Les 10 règles du succès du milliardaire Travis Kalanick, le fondateur d’Uber

5,6 milliards d’euros. C’est le montant auquel est estimée la fortune personnelle de Travis Kalanick, co-fondateur d’Uber, un service surtout connu pour mettre en relation des chauffeurs et leurs clients. Lancée en 2010, d’abord à San Francisco, la plateforme est aujourd’hui disponible dans 70 pays, soit 513 villes. En France notamment, Uber a été sujet à controverse. Pas un obstacle insurmontable pour Travis Kalanick qui, à seulement 40 ans, élargi l’offre de services disponible jusqu’alors (livraisons de colis et repas) et ne compte pas s’arrêter là : des voitures sans chauffeur sont en test aux Etats-Unis. Le site indien KnowStartup.com dédié aux entrepreneurs a tiré 10 leçons du parcours du fondateur de l’entreprise dont la valeur boursière a atteint plus de 61 milliards.

3050762-poster-p-1-admit-it-you-love-uber

3points-300x67

1. Améliorez le quotidien en faisant ce que vous aimez

Uber est né d’une discussion entre ses fondateurs Travis Kalanick et Garrett Camp, lors d’une soirée passée à Paris après LeWeb, l’événement tech le plus important d’Europe, qui réunit les entrepreneurs du monde entier. Les deux amis se sont pris à imaginer un monde où commander un chauffeur serait simple comme cliquer sur le bouton d’une application. Tout comme Amazon ou Google, les deux hommes avaient un objectif en tête : comment améliorer le quotidien de tous ?

« Au départ, Uber n’avait pas d’autre ambition que de répondre à cette simple question. »

« La manière dont nous voyons le business est un peu différente (…). Nous faisons des projections, mais d’un point de vue entrepreneurial, nous résolvons des problèmes. Il s’agit d’identifier les problèmes intéressants, complexes, rentables et qui valent le coup d’être résolus et de s’y attaquer. »

2. Soyez analytique et créative

L’équipe Uber a dès le départ misé sur l’aspect analytique et créatif de l’entrepreneuriat. Par exempe, l’application repose sur un algorithme qui analyse les données reçues en temps réel. Pour affiner au mieux ce système, l’entreprise a notamment recruté des astrophysiciens et des spécialistes du nucléaire. L’entreprise se sert aussi d’autres outils innovants permettant à la marque d’acquérir de nouveaux clients.

« Dans beaucoup d’aspects, ce n’est pas l’argent qui vous permet de faire des choses innovantes. C’est le développement et la capacité à identifier les besoins des gens et à utiliser votre créativité pour atteindre cet objectif. »

3. Travaillez pour offrir aux gens une meilleure alternative

Vous l’avez sans doute déjà testé vous-même : le service Uber offre souvent une alternative plus simple et moins coûteuse pour le client. Le fameux algorithme évoqué plus haut permet aussi d’assurer une bonne répartition des chauffeurs et donc un prix moins élevé. Le succès se construit aussi en fournissant au client un service quasiment fait sur mesure.

« Au final, vous proposez un service dont les gens ont besoin. Vous devez trouver un moyen de le mettre en œuvre. Vous devez trouver un moment de le rendre accessible à tous. »

4. Les erreurs sont inévitables : tirez-en les leçons et continuez à avancer

Avant de développer Uber avec le succès qu’on connaît, Travis Kalanick avait essuyé un lourd échec financier avec sa première startup Scour, un service de partage de fichiers, jugé illégal. Le PDG d’Uber avait dû retourner vivre chez ses parents à l’époque. Sa 2ème startup, Red Swoosh, un service similaire à Scour, a connu un meilleur destin puisqu’il a pu la vendre environ 20 millions de dollars, avant de se lancer dans l’aventure Uber.

« Je serai le premier à admettre que je ne suis pas parfait, tout comme cette entreprise. Nous faisons des erreurs comme tout le monde, mais chez Uber nous adorons en tirer les leçons. »

5. Attaquez-vous à un problème de taille

Plus la problématique est importante ou handicapante pour une ville, un pays ou une région du monde, plus apporter des solutions rapportera financièrement comme pour Uber ou humainement comme pour Akon et son programme « Lighting Africa ».

« Il ne s’agit pas seulement de créer un service pour votre ville ou votre pays. Le temps est venu pour l’innovation de s’exporter dans le monde entier. »

6. Les obstacles peuvent peut-être vous ralentir mais ne les laissez pas vous arrêter

Travis Kalanick a dû faire face à de nombreuses critiques et à des obstacles d’ordre juridique notamment avec des chauffeurs de taxi en France, mais aussi au Canada plus récemment. Sa force est de les confronter et de toujours chercher une solution.

« Soyez fidèle à vos principes et à l’aise avec la confrontation. Peu de personnes le sont, ce qui fait que lorsque quelqu’un s’oppose à vous, ça devient une négotiation. »

7. N’ayez pas peur de commencer avec une petite structure

Il y a 5 ans seulement, Uber ne comptait qu’une équipe de 4 employés. Comme pour toute entreprise, les débuts étaient difficiles car les ressources manquaient parfois et chaque employé devait concentrer ses efforts pour maintenir le business à flot.

À LIRE AUSSI :  Comment à 26 ans Evan Spiegel est devenu le ROI des réseaux sociaux avec Snapchat

8. Faites des choses stupéfiantes !

Pour Travis Kalanick, le meilleur moyen de faire cela, c’est d’inclure les gens dans ce que vous faites soit en leur donnant de l’argent, soit en leur permettant d’épargner de l’argent ou soit de leur faire faire des économies.

« Embauchez les bonnes personnes. Soyez visionnaire et embarquez votre équipe dans votre aventure. Steve Jobs avait un brevet pour l’iPhone et il a vu le futur du mobile avant qui que ce soit. »

9. Racontez une histoire pour mieux vendre

Selon le PDG d’Uber, le meilleur moyen de créer une intimité avec le client, c’est d’apprendre comment vendre votre produit et de raconter une histoire intéressante autour de la marque.

10. Soyez audacieuse ! L’entrepreneuriat, c’est rendre l’impossible possible

Travis Kalanick croit fermement que l’entrepreneuriat, c’est rendre l’impossible possible. Comme tenter d’investir le très difficile marché chinois. Le PDG d’Uber n’a pas pu concrétiser cet objectif, mais il est certain que cette expérience servira à améliorer la manière dont l’entreprise s’implante dans un nouveau marché.

3points1-300x67 (1)

En plus de ressentir une satisfaction personnelle d’avoir pu résoudre un problème social ou sociétal, développer un business dans ce domaine peut devenir très rentable. L’activité développée par Travis Kalanick a même donné naissance à un verbe : « ubériser », ce qui signifie changer rapidement les rapports de force dans un secteur donné grâce au numérique. Uber a profondément bouleversé la vision du service et de l’entrepreneuriat et continue de toujours s’adapter à son environnement. Une des dernières évolutions en date : la possibilité de réserver un chauffeur jusqu’à 30 jours en avance.

Tamara Argentin
Rédactrice pour la rubrique “Icônes ». Journaliste rédactrice et Community Manager, l’écriture est ma passion. J’espère qu’à travers mes mots je saurai vous inspirer et vous permettre de vous élever.

Leave Your Reply