer des besoins… sans les satisfaire

Quelqu’un de parfaitement satisfait est impossible à séduire. Faites naître chez votre cible tensions et frustrations. Rendez-la insatisfaite de sa vie routinière, de ce qu’elle est – à savoir une personne banale bien éloignée de ses rêves de jeunesse. Sa fragilité vous offrira la fissure par laquelle vous glisser en vous présentant comme la solution à ses problèmes. La douleur et l’angoisse sont les meilleurs précurseurs du plaisir. Apprenez à créer des besoins que vous seule pouvez combler.

Maîtriser l’art de l’insinuation

Il est indispensable de rendre votre cible avide d’attention, mais, si vous êtes percée à jour, elle érigera des défenses contre vous. Toutefois, il n’existe pas de défense contre l’insinuation : l’art d’instiller goutte à goutte dans l’esprit de l’autre des idées qui ne s’épanouiront que plus tard, à son insu. Usez d’un double langage : faites des déclarations brutales suivies d’excuses, des commentaires ambigus, des remarques anodines et ponctuées de regards entendus. En tout, cultivez la suggestion.

Habiter l’esprit de l’autre

La plupart de gens vivent dans leur bulle, ce qui les rend obstinées et difficiles à convaincre. Pour les faire sortir de leur coquille et déployer votre stratégie de séduction, mettez-vous à leur place. Observez les mêmes règles qu’eux, adaptez-vous à leurs humeurs. En flattant ainsi leur profond narcissisme, vous leur ferez baisser la garde. Fascinés par l’image que vous leur renverrez dans votre miroir, ils s’ouvriront à vous, et deviendront réceptifs à votre Influence.

Proposer la tentation

Faites franchir un pas de plus à votre cible en lui proposant des plaisirs qui l’attendent. De même que le serpent a tenté Ève en lui promettant des connaissances interdites, vous devez éveiller chez lui des désirs qu’il soit incapable de maîtriser. Découvrez son point faible, le rêve qu’il n’a pas réalisé, et laissez-lui entendre que vous, vous pouvez l’y conduire. Suscitez une curiosité plus forte que les doutes qui l’accompagnent, et elle vous donnera le pouvoir.

Entretenir le suspense

Dès l’instant où l’autre sait ce qu’il peut attendre de vous, le charme est rompu. Pire : vous lui avez cédé le pouvoir. L’unique façon de garder les rênes en mains est de créer du suspense, c’est-à-dire de ménager des surprises calculées. Les gens adorent le mystère. En faisant une chose à laquelle il ne s’attend pas, vous ferez preuve à ses yeux d’une charmante spontanéité. Il se demandera constamment ce que vous avez derrière la tête, ce que vous préparez d’autre. Tant que vous gardez un coup d’avance, vous restez le maître. Donnez-lui des frissons en changeant tout le temps de cap.

Troubler par la magie du discours

Il n’est pas facile de parvenir à être écouté… Les autres ont tous leurs propres préoccupations et ne s’intéressent guère aux vôtres. Pour qu’ils vous prêtent attention, dites-leur ce qu’ils ont envie d’entendre : tel est le pouvoir du langage de la séduction. Faites-les vibrer par des phrases chargées d’émotion, flattez-les, rassurez-les, emmaillotez-les de promesses et de mots doux. Non seulement ils vous écouteront, mais ils perdront tout désir de vous résister. Restez dans le flou, leur imagination fera le reste.

Soigner les détails

Les déclarations enflammées et les grands gestes éveillent la méfiance… L’autre se demande pourquoi vous vous donnez tant de mal pour tenter de lui plaire. En fait, ce sont les détails, les petites attentions qui charment le mieux. Apprenez à le distraire par 1000 témoignages de votre intérêt : cadeau personnalisé, vêtements et bijoux à son goût, des petites choses qui montrent l’importance qu’il revêt à vos yeux. Apprenez à lui suggérer subtilement les sentiments que vous souhaitez inspirer.

S’auréoler de poésie

Les évolutions décisives ont lieu quand votre cible est seule… Si votre absence, même provisoire, est ressentie comme un soulagement, toute votre stratégie est anéantie. Bannissez donc toute familiarité. Soyez insaisissable, et il brûlera de vous revoir. Intriguez en alternant présence passionnante et absence calculée. Ajoutez à votre image une touche de poésie, des attributs exotiques : quand il pensera à vous, il vous verra nimbé d’une aura. Plus vous occupez son esprit, plus vous serez l’objet de ses rêves.

Être désarmant

Des manœuvres trop apparentes éveillent les soupçons. Détournez l’attention en adoptant un profil bas afin que l’autre se sente supérieur à vous. Si vous avez l’air faible, bouleversé, vulnérable, vos actes paraîtront moins calculés. Exhibez des signaux physiquement forts : pleurez, blêmissez, feignez la timidité. Pour gagner la confiance de l’autre, allez même jusqu’à avouer quelques vices, réels ou simulés. Jouez la franchise, posez-vous en victime, et vous transformerez sa sympathie en amour.

Créer l’illusion

Pour échapper aux dures réalités de l’existence, les gens se plaisent à rêver éveillés, à s’imaginer un avenir de succès, d’aventure, d’amour. Si vous leur donnez l’illusion qu’avec vous ils réaliseront leurs rêves, vous les tenez. Gagnez d’abord leur confiance, puis exhumez les désirs secrets qu’ils ont dû refouler, éveillez des émotions incontrôlables, obscurcissez leur raison. Amenez votre cible à un état de confusion tel qu’elle ne fasse plus la différence entre illusion et réalité.

Isoler la cible

Si l’union fait la force, l’isolement, lui, affaiblit. Isolez votre cible pour la rendre plus vulnérable à votre Influence. Sortez-la de son milieu habituel, coupez-la de ses amis et de sa famille, faites-lui quitter son domicile. Donnez-lui l’impression d’être dans un no man’s land, une phase de transition entre son monde d’avant et celui où vous l’entraînez à présent. Attirez-la dans votre tanière où tout lui est étranger.

Faire ses preuves

La plupart des gens ne demandent qu’à être séduits. S’ils vous résistent, c’est probablement que vous n’en avez pas fait assez pour les convaincre : ils se méfient peut-être de vos véritables motivations, s’interrogent sur la profondeur de vos sentiments. Un seul acte qui leur prouve opportunément jusqu’où vous êtes prêt à aller pour les conquérir dissipera leurs doutes. N’ayez pas peur d’avoir l’air ridicule ou de faire une erreur : n’importe quel geste d’abnégation en leur faveur les bouleversera au point qu’ils ne s’apercevront de rien d’autre.

Provoquer une régression

Ceux qui ont connu des moments de plaisir souhaitent les revivre. Or les plus merveilleux souvenirs remontent souvent à la prime enfance et sont inconsciemment liés à une figure parentale. Faites régresser votre victime en vous plaçant dans le triangle œdipien, soit dans le rôle du parent protecteur, soit dans celui de l’enfant en mal de protection. Prise de court par l’intensité de sa réaction émotionnelle et sans en comprendre la cause, il tombera amoureux de vous.

Offrir le fruit défendu

En offrant à l’autre la perspective de s’affranchir de toute norme, vous vous ouvrez d’immenses opportunités de séduction : on adore explorer l’étendue de ses propres vices. L’image romanesque de l’amour n’est pas faite que de roses ; laissez paraître une pointe de cruauté, voire de sadisme. Emmenez-le plus loin qu’il puisse l’imaginer : les sentiments de culpabilité et de complicité dans le mal créent un lien puissant.

Convoquer le sublime

À chacun ses doutes et ses insécurités : sur son corps, sa vraie valeur, sa sexualité. Si vos efforts de séduction ne visent que l’aspect physique de la relation, vous réveillerez ces angoisses et leur cortège de complexes. Tâchez plutôt de les écarter en convoquant le sublime, le spirituel, l’occulte : une expérience religieuse, une grande œuvre d’art, les astres, les voies impénétrables du destin. Donnez de la profondeur à votre séduction en faisant de l’orgasme l’union de 2 âmes.

Mêler la douleur au plaisir

La pire erreur que puisse commettre un séducteur est de se montrer trop gentil. Au début c’est peut-être charmant, mais cela devient vite monotone. Si vous faites trop d’efforts pour plaire, vous semblerez manquer de confiance en vous. Au lieu d’imposer à l’autre des assauts de gentillesse, essayez donc de le faire souffrir. Culpabilisez-le. Feignez la rupture, puis une réconciliation qui le mettra à votre merci. Plus terrible sera son angoisse, plus euphorique sera son bonheur. Quoi de plus érotique qu’une aventure pimentée de craintes ?

Devenir proie

Si l’autre s’habitue à ne voir en vous qu’un chasseur, il déploiera moins d’énergie. Pour le galvaniser, changez de rôle. Une fois que vous le sentez sous votre charme, retirez-vous et il vous poursuivra. Feignez une soudaine indifférence teintée d’ennui, témoignez de l’intérêt à quelqu’un d’autre. Bientôt il voudra vous posséder physiquement, jetant toute retenue par-dessus les moulins. Donnez l’impression que le séducteur a envie de se laisser séduire.

Réveiller la bête

Les personnalités à l’esprit vif sont des cibles ardues : elles perceront à jour vos manœuvres. Ne stimulez surtout pas leur esprit, réveillez plutôt leurs sens endormis en combinant une vulnérabilité feinte avec une brûlante sensualité. Tandis que votre calme et votre nonchalance désamorceront leurs défenses et leurs inhibitions, allumez-les par des œillades, des intonations de voix, des postures provocatrices. Faites monter la température jusqu’à l’instant fatal où toute réserve, toute morale, tout souci de l’avenir cèdent au profit de l’extase du corps.

Savoir porter le coup final

Le moment est venu : il est clair que votre cible vous désire, mais elle n’est pas encore prête à le reconnaître, ni surtout à le prouver. Ne lui laissez pas le temps de supputer les conséquences : faites monter la tension entre vous jusqu’au conflit afin que l’acte décisif paraisse en être la résolution, accueillie avec grand soulagement. Ne faites jamais l’erreur de vous retenir ou d’attendre poliment, respectueusement, que l’autre vienne à votre rencontre. Il faut que quelqu’un passe à l’offensive, et ce quelqu’un, c’est vous.

Survivre aux lendemains qui déchantent

Les lendemains d’une séduction réussie sont périlleux. Après avoir atteint son paroxysme, la passion repart souvent en sens opposé tel un pendule, vers la lassitude, la méfiance et la désillusion. Si la séparation doit avoir lieu, faites-la brusque et rapide : tranchez dans le vif et, si besoin est, détruisez vous-même le mythe que vous avez créé. Si vous souhaitez prolonger la relation, gare à une baisse d’énergie, à une familiarité rampante qui gâchera la fête. Une deuxième séduction sera nécessaire. Jouez de l’absence, blessez, suscitez le conflit pour garder votre proie accrochée à l’hameçon.


Propos recueillis dans le livre l’Art de la Séduction, Robert Greene
Les propos sont mixtes. Nous les avons volontairement modifiés pour les besoins du magazine. 

Acheter le livre

9 commentaires

  • Du grand n'importe quoi ! Séduire pour blesser et quitter l'autre? L'amour n'est pas de la chasse. Je comprends mieux le comportement de certains...
  • Malsain et ignoble, votre article manque totalement de professionnalisme et encourage les femmes à devenir des vipères manipulatrices.
  • Comment devenir le parfait pervers narcissique en 24 étapes... Un peu déçu de voir l'apologie primitive de la chasse, pour une rubrique d'élévation personnelle c'est un peu triste.
  • Les motivations sont bonnes pour aider les personnes seules ou peu sures d'elles à interesser un partenaire. Mais l'objectif juste seduire pour coucher est sérieusement malsain. Revoyez plutôt l'objectif principal et adaptez les moyens en vue de garder le partenaire conquis durablement pour une longue et heureuse aventure.
  • Le titre de cette article est pourtant très clair "l'art de la séduction" et oui les conseils sont cru et amer mais la séduction est un jeux, en aucun cas on ne parle d'amour mais de séduction et une fille qui séduit devrait être autant banalisé qu'un homme, qui eux séduisent depuis la nuit des temps et n'ont aucun problème avec sa , c'est exactement comme le fait de coucher le 1er soir : un homme est un champion mais une femme une salope, ça n'as pas de sens. Les femmes ne sont pas bête et ne son pas condamné a rester dans leur tanière et a attendre le bon Donc oui cette article est très bon et en aucun cas il n'encourage le fait de faire souffrir quelqu'un il suffit juste de l’interpréter correctement.

 

Newsletter

Contact

Publicités

Nous rejoindre

Devenir Contributrice

Mentions Légales

Cookies